La NUPES de Paimpol dénonce l’emploi de technologies israéliennes dans un projet local

La section Pays de Paimpol de la Nupes publie une tribune libre dans la Presse d’Armor du 30 novembre. Intitulée « Après les cochons, les saumons ? », elle critique vertement un projet de pisciculture dans la commune de Plouisy, près de Guingamp.

Les auteurs y énumèrent les nuisances écologiques amenées par cette « usine à saumons » : les besoins en eau, l’alimentation des saumons « avec du soja transgénique cultivé sur les cendres de la forêt amazonienne ou bien avec des farines ou huiles de poisson issues du pillage des mers du sud », les rejets dans l’environnement « d’azote, de phosphore et pesticides divers ». Ils y ajoutent un dernier argument, qui mêle anticapitalisme et antisionisme :

« Pourrait-on dire d’où viendraient les capitaux intéressés par ce projet basé sur une technologie israélienne ? Seront-ils respectueux de la main d’oeuvre et de l’environnement ? »

La mise en cause de capitaux ou d’une technologie sur leur seule origine nationale a quelque chose de curieux, surtout dans une mouvance aussi internationaliste que celui de la coalition de Mélenchon.

Dans le contexte paimpolais, elle est à mettre en rapport avec la sensibilité exacerbée de la gauche bretonne pour la cause palestinienne. On trouve par exemple des comités France Palestine jusque dans des bourgs très ruraux comme Bégard. Il est peu de manifs où ne se rencontre le type du grand barbu baba cool arborant un keffieh aussi imposant que celui de Yasser Arafat. Il n’y a guère d’année enfin où le jury du festival du livre de Carhaix ne mette à l’honneur des poètes cisjordaniens ou gazaouis.

En comparaison, d’autres causes comme celle des Tibétains attirent moins d’apitoiement ; quant à celle des minorités du monde musulman, autrement plus désespérée, elle n’a même pas accès à l’horizon mental de ces militants.

Alors d’où vient cette focalisation sur Israël, qui va jusqu’à refuser sa technologie ? Pas de préjugés antisémites, absents et tabous chez ces enfants de la classe moyenne blanche diplômée. L’antisionisme est d’abord une manière pour eux de se distinguer de la gauche établie. Il est aussi animé du désir plus ou moins conscient d’appartenir au même peuple que celui de la banlieue, aux mêmes masses que celles du monde arabe. Partager les mêmes haines, c’est un premier pas vers l’intégration.

A.T.

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

9 réponses

  1. C’est sur que si il fallait protester contre la technologie palestinienne on pouvait attendre longtemps ! Bizarre tout de mème que ces cocos toujours prompt à nous ressortir les « heures les plus sooombres, les bruits de bottes et les chemises brunes » s’en prennent ouvertement et sans retenue à des Juifs.

  2. Le respect du droit international !!!!! Et on s’ intéresse aussi aux droits des sarhaoui , des Kurdes, des Chagos etc etc….

  3. Le respect du droit international !!!!!! . Et on soutient aussi les sarhaoui, les Chagos , les Kurdes etc etc etc.

    1. et on même le monde à la guerre avec effectivement les plus fagiles qui subissent
      ET SI ON ECOUTAIT MOINS LES IDOLES !!!! de tout bord c’est çà être libre savoir penser ne pas appartenir a ces partis !!!

  4. Au final, on s’écarte du point de départ : les projets ecocides…
    L’auteur de ce texte veut faire croire aux lecteurs que la Nupes serait antisémite…

    1. L’article dit au contraire que les cadres et militants de base de la Nupes ne sont pas antisémites. Il n’en va de même d’une partie de leur électorat venu de pays où une telle haine est assez générale.

      On pourrait d’ailleurs dire la même chose de l’ancien leader de la gauche britannique Jeremy Corbyn.

      C’est d’autre part la Nupes qui s’écarte de la vraie écologie pour y mettre des thèmes propalestiniens qui n’ont pas de rapport.

  5. toujours la même bouillie, ces gens qui ne savent pas distinguer un grain de blé d’un grain d’orge nous donnent des leçons et des leçons, nous somment de penser comme eux (sinon on est des fachos, des néonazis etc)

  6. Pas lestiniens mais presque.

    La crapule antisioniste a la haine de l’ État. Et Israël, c’est l’Etat au carré.

Les commentaires sont fermés.

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS