Pétition contre l’emploi de l’écriture inclusive par la Région Bretagne et les collectivités de Bretagne

A LA UNE

La Région Bretagne communique beaucoup. Mais depuis plusieurs années, elle communique en breton, en gallo, ce qui est une bonne chose…mais aussi en français « écriture inclusive », ce qui pour le coup, devient parfois incompréhensible, et pose un sérieux problème notamment parce que cela touche aussi les plus jeunes, en plein apprentissage.

Voir encore un exemple ci-dessous :

L’écriture inclusive menace clairement l’apprentissage de nos enfants, alors que beaucoup ont déjà de grandes difficultés à maîtriser la grammaire et l’orthographe.  Selon les résultats des évaluations nationales de 6e passées en janvier 2020 (dans les établissements scolaires publics, hors éducation prioritaire) 38,5 % des élèves n’ont pas un score « satisfaisant » en français. Imaginez le score une fois que l’écriture inclusive aura achevé son oeuvre destructrice dans les cerveaux.

Le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, a par ailleurs officiellement proscrit, par une circulaire, l’utilisation de l’écriture inclusive, expliquant que la « complexité » et l’« instabilité » de celle-ci constituent des « obstacles à l’acquisition de la langue comme de la lecture ».

Que faut-il de plus aux élus de la région Bretagne et des collectivités de Bretagne qui emploient et font employer l’écriture inclusive dans leurs communications, à nos frais,  c’est à dire aux frais des contribuables de Bretagne, pour cesser cet usage parfaitement idéologique, de nature à diviser profondément la société bretonne qui n’a pas besoin d’une division idéologique supplémentaire ?

L’écriture inclusive n’a rien à voir avec l’égalité entre les hommes et les femmes. Elle relève simplement, comme pour toutes les lubies « wokes » actuelles, de l’effacement progressif d’une langue, au même titre que ses défenseurs œuvrent par ailleurs à la disparition progressive d’une civilisation, ce qui est paradoxale quand on prétend par ailleurs sauver les langues de Bretagne.

C’est pourquoi nous prenons l’initiative de lancer cette pétition, qui sera remise au futur président de la Région Bretagne, à l’issue des élections régionales, et en marge de son intronisation à la Région. Nous remettrons également cette pétition à chaque majorité départementale, afin qu’elle prenne en compte, si vous êtes suffisamment nombreux à voter, les souhaits des Bretons concernant la fin de l’écriture inclusive comme élément de communication générale.

N’oubliez pas que ce qui a été fait et mis en place, peut être défait. Il suffit d’une volonté politique.

Objectif avant le 31 décembre 2021 : obtenir 250 000 signatures, c’est à dire 10% du nombre d’inscrits sur les listes électorales en Bretagne administrative

Pétition contre l'emploi de l'écriture inclusive par la région Bretagne et les collectivités de Bretagne

La région Bretagne communique beaucoup. Mais depuis plusieurs années, elle communique en breton, en gallo, ce qui est une bonne chose...mais aussi en français « écriture inclusive », ce qui pour le coup, devient parfois incompréhensible, et pose un sérieux problème notamment parce que cela touche aussi les plus jeunes, en plein apprentissage.

L’écriture inclusive menace clairement l’apprentissage de nos enfants, alors que beaucoup ont déjà de grandes difficultés à maîtriser la grammaire et l’orthographe.  Selon les résultats des évaluations nationales de 6e passées en janvier 2020 (dans les établissements scolaires publics, hors éducation prioritaire) 38,5 % des élèves n’ont pas un score « satisfaisant » en français. Imaginez le score une fois que l'écriture inclusive aura achevé son oeuvre destructrice dans les cerveaux.

Le ministre de l’éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, a par ailleurs officiellement proscrit, par une circulaire, l’utilisation de l’écriture inclusive, expliquant que la « complexité » et l’« instabilité » de celle-ci constituent des « obstacles à l’acquisition de la langue comme de la lecture ».

Que faut-il de plus aux élus de la région Bretagne et des collectivités de Bretagne qui emploient et font employer l'écriture inclusive dans leurs communications, à nos frais,  c'est à dire aux frais des contribuables de Bretagne, pour cesser cet usage parfaitement idéologique, de nature à diviser profondément la société bretonne qui n'a pas besoin d'une division idéologique supplémentaire ?

L'écriture inclusive n'a rien à voir avec l'égalité entre les hommes et les femmes. Elle relève simplement, comme pour toutes les lubies « wokes » actuelles, de l'effacement progressif d'une langue, au même titre que ses défenseurs oeuvrent par ailleurs à la disparition progressive d'une civilisation, ce qui est paradoxale quand on prétend par ailleurs sauver les langues de Bretagne.

C'est pourquoi nous prenons l'initiative de lancer cette pétition, qui sera remise au futur président de la Région Bretagne, à l'issue des élections régionales, et en marge de son intronisation à la Région. Nous remettrons également cette pétition à chaque majorité départementale, afin qu'elle prenne en compte, si vous êtes suffisamment nombreux à voter, les souhaits des Bretonnes et des Bretons concernant la fin de l'écriture inclusive comme élément de communication générale.

Objectif avant le 31 décembre 2021 : obtenir 250 000 signatures, c'est à dire 10% du nombre d'inscrits sur les listes électorales en Bretagne administrative

%%votre signature%%

Partager avec vos amis:

   

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Météo. Attention gros coup de vent en Bretagne dès mercredi

L'automne s'installe. Les Miz Du arrivent. Et au préalable, les coups de tabac sur la Bretagne aussi. Une grosse...

Langue bretonne. Le réseau Diwan mobilisé de Quimper à Nantes pour le versement du forfait scolaire

Le réseau Diwan avait appelé à la mobilisation le weekend dernier afin de garantir le versement du forfait scolaire...

3 Commentaires

  1. Je voulais signer, mais je vous la mention « BCC vous-même  » déjà pré-cocher. Oui, mais que veut dire cette phrase ?
    Je ne peux pas m’engager sans savoir ce qui est écirt.

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés