Le compte Twitter de Tom Van Grieken (Vlaams Belang) bloqué après publication d’images de violence anti-blancs

A LA UNE

Twitter a verrouillé la page du président du Vlaams Belang, Tom Van Grieken. Selon le géant Big Tech, Tom Van Grieken aurait violé les règles concernant les comportements haineux en partageant des images d’une attaque particulièrement brutale contre une dame âgée dans les transports publics. La motivation de Twitter est particulièrement ironique, étant donné qu’il voulait justement dénoncer la violence anti-blancs, ce qui n’est, pas encore, punissable.

Tom Van Grieken (Vlaams Belang) : « L’Union Européenne ? Une machine à broyer nos peuples » [Interview]

Le président du plus grand parti (sondage après sondage) du pays n’a de nouveau pas pu joindre son compte Twitter. Selon Twitter, Tom Van Grieken a fait preuve d’un «comportement haineux» et a «appelé à la violence contre d’autres personnes, des personnes menacées ou harcelées sur la base de la race, l’origine ethnique, la nationalité, l’orientation sexuelle, le sexe, l’identité de genre, la religion, l’âge, le handicap ou maladie». 

«Ce que j’ai fait, c’est simplement dénoncer la violence contre les civils», répond Tom Van Grieken. «Et oui, j’ai traité le voyou qui a commis ces actes de violence de «racaille». Ce n’est pas un discours de haine, mais une déclaration objective. Les personnes qui commettent ces crimes doivent être retirées de la société et emprisonnées. Je ne vais pas réviser ou retirer cet avis, bien au contraire. Tom Van Grieken poursuit: «En fait, Twitter manipule de manière très ostentatoire notre politique intérieure, et celle d’autres pays d’ailleurs. Je suis un politicien élu et je n’ai rien dit de criminel, pourtant Twitter se sent autorisé à entraver notre débat démocratique interne. Il est désormais difficile de parler de coïncidence et cela devrait être une préoccupation pour tous les démocrates, pas seulement pour nous.»

Plus tôt cette année, le Vlaams Belang a soumis un projet de loi et une proposition de décret qui empêcheraient les sociétés de réseaux sociaux de supprimer du contenu ou des utilisateurs tant que rien de ce qui est publié ne viole la loi.

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Gilles Lebreton, député européen du RN à Nantes : « Le véritable adversaire, c’est Macron »

Gilles Lebreton, député européen du Rassemblement national, était à Nantes le 23 janvier  pour la traditionnelle galette des rois...

Nantes. Stups tous azimuts…

Les jours passent, et malgré le brouillard et les renforts policiers, les délinquants continuent de s'activer, notamment en vendant...

1 COMMENTAIRE

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés