Julie Lechanteux, député européen (RN) : « Marine Le Pen propose que le harcèlement de rue soit considéré comme un véritable délit » [Interview]

Julie Lechanteux est député européen du Rassemblement national et porte-parole thématique de Marine Le Pen concernant les droits et libertés des femmes. Lionel Baland l’a interrogée pour Breizh-info.

Breizh-info.com : Un groupe Facebook intitulé « Les Femmes avec Marine » a vu le jour. Quelle est la raison de cette création ? 

Julie Lechanteux : Ce compte qui a été créé sur Facebook et sur Twitter, est un compte de soutien. Il vise à dénoncer ce que peuvent vivre les femmes en France aujourd’hui. Il a aussi pour objectif de relayer les propositions de Marine Le Pen sur ce thème ô combien important des libertés et des droits des femmes, ainsi que l’action de sa porte-parole thématique et toutes les actions et prises de position qui ont trait à ce sujet, de la part de femmes ayant l’envie de participer à cette campagne aux côtés de la candidate des femmes, Marine Le Pen.

Breizh-info.com :  L’insécurité hallucinante que connaît la France touche particulièrement les femmes. Quelles mesures spécifiques Marine Le Pen envisage-t-elle afin de combattre ce fléau, notamment pour lutter contre les attaques à caractère sexuel ?

Julie Lechanteux : La première des mesures est déjà de faire appliquer la loi, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui quand on sait par exemple que seuls 499 placements sous bracelets anti-rapprochement ont été prononcés par les juridictions depuis le début de l’année, alors que 220 000 femmes subissent des violences conjugales chaque année. Ensuite, il faut durcir la loi concernant les violences à caractère sexuel.

Marine Le Pen propose que le harcèlement de rue soit considéré comme un véritable délit, ce qui n’est pas le cas actuellement.

Elle souhaite également que les personnes condamnées pour des faits qualifiés d’« outrage sexiste » fassent l’objet d’une inscription au fichier des délinquants et criminels sexuels. De même, pour les auteurs d’apologie de crimes et de délits sexuels. Nous devons être fermes, faire appliquer les lois et mettre en œuvre les propositions de lois. Concernant les viols, plus aucune excuse ne doit être trouvée comme c’est le cas aujourd’hui, plus aucune justification culturelle ou cultuelle ne doit être tolérée ! La fermeté doit être appliquée. Enfin, l’arrêt de l’immigration massive fera diminuer l’insécurité en France comme le prouve ces quelques chiffres : ​60% d’agressions sexuelles sont le fait d’étrangers dans les transports en commun d’Île-de-France et 52% des viols commis à Paris l’ont été par des étrangers. C’est pour cette raison que Marine Le Pen propose un projet de référendum clef en main, pour notamment interdire la régularisation des clandestins et expulser les délinquants et criminels étrangers.

Breizh-info.com :  Et les femmes battues ?  

Julie Lechanteux : Nous devons les protéger beaucoup plus efficacement que ce qui est le cas aujourd’hui. Je vous parlais des bracelets anti-rapprochement tout à l’heure, il faut développer ce dispositif et le faire fonctionner à plein régime. Il faut aussi faire appliquer la loi concernant les ordonnances de protection qui permettent d’interdire aux coupables d’entrer en contact avec les victimes. Marine Le Pen propose également d’augmenter considérablement le nombre de structures d’accueil et les aides financières, en étroite collaboration avec les communes, afin de mieux former le personnel, entretenir les locaux et fournir du matériel. Ces structures existent, mais il faut les développer et les multiplier, leur donner les moyens d’agir, et surtout les réserver aux femmes, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui avec la réservation de certaines de ces structures à des migrants / clandestins masculins. La candidate des femmes souhaite aussi que les victimes soient mieux prises en charge par la justice et par les commissariats. Elle investira dans les technologies pour vraiment protéger les femmes de leurs agresseurs.

Breizh-info.com : Comment Marine Le Pen peut-elle s’opposer à l’islamisation rampante de certaines parties du territoire national ? Quelle est sa position par rapport au port du voile ? De quelle manière désire-t-elle défendre la liberté des femmes ?

Julie Lechanteux : Pour lutter contre l’islamisation, il faut déjà la nommer, ce que le gouvernement ne fait pas. Ensuite, il faut de la volonté politique, ce que Marine Le Pen possède. Lorsqu’elle sera au pouvoir, elle luttera avec énergie contre cette idéologie mortifère, d’abord en combattant l’immigration massive, ensuite en condamnant tous ceux qui incitent à la haine de la France et de ses valeurs, avec les propositions concrètes suivantes : interdire la régularisation des clandestins, expulser les délinquants et les criminels étrangers, mettre fin au droit du sol et à l’acquisition automatique de la nationalité française, interdire dans la Constitution le communautarisme. Ces points techniques font partie du référendum sur l’immigration qui sera proposé aux Français, et qui aura, de fait, un impact sur l’islamisme. Marine Le Pen interdira également le voile dans l’espace public. Elle mettra tout en œuvre pour mettre à genoux l’islamisme et pour le faire reculer. Toutes ces mesures contribueront à rendre aux femmes leurs libertés, à leur montrer la lumière face à l’obscurantisme.

Breizh-info.com :  Quelles sont les mesures spécifiques que Marine Le Pen envisage pour promouvoir la natalité française ?  

Julie Lechanteux : Notre candidate souhaite, pour commencer, réserver les prestations familiales aux foyers dont au moins un des parents est Français. Par ailleurs, nous devons améliorer l’offre de soins. Car une femme qui souhaite avoir un enfant se pose la question de l’accès à la maternité, de l’accès à une consultation de gynécologie. Nous augmenterons donc ces offres de soins pour rassurer les femmes et les familles, pour leur proposer une grossesse qui se passe dans des conditions de sérénité. Contrairement à Emmanuel Macron, nous choisissons la natalité plutôt que l’immigration.

Breizh-info.com : Quelle est sa position en matière d’avortement ?

Julie Lechanteux : Marine Le Pen souhaite évidemment que ce droit perdure, mais notre position était de ne pas faire évoluer le délai à 14 semaines. Nous souhaitions le conserver à 12 semaines. À 14 semaines, l’opération nécessaire pour pratiquer un avortement est beaucoup plus lourde, puisqu’il ne s’agit plus d’inspiration, mais de « casser » le crâne de l’enfant et de le sortir morceau par morceau. C’est à la fois violent et dangereux. Plus l’avortement est tardif, plus il est dangereux pour la femme. C’est d’ailleurs ce que rappelait Simone Veil. L’avortement n’est pas quelque chose d’anodin, c’est un droit, certes, mais qui doit rester encadré.

Breizh-info.com : Des mesures particulières sont-elles prévues pour les familles monoparentales ? 

Julie Lechanteux : Absolument. Nous voulons soutenir toutes les familles françaises, et donc aussi les familles monoparentales. Mais cette question est transversale : donner la priorité au logement, à l’emploi et aux aides sociales aux Français est déjà une façon importante d’aider les familles monoparentales, en plus des mesures avancées dans mes réponses précédentes et en plus des mesures prochaines qu’annoncera Marine durant la campagne. Avec une priorité au logement, à l’emploi et aux aides et avec plus de structures d’accueil pour les enfants, les familles monoparentales trouveront l’aide qui leur est nécessaire et qui leur correspond.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

2 réponses

  1. S’occuper des femmes, c’est très bien, qu’il y ait un délit pourquoi pas, mais quand est-ce qu’elle va s’occuper de faire sortir la France de cette m..e qu’est l’UE. Elle veut renégocier le Traité, mais c’est impossible à 28. Seule solution l’article 50, comme les british qui eux ont le cran d’aller au bout et qui sont redevenus maître chez eux sans cette oligarchie bruxelloise et sa commission de branquignoles.

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !