Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Nantes. Crêperie Le Vieux Quimper, une valeur sûre du Bouffay

« Quand je vois ce que je livre, je sais que c’est bon ». C’est aiguillé par un livreur de légumes passé par Talensac que nous franchîmes le seuil du Vieux Quimper, une crêperie située dans une des rares maisons médiévales rescapées de l’histoire mouvementée de Nantes – guerres à répétition contre les Français et les Anglais, urbanisme du XVIIIe, noyades de Carrier, bombardements et autres barricades.

Au premier le visiteur a le choix, entre la cheminée de pierre et la – très rare – vue sur le chevet de Sainte-Croix et le beffroi municipal en fonte du XVIIe, rapatrié de la Tour du Bouffay et remonté sur le clocher en 1860, d’où quatre anges jouent du pipeau vers les quatre points cardinaux – l’Arbre aux Hérons est authentiquement nantais, donc.

Délaissant d’emblée les galettes du moment – dont une roborative végétarienne (compotée de poivrons, chèvre, œuf, 13.9€) ou une galette Bergère à la confiture d’oignons au muscadet (12.9€), nous choisîmes une bien nommée Gargantua (13.8€).

Voyez un peu – de l’emmental français, un œuf, une compotée de légumes (tomates, oignons) et des champignons à la crème, ainsi que de l’andouille – devant la prolifération d’andouilles à tous les étages jusqu’à la magistrature suprême, il faut sauver la Patrie et faire preuve de conscience sociale – mangez toutes les andouilles qui se présentent à vous, sans hésitation, n’en oubliez aucune.

L’on remarquera au passage que la question des régimes spéciaux est évacuée avec élégance et esprit pratique – si vous voulez échapper à votre devoir patriotique et vous passer d’andouille, ou d’autre charcuterie, vous paierez un euro de moins.

Pour les crêpes délices – des dentelles croquantes – il en va comme des coiffes bigoudènes, le pratique le cède au monumental. Ainsi de la crêpe Caramelo (9.10€), deux boules de glace vanille et caramel, de la Chantilly, chocolat chaud et Chantilly. Il faut casser doucement tout le pourtour pour espérer en venir à bout – et prendre le temps de savourer.

Louis Moulin

Crédit photos : Breizh-info.com
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

Les commentaires sont fermés.

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

Gastronomie, Le Mag'

La Baule. Les Sablons, la crêperie repère des Baulois

Découvrir l'article

Local

Hennebont (56). Une crêperie cambriolée et incendiée

Découvrir l'article

Le Mag'

L’Hermine à Saint-Briac. Une crêperie historique…et séduisante !

Découvrir l'article

Local, ST-MALO

Confinement : Des crêpiers inquiets de l’avenir de leurs établissements

Découvrir l'article

Le Mag', Local, NANTES

Nantes. Le Loup, le Renard et la Galette : l’usine à bonne galette

Découvrir l'article

Le Mag', Local, QUIMPER

Guerre des crêpes à Sainte-Marine ?

Découvrir l'article

Le Mag'

Envie de crêpes à Pont-Aven ? Voici l’Auberge de la fleur d’ajonc

Découvrir l'article

Le Mag'

Belle-Isle-en-Terre (22). Restauration obligatoire à Ty Ar C’hrampouz

Découvrir l'article

Le Mag'

Dahouët (22). Le Zef, une crêperie en coup de vent  

Découvrir l'article

Le Mag'

Le Pouliguen. Le Barapom, crêperie incontournable et originale !

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Ne ratez pas notre prochaine enquête sans filtre sur un sujet tabou !

Inscrivez-vous dès maintenant à notre newsletter confidentielle.

🔍 Recevez nos analyses pointues et nos scoops exclusifs directement dans votre boîte mail. 🔍