Législatives : NUPES essaie de faire la différence à la campagne, à Saint-Nazaire et sur la côte

Suite de l’analyse des élections en Loire-Atlantique. Dans les autres circonscriptions du département, de l’immensité rurale de la 6e – très France périphérique – à l’urbaine et ouvrière huitième (Saint-Nazaire et Basse-Loire), NUPES est en tête partout sauf dans la 10e (Vignoble) et essaie de faire le grand chelem, notamment dans le Vignoble où la droite réussit à sauver les murs, sans se qualifier au second tour.

Sixième circonscription : un maire NUPES ou l’apparatchik LREM ?

Deux mondes et deux visions de la politique s’affrontent dans l’immense 6e circonscription (Ancenis, Châteaubriant, Derval, St Nicolas de Redon, Blain) et ses 72 communes, une des plus grandes de France, tant en population (150.000 habitants, mais 115.000 inscrits) qu’en superficie – la troisième plus étendue de la métropole. C’est le maire de Saffré, candidat de la NUPES Jean-Claude Raux qui vire en tête (32.7%) contre l’apparatchik LREM, proche d’un des responsables des investitures dans le parti, Jordan Esnault (25.19%) pour la succession du sortant PS puis LREM Yves Daniel.

Là encore, le RN double la droite malgré une campagne à minima – 17.2% pour Teddy Bougot contre 9.56% pour le candidat LR François Guyot, dans ce qui fut jadis un fief de droite, celui de la famille Hunault – à Châteaubriant même il atteint 15.88% et la troisième place, derrière en Marche et Nupes. Le RN fait des pointes dans diverses communes, par exemple 23.17% à Villepot, 36.64% à Juigné des Moutiers, 24.47% à Pouillé-les-Coteaux, 31.97% à Mouais, 23.4% à Conquereuil, 27.4% à Pierric etc…  Peut-être qu’en labourant un peu la circonscription où en pleine vague LREM, en 2017, le parti avait tout de même fait 10%, le RN aurait eu ses chances…

Le dissident d’En Marche, implanté à Châteaubriant, François Xavier le Hécho, ne réunit que 2108 voix (3.89%), mais 8.94% à Châteaubriant même, et la candidate de Reconquête pourtant assez connue autour de Riaillé, 3.5% (mais 9.61% à Riaillé même) ; l’élu blinois Jacky Flippot ne réunit que 0.95% des voix pour le Parti breton (à peine mieux à Blain, 2.05%).

Petite étrangeté locale – la commune de Freigné, pourtant rattachée à la commune nouvelle de Vallons de l’Erdre, ex-Saint-Mars la Jaille en Loire-Atlantique – a du pourtant voter pour la circonscription d’Angers-Segré, le découpage électoral n’ayant pas été mis à jour. Résultat : 65% d’abstention au premier tour, et 3.5% de bulletins blancs et nuls.

7e circonscription : une communiste députée de La Baule ?

Dans la 7e circonscription, dont on oublie souvent qu’il n’y a pas que La Baule et le pays Blanc, mais aussi Pontchâteau, Saint-Gildas des Bois, Herbignac et autres banlieues nord et ouest de l’agglomération nazairienne où habitent les ouvriers chassés par la gentrification, NUPES vire en tête avec la communiste Véronique Mahé (24.26% des voix), face à la députée sortante Sandrine Josso (22.4%), avec 51% de participation.

Cette dernière est favorite sur le papier – si on ignore où iront les électeurs du RN (15.96%, Laurence le Page), les voix de la droite (Bertrand Plouvier, parachuté depuis Rennes, en 4e place avec 13.22%) du dissident LREM Baulois Jean-Yves Gontier (9.96%) et du candidat zemmouriste Laurent Gaudeau (5.16%) devraient en toute logique se reporter sur la députée sortante pour éloigner le péril rouge de La Baule.

La diversité de la circonscription est représentée par ses communes – ainsi Saint-Gildas des Bois donne 19.31% au RN et 27.20% à la France Insoumise, la Turballe traduit sa gentrification croissante en plaçant Sandrine Josso en tête (28%), cinq points devant la candidate NUPES, tandis que l’industrieuse commune de Pontchâteau place au contraire NUPES loin en tête (31.5%) et donne 19% au RN. A La Baule même, la droite sauve les meubles en restant en tête (27%), suivie de Josso (21%) et Gontier (13%), le candidat zemmouriste y atteignant presque 9%. En Brière, Saint-Joachim renoue avec ses rouges amours – NUPES mène à 35.6% devant le RN (25%) suivi de la députée sortante (17%), avec LR loin derrière, tout juste à 5%.

Si Sandrine Josso demeure favorite, y compris pour les instances d’En Marche et le Modem, cette députée à la loyauté fluctuante peut pâtir de sa notoriété entamée, tant par des combines que les qualités qu’elle a pu s’attribuer, ou ses relations compliquées avec ses ex-collaborateurs. Néanmoins elle doit un gros cierge aux juges nantais, qui ont d’abord repoussé du 31 mai au 10 juin le rendu du jugement en référé sur un prêt qu’elle a contracté auprès de son ex-collaboratrice et jamais remboursé, puis l’ont déboutée en référé, l’obligeant à aller au fond.

Reste à savoir si La Baule et le littoral – où votent de nombreux nantais désespérés par le glissement continu de Nantes à gauche, et qui ont fini par laisser tomber l’affaire pour voter, et peser, sur la côte – vont avoir raison contre l’intérieur ouvrier et rural de la circonscription, et contre les Briérons.

8e circonscription : le retour de Saint-Nazaire la rouge ?

Plus bas à l’ouest du département, dans la 8e circonscription qui englobe Saint-Nazaire et son agglomération le long de la Loire, NUPES vire aussi en tête à 32%, contre la députée sortante Audrey Dufeu à 27%, en ballotage défavorable .

Là aussi, le RN échoue aux portes du second tour (15.37%), son secrétaire départemental faisant en revanche le meilleur résultat de Loire-Atlantique. Le dissident socialiste soutenu par la mairie de Saint-Nazaire, Xavier Perrin, est derrière (12.34%), suivi, très loin derrière, d’une droite inexistante (4.53% pour LR, 2.53% pour Reconquête).

Le RN a là encore atteint des pointes dans certaines communes, notamment Donges où la NUPES est en tête à 30% suivie de Gauthier Bouchet à 27.8%, Montoir-de-Bretagne où il atteint 24% avec 58% d’abstention, Quilly où il fait 22% avec 50% d’abstention. Cependant à Saint-Nazaire même le dissident socialiste Xavier Perrin est troisième à 14.7%, derrière la députée sortante (27%) et Nupes (32.5%) et à Savenay, c’est Audrey Dufeu qui vire en tête, à 34%, le RN n’y faisant que 11.8%.

Neuvième circonscription (Pays de Retz)  : difficile mais réalisable pour Yannick Haury

Miné par la dissidence de Paul Brounais (11.42%) et, juste avant la fin de la campagne, une accusation de violences sexuelles par une élue du Pellerin, Yannick Haury a tout de même réussi à se qualifier au second tour (25.6%) en ballotage défavorable face à la candidate Hélène Macon de la NUPES (28.6%), mais avec des réserves de voix.

Si on ignore où iront les 17.6% rassemblés par le RN, les voix qui se sont portées sur le dissident Paul Brounais (Horizons), l’UDI Alain le Coz (5.90%), le divers droite Dominique Pilet (2.6%) et le candidat zemmouriste Laurent Chomard (3.2%) devraient en toute logique se reporter sur le candidat de la majorité présidentielle.

On note là encore des résultats très divers selon les communes d’une circonscription qui rassemble tout et son contraire, des communes ouvrières de l’agglomération de Nantes aux communes résidentielles du littoral, en passant par des périphéries rurales plus délaissées et le centre industriel presque à plein emploi de Saint-Philbert de Grandlieu : ainsi au Pellerin NUPES atteint 42%, suivie par le dissident Paul Brounais (22%), le député sortant étant relégué en 4e place derrière le RN ; dans la très rouge Montagne, la candidate NUPES passe même les 50% au premier tour, avec 52% de participation.

A Machecoul, avec une participation similaire, NUPES et le député sortant se suivent dans un mouchoir de poche, 23 contre 21%, et le dissident Paul Brounais juste derrière (18%). Idem à Saint-Philbert-de-Grandlieu (28 contre 26%) avec cette fois le RN en 3e place à 20%, le double du dissident Paul Brounais. Pornic se différencie nettement, en privilégiant Yannick Haury (31.8% contre 21.6% à NUPES), tout comme Saint-Brévin les Pins (33.7% contre 27.6% pour NUPES)et Saint-Michel Chef-Chef (30% contre 25% pour NUPES). Là encore, la côte aura-t-elle raison de l’intérieur des terres ?

Dixième circonscription : Sophie Errante favorite dans le Vignoble

L’ex-socialiste, puis LREM Sophie Errante est favorite à sa réélection dans le Vignoble, où elle a viré en tête, 31.4% contre 29.99% pour la NUPES. Les Républicains y sauvent les meubles avec Charlotte Lucquiau (15.04%), score plutôt honorable au vu du contexte, suivie d’un RN peu performant dans ce territoire riche, proche du plein-emploi et politiquement modéré (11.2%), comme les Mauges voisines, tandis que la zemmouriste Sabine Léger ne perce pas (3.17%).

Vallet se démarque en mettant largement en tête Charlotte Lucquiau qui en est la conseillère générale (29.67%, 1049 suffrages), suivie de la NUPES (27.1%) et de la députée sortante (22.5%). A Vertou, c’est l’inverse, puisque Sophie Errante mène à 35%, cinq points devant la NUPES et 22 points devant LR. Idem à la Remaudière, où Charlotte Lucquiau est en tête à 31.11%, suivie de la NUPES (24.16%) et de la députée sortante loin derrière.

Dans la commune la plus viticole de France, Saint-Fiacre sur Maine, où à part trois routes, le bourg, l’église, quelques chais et le cimetière, tout est planté en vignes, la NUPES fait un bon cru, rouge bien sûr (34%), laissant derrière la députée sortante (31%) et la candidate LR (12.7%). On remarquera qu’ici Reconquête atteint 5%, et la participation presque 60%. A Mouzillon, même tableau, sauf que cette fois NUPES mène à 29%, la candidate LR en second (24%) et la députée sortante juste derrière (23.7%). A Clisson, le vin rouge prend le pas sur l’eau bénite ou le gel hydroalcoolique, NUPES y fait 37.8% contre 30% pour Sophie Errante et 15% à Charlotte Lucquiau.

Dans les marges sud de la circonscription et du département, à la Planche par exemple, Sophie Errante vire en tête (33.6%), loin devant Nupes (24%) tandis que le RN y fait ses meilleurs scores (17.3%). Même chose à Vieillevigne (31% pour Sophie Errante, 25% pour la NUPES) avec un score moins performant pour le RN, qui y fait exactement autant de voix – 200 – que la candidate des Républicains.

Louis Moulin

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

2 réponses

  1. Erik Warraok
    Voilà le résultat du manque d’union des droites car si l’on fait les totaux les droites sont largement en tête.

  2. s’ils ne gagnent pas, ils ont prévenu : la rue sera le domaine qui conviendra ! mais c’est le rn qui est montré du doigt par certains ministres comme fachiste, à croire qu’ils préfèrent de vrais fachos de gauche à des fachés de droite

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS