La guerre au Yémen est loin d’être terminée

A LA UNE

Alors que le monde entier se préoccupe exclusivement de l’Afghanistan, d’autres conflits continuent de se dérouler et reçoivent de moins en moins d’attention. C’est précisément le cas au Yémen. Contrairement aux attentes de certains experts au début de 2021, la guerre civile n’a pas pris fin et, en fait, la violence semble augmenter de jour en jour. Bien que représentant une grande avancée vers une possible résolution du conflit, les dialogues internationaux tenus jusqu’à présent ont été insuffisants et, malheureusement, la société internationale a tendance à diminuer encore son attention à la crise humanitaire dans le pays.

Plus tôt dans la journée de dimanche, l’armée de l’air saoudienne a intercepté un missile balistique lancé par les rebelles houthis contre des cibles situées dans la province orientale. Cette région est riche en pétrole, ce qui indique que les cibles de l’attaque étaient probablement des installations pétrolières saoudiennes. Bien que l’attaque ait été interceptée, les dégâts ont été importants. Les débris générés par le missile se sont répandus dans toute la région de Dahyat Al-Dammam, détruisant quatorze maisons et blessant au moins deux enfants. Selon les données du ministère de la Défense du Royaume, en plus de ce missile, les forces saoudiennes ont intercepté et détruit le même jour deux autres missiles balistiques et trois drones chargés d’armes lourdes qui avaient été lancés par les rebelles en direction des provinces de Jazan et de Najran.

Ces cas ne sont qu’une partie d’une grande vague d’attaques récentes. La résistance houthie a annoncé publiquement qu’elle avait mené des attaques contre les installations d’Aramco (une importante compagnie pétrolière d’État saoudienne), principalement à Ras Tanura et à Djeddah, des villes situées respectivement dans l’est du royaume saoudien et sur la côte de la mer Rouge. Les attaques ont été menées précisément par des drones et des missiles balistiques.

Les médias occidentaux ont décrit ces cas comme une vague de violence des Houthis, mais la réalité est bien plus complexe. En attaquant les bases pétrolières saoudiennes, les rebelles tentent de couper une source de financement importante pour le gouvernement yéménite, qui a perpétré une énorme série de crimes humanitaires contre la population houthie. À cet égard, le porte-parole des rebelles, Yahya Saria, a déclaré : « Dans le cadre de la lutte contre l’agression criminelle contre le pays, nos forces armées ont attaqué des cibles vitales et des bases militaires appartenant à l’Arabie saoudite, en particulier, les installations d’Aramco à Ras Tanura dans la région de Dammam, en utilisant huit drones et un missile balistique ».

Les crimes commis par les troupes saoudiennes et les forces gouvernementales yéménites – avec le soutien et le financement du Royaume – sont dénoncés depuis le début du conflit en 2015. Massacre de civils, blocage de l’aide humanitaire et bombardements de régions densément peuplées deviennent des scénarios courants dans le pays. Des accusations sont également portées contre les Houthis eux-mêmes, qui auraient soi-disant aussi commis quelques crimes de guerre, mais le nombre et la gravité des actes perpétrés par les rebelles semblent bien moindres. Les insurgés ont moins de ressources matérielles et financières pour pratiquer la violence contre leurs ennemis, même s’ils reçoivent le soutien de l’Iran.

La coalition arabe dirigée par Riyad a investi massivement dans la guerre, principalement pour servir de laboratoire à la puissance aérienne saoudienne, en testant des équipements militaires modernes de type drone contre le peuple Houthi (qui est une minorité ethnique chiite, et pas seulement une armée rebelle). En effet, tant qu’il y aura un financement saoudien pour le gouvernement yéménite, la situation humanitaire restera catastrophique, il n’y a donc rien de particulièrement « mauvais » ou « anti-humanitaire » dans les récentes attaques des Houthis contre le territoire saoudien – il s’agit simplement d’une stratégie visant à attaquer les racines du conflit.

Cependant, l’attitude occidentale a consisté à condamner avec véhémence les Houthis. Washington s’est prononcé contre les rebelles, exigeant la fin immédiate des attaques transfrontalières. Le secrétaire d’État Anthony Blinken a déclaré : « Les États-Unis condamnent la dernière attaque de missiles des Houthis contre l’Arabie saoudite qui a frappé la province orientale le 4 septembre, blessant deux enfants et endommageant plusieurs maisons. Ces attaques menacent la vie des résidents du Royaume, dont plus de 70 000 citoyens américains« .

Il est intéressant de noter que Washington a ouvert une crise diplomatique avec les Saoudiens précisément à cause des crimes humanitaires au Yémen. Aujourd’hui, la position américaine consiste à critiquer l’attitude également anti-humanitaire des Houthis. Et avec cela, le gouvernement américain se réduit au rôle de « régulateur moral » des droits de l’homme, alors qu’il pourrait utiliser son influence pour résoudre le conflit.

Bien que l’Asie centrale soit aujourd’hui un grand « thermomètre géopolitique » mondial, le scénario yéménite reflète en grande partie la situation au Moyen-Orient et mérite d’être traité avec une attention particulière. Il y a plusieurs mois, de nombreux experts ont commencé à prédire que la guerre dans le pays le plus pauvre du Moyen-Orient prendrait fin car, en plus de la pression américaine contre les Saoudiens, Riyad a commencé à se rapprocher de Téhéran, mais les négociations n’ont pas suffisamment progressé pour mettre fin au conflit, et, avec cela, la guerre a progressivement évolué d’une simple « guerre par procuration » à une véritable confrontation internationale.

De plus en plus, la guerre semble dépasser les frontières, et il ne s’agit plus nécessairement d’une guerre par procuration, mais d’un affrontement qui se poursuivra jusqu’à ce qu’un camp remporte une victoire absolue, quelle que soit l’approche de l’Arabie saoudite et de l’Iran. Les Houthis continueront à se battre, et il est probable que, même dans un scénario approchant, les Iraniens et les Saoudiens continueront à financer la guerre comme moyen de tester du matériel militaire et de faire pression les uns sur les autres pour obtenir des avantages dans leurs négociations.

Lucas Leiroz (Infobrics, traduction breizh-info.com)

Photo d’illustration : DR
[cc] BREIZH-INFO.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Rennes. Il gifle une dame de 80 ans..son avocate veut qu’il fasse « un stage pour apprendre à gérer ses émotions »

Un individu de 34 ans était jugé en comparution immédiate cette semaine à Rennes, pour avoir giflé, mercredi 22...

Rennes. Le RN dénonce les ateliers « en non mixité » et les subventions publiques au festival néo-féministe « Dangereuses Lectrices »

Ces 25 et 26 septembre s'est tenu à Rennes un drôle de festival, ultra confidentiel, mais subventionné par la...

2 Commentaires

  1. Article partiel et partial. Les Yéménites ont des traditions guerrières avec des spécialités de guerres civiles récurrentes. Prétendre distinguer des « bons » Houthis zaîdistes » des « méchants loyalistes sunnites » » est une vue de l’esprit, qui dénote surtout une absence de compréhension des systèmes tribaux-claniques très complexes du Yémen( par exemple .https://www.persee.fr/doc/rfsp_0035-2950_1981_num_31_4_393974.) Quant aux houtis si curieusement versés dans les systèmes sophistiqués balistiques et de drones par exemple aussi ce rapport d’Amnesty récent https://www.amnesty.fr/conflits-armes-et-populations/actualites/yemen-conflit-l-enfer-des-detenus-sous-le-controle-des-houtis.

Commenter

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles liés