La France Insoumise. François Ruffin joue sa carte

Cet ancien fidèle de Jean-Luc Mélenchon prend ses distances avec La France insoumise : « C’est un mouvement qui a un pouvoir extrêmement centralisé. Je préconise de changer les choses par le bas », a-t-il défendu (France Inter, dimanche 16 octobre 2022), arguant de la nécessité d’« une diversité d’opinions, que la divergence ne soit pas perçue comme une nuisance. » « J’ai un courant Ruffin » à l’intérieur de LFI, a-t-il assuré. Effectivement, les députés insoumis élus dans des territoires ruraux et périphériques pourraient se révéler plus proches de Ruffin que du premier cercle de Mélenchon.

En Bretagne, on pense à Mathilde Hignet (Redon) et à Murielle Lepvraud (Guingamp). Pour autant, nous ne prétendrons pas que l’électorat de Frédéric Mathieu (Rennes-Bruz), de Andy Kerbrat (Nantes centre), de Ségolène Amiot (Nantes-Saint-Herblain) et de Matthias Tavel (Saint-Nazaire) correspond exactement à la description faite par Jérôme Fourquet, directeur du département Opinion de l’Ifop : « Le biotope dans lequel cette génération Mélenchon est élue est composé par les banlieues [en Seine-Saint-Denis, LFI a emporté huit circonscriptions, le PS une et le PCF une] et par les arrondissements de l’Est parisien, où l’immobilier tutoie tout de même les 10 000 euros du m2… Pour sceller cette coalition sociologique de l’électorat banlieusard avec la gauche en baskets Veja et roulant en Vélib’, la Nupes a adopté une ligne mêlant redistribution sociale, luttes intersectionnelles, wokisme et planification écologique, qui l’éloigne des préoccupations des classes moyennes et populaires de la France périphérique. » (Le Figaro Magazine, 17 juin 2022). Le géographe Jean Rivière fournit des explications similaires : « Comme pour LFI lors de la présidentielle, l’électorat de la Nupes s’organise autour de deux pôles : d’un côté, des fractions de classes populaires issues de l’immigration vivant dans des quartiers populaires de grands ensembles, l’autre, des urbains jeunes et diplômés du centre des grandes agglomérations. » (Libération, jeudi 16 juin 2022).

Dès maintenant, Ruffin donne rendez-vous en 2027 : « On verra (…), on a cinq ans pour construire. Dans cinq ans, je veux qu’on gagne. » (RTL, dimanche 2 octobre 2022). Réussir l’alliance des classes populaires, des bobos et des immigrés relèverait de l’exploit ! Zemmour a cru, lors de la présidentielle, réussir la quadrature du cercle en additionnant classes populaires et « bourgeoisie patriote », on a vu le résultat… En Bretagne, seules les communes de La Baule et de Dinard sont parvenues à lui donner 10 % des suffrages …

Bernard Morvan

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

7 réponses

  1. Je ne suis pas sûr de la sincérité de ce type mouillé jusqu’à l’os par la fréquentation et son support actif à cette girouette anti-française de Mélanchon qui rêve d’une France métissée, qui reste dans l’E.U, l’OTAN, est pro vaccins, pro Ukraine …. Comment croire que ce personne qui avait fait un très bon film, « Merci Patron », soit resté honnête????? Pourquoi un énième courant d’air? Pourquoi pas se rapprocher du FN, d’Asselineau, de Nicolas Dupont-Aignan, Florian Philippot????? Pourquoi un autre chef gaulois? Il devrait plutôt se faire humble, pour s’être tant compromis avec ce Mélanchon 30 ans de carrière politique socialiste dont nous récoltons les fruits pourris chaque jour.

    1. Le RN n’est pas connu pour aider les plus pauvres puisqu’il a refusé l’augmentation du Smic plusieurs fois. C’est un parti néolibéral, nationaliste, autoritaire et xénophobe, c’est-à-dire tout le contraire de Ruffin.

  2. François RUFIN est un mec bien, sans langue de bois, constructif, proche des gens.27/10/2022-Christian Estrada

  3. Ruffin pourrait effectivement être le candidat de l’union de la gauche en 2027. Puisque JLM ne se représente pas et que la candidature Quatenens est plombée. Il aura le soutien de JLM et de l’ensemble des leaders à gauche. Par contre la comparaison avec Zemmour en fin de votre article est pour le moins hasardeuse.

  4. c’est le seul qui défend les petites gens sans tabou ni idéologie; pourtant il a avoué avoir voté macron au présidentielles, et aujourd’hui il le combat :
    > « Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes. »
    mais ruffin va dire qu’il ne croit pas en dieu!

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS