Pétition contre l’emploi de l’écriture inclusive par la Région Bretagne et les collectivités de Bretagne

A LA UNE

Nico Prat – Benjamin Durand : « La victoire d’Oasis se situe dans un soft power mainstream par delà les classes sociales et les...

Les éditions Playlist society viennent de sortir un bouquin que tous les amateurs de rock doivent posséder. Avec Oasis...

Jean-Yves Le Gallou : « Une candidature Zemmour pulvériserait le front républicain » [Interview]

Les Bobards d'Or, traditionnelle cérémonie de la fondation Polémia qui récompense les médias de grand chemin, se sont déroulés...

Gens du voyage. Des occupations illégales de terrains qui exaspèrent maires et propriétaires

Phénomène récurrent en France, les occupations illégales de terrains par des gens du voyage, nombreuses ces derniers jours, exaspèrent...

Cyclisme. Tour de France 2021. Le parcours détaillé étape par étape [Analyse]

Le Tour de France 2021 se rapproche à grands pas. Après vous avoir présenté les 4 étapes bretonnes dans...

Alain de Benoist : « Mieux cerner la personne du Jésus de l’histoire et l’état actuel de la recherche » [Interview]

Alain de Benoist vient de sortir L'homme qui n'avait pas de père. Le dossier Jésus, livre enquête sur Jésus,...

La Région Bretagne communique beaucoup. Mais depuis plusieurs années, elle communique en breton, en gallo, ce qui est une bonne chose…mais aussi en français « écriture inclusive », ce qui pour le coup, devient parfois incompréhensible, et pose un sérieux problème notamment parce que cela touche aussi les plus jeunes, en plein apprentissage.

Voir encore un exemple ci-dessous :

L’écriture inclusive menace clairement l’apprentissage de nos enfants, alors que beaucoup ont déjà de grandes difficultés à maîtriser la grammaire et l’orthographe.  Selon les résultats des évaluations nationales de 6e passées en janvier 2020 (dans les établissements scolaires publics, hors éducation prioritaire) 38,5 % des élèves n’ont pas un score « satisfaisant » en français. Imaginez le score une fois que l’écriture inclusive aura achevé son oeuvre destructrice dans les cerveaux.

Le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, a par ailleurs officiellement proscrit, par une circulaire, l’utilisation de l’écriture inclusive, expliquant que la « complexité » et l’« instabilité » de celle-ci constituent des « obstacles à l’acquisition de la langue comme de la lecture ».

Que faut-il de plus aux élus de la région Bretagne et des collectivités de Bretagne qui emploient et font employer l’écriture inclusive dans leurs communications, à nos frais,  c’est à dire aux frais des contribuables de Bretagne, pour cesser cet usage parfaitement idéologique, de nature à diviser profondément la société bretonne qui n’a pas besoin d’une division idéologique supplémentaire ?

L’écriture inclusive n’a rien à voir avec l’égalité entre les hommes et les femmes. Elle relève simplement, comme pour toutes les lubies « wokes » actuelles, de l’effacement progressif d’une langue, au même titre que ses défenseurs œuvrent par ailleurs à la disparition progressive d’une civilisation, ce qui est paradoxale quand on prétend par ailleurs sauver les langues de Bretagne.

C’est pourquoi nous prenons l’initiative de lancer cette pétition, qui sera remise au futur président de la Région Bretagne, à l’issue des élections régionales, et en marge de son intronisation à la Région. Nous remettrons également cette pétition à chaque majorité départementale, afin qu’elle prenne en compte, si vous êtes suffisamment nombreux à voter, les souhaits des Bretons concernant la fin de l’écriture inclusive comme élément de communication générale.

N’oubliez pas que ce qui a été fait et mis en place, peut être défait. Il suffit d’une volonté politique.

Objectif avant le 31 décembre 2021 : obtenir 250 000 signatures, c’est à dire 10% du nombre d’inscrits sur les listes électorales en Bretagne administrative

Pétition contre l'emploi de l'écriture inclusive par la région Bretagne et les collectivités de Bretagne

La région Bretagne communique beaucoup. Mais depuis plusieurs années, elle communique en breton, en gallo, ce qui est une bonne chose...mais aussi en français « écriture inclusive », ce qui pour le coup, devient parfois incompréhensible, et pose un sérieux problème notamment parce que cela touche aussi les plus jeunes, en plein apprentissage.

L’écriture inclusive menace clairement l’apprentissage de nos enfants, alors que beaucoup ont déjà de grandes difficultés à maîtriser la grammaire et l’orthographe.  Selon les résultats des évaluations nationales de 6e passées en janvier 2020 (dans les établissements scolaires publics, hors éducation prioritaire) 38,5 % des élèves n’ont pas un score « satisfaisant » en français. Imaginez le score une fois que l'écriture inclusive aura achevé son oeuvre destructrice dans les cerveaux.

Le ministre de l’éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, a par ailleurs officiellement proscrit, par une circulaire, l’utilisation de l’écriture inclusive, expliquant que la « complexité » et l’« instabilité » de celle-ci constituent des « obstacles à l’acquisition de la langue comme de la lecture ».

Que faut-il de plus aux élus de la région Bretagne et des collectivités de Bretagne qui emploient et font employer l'écriture inclusive dans leurs communications, à nos frais,  c'est à dire aux frais des contribuables de Bretagne, pour cesser cet usage parfaitement idéologique, de nature à diviser profondément la société bretonne qui n'a pas besoin d'une division idéologique supplémentaire ?

L'écriture inclusive n'a rien à voir avec l'égalité entre les hommes et les femmes. Elle relève simplement, comme pour toutes les lubies « wokes » actuelles, de l'effacement progressif d'une langue, au même titre que ses défenseurs oeuvrent par ailleurs à la disparition progressive d'une civilisation, ce qui est paradoxale quand on prétend par ailleurs sauver les langues de Bretagne.

C'est pourquoi nous prenons l'initiative de lancer cette pétition, qui sera remise au futur président de la Région Bretagne, à l'issue des élections régionales, et en marge de son intronisation à la Région. Nous remettrons également cette pétition à chaque majorité départementale, afin qu'elle prenne en compte, si vous êtes suffisamment nombreux à voter, les souhaits des Bretonnes et des Bretons concernant la fin de l'écriture inclusive comme élément de communication générale.

Objectif avant le 31 décembre 2021 : obtenir 250 000 signatures, c'est à dire 10% du nombre d'inscrits sur les listes électorales en Bretagne administrative

%%votre signature%%

Partager avec vos amis:

   

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Treillières (44). Polémique autour d’un champ jouxtant une école et traité aux pesticides

Depuis le mois de mai 2019 des maires prennent des arrêtés interdisant les pesticides. Et dans les communes, la...

Irlande du Nord. Un accord sur la langue gaélique trouvé. Un nouveau Premier ministre va être désigné

Un accord sur la langue gaélique a été trouvé en Irlande du Nord, débloquant une situation qui se tendait,...

3 Commentaires

  1. Je voulais signer, mais je vous la mention « BCC vous-même  » déjà pré-cocher. Oui, mais que veut dire cette phrase ?
    Je ne peux pas m’engager sans savoir ce qui est écirt.

Commenter

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles liés

Argent public et immigration. Gilles Pennelle dénonce les manoeuvres de la Région Bretagne

Conseiller régional de Bretagne, Gilles Pennelle a dénoncé dans un communiqué une nouvelle subvention de la région Bretagne à l’association SOS Méditerranée, qui ramène...

Ar Bibl Santel e skritur enlaka

Setu, emañ viloc'h-vilañ ar gevredigezh a-vremañ evel ar seizh pec'hed kapital. Embannet eo bet gant an iliz katolik eus Bro-Saoz ha Bro-Gembre e vo...

Psychiatrie. Une nouvelle version de La Bible….en écriture inclusive

L'Occident ressemble chaque jour un peu plus à un asile psychiatrique géant. La traduction de la Bible qui sera utilisée dans la nouvelle édition pour...

L’écriture inclusive officiellement interdite dans l’Education nationale

Dans une circulaire publiée au Bulletin officiel ce jour, l'Éducation nationale écarte "l’écriture dite inclusive qui utilise notamment le point médian". Cela fait suite à une annonce...