Clisson/Ancenis : des « mineurs isolés » chouchoutés par Adjina

Mineurs_isolé_etranger

Depuis 2017, deux structures financées par le département de Loire-Atlantique sont spécifiquement dédiées à « l’accompagnement des migrants mineurs isolés » à Ancenis et Clisson. Leur nom : Adjina (Accueil des jeunes pour l’insertion et l’autonomie). A Clisson, Adjina accueille 48 migrants.

Venant du continent africain, mais aussi du Bangladesh et d’Afghanistan, ces « mineurs » ou présumés tels (l’accueil se poursuit jusqu’à l’âge de 21 ans tout de même) sont encadrés par un chef de service, un psychologue, cinq éducateurs et deux maîtresses de maison s’occupant du centre d’accueil L’Etape situé près de la gare. Pas moins !

La plupart de parlent pas le français et sont scolarisés dans des classes de la commune, déjà surchargées. Beaucoup n’ont aucun papier et n’ont même pas de certificat de naissance sensés prouver leur âge, alors même que les filières clandestines les encouragent à se déclarer mineurs pour bénéficier d’une aide automatique en France.

En plus du travail scolaire, des activités de loisirs sont proposées à ces migrants et c’est en ce sens que Adjina cherche actuellement des bénévoles pouvant s’occuper d’eux. Piscine, sorties, dîners, transports, les « accompagnants » seront chargés de distraire et convoyer les migrants dans le Clissonnais et au-delà !

A Ancenis, où Adjina cherche également des bonnes âmes, ce sont 31 jeunes qui sont accueillis par l’antenne de l’association. Mais ô surprise ! 90% d’entre eux sont des hommes ! Un hasard sans doute…

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

11 réponses

  1. Dans un seul département, ils sont 41 travailleurs sociaux, essentiellement éducateurs spécialisés, mais aussi infirmière, conseillère en économie sociale et familiale, maitresses de maison, secrétaires, ouvriers d’entretien, psychologues, psychiatres : tous ces professionnels collaborent entre eux et interviennent, chacun dans leurs compétences propres, au bénéfice des jeunes accompagnés.  »

    41 nounous pour 31 envahisseurs.

    Tant de traitres payés par le département pour amener toujours plus d’immigrés. Sans compter toutes les autres structures publiques ou privées.
    Combien au total, en Bretagne et dans toute la France ? Je croirai dans les politiciens de droate lorsqu’ils feront le compte.

  2. Il est certain qu’on privilégie les immigrés sans papier, qui nous coûte une fortune et sans retour, car ils ne travaillent pas, ignorent le français, et tente de se marier avec une blanche, quitte à lui rendre impossible la vie après le mariage – comme la plupart du temps – ils ont les papiers nécessaires pour rester, enfin sur toutes les pubs, on voit des « colorés » en masse, « on » veut habituer le peuple …
    Je me demande enfin, si en Afrique, les pubs montrent des blancs !

  3. Quand il n’est pas étranger, un « mineur isolé » s’appelle un adolescent en fugue. Le premier souci des services sociaux devrait être de le rendre à ses parents. Parents indignes, peut-être, mais ce n’est pas à un assistant social français de juger de la qualité d’une famille nigérienne ou pakistanaise. Le mot « insertion » dans le nom d’Adjina devrait lui interdire toute subvention publique : vouloir insérer des fugueurs dans la société française au lieu de les rendre à leur pays, c’est du détournement de mineurs !

  4. Mineurs ou pas ils auraient du être expulsés dès leur arrivée§§Quant à cette association ses dirigeants devraient être en prison!!!

  5. J’aimerais que les membres de cet association de malfaiteurs tentent d’entrer illégalement dans un pays africain, n’importe lequel, ils verraient alors avec quel zèle ils seraient accueillis. C’est ou remonter dans l’avion du retour immédiatement ou être jeté en prison et le verbe jeter n’est pas à prendre au second degré. Que ne fait-on de mème chez nous ? Nous avons des lois qui sont censées nous protéger mais qui ne sont jamais appliqué par nos juges. L’entré illégale sur le territoire Français est un délit, le fait d’héberger ou d’aider des clandestins est un délit.

  6. Marre vraiment de ces associations de culture bénis qui défendent ces migrants qui sont agressifs pour bcp
    Je me demande si on est encore en France parfois. A Nantes, ça pullule de migrants et bcp disent Amen.

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS