Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Histoire : pourquoi les Européens ne mangent-ils pas d’insectes ?

La récente autorisation de la Commission européenne à la commercialisation de trois espèces d’insectes comme aliment pour les Humains, nous a poussés à nous interroger : pourquoi les cultures d’Europe occidentale, et les nations qui en découlent, sont-elles les seules à avoir renoncé à cette ressource alimentaire ?

Craquantes mygales frites au Cambodge, sandwichs de chenilles dodues au Burkina Faso, friandises de cafards thaïlandais… combien de mets de choix, combien de délices selon leurs dégustateurs nous passent-ils à côté à cause de nos préjugés ! Thermites, sauterelles,  criquets, vers, à l’état de larve ou adultes, crus ou cuisinés, il y en a pour tous les goûts. Et surtout, on en consomme partout… excepté en Europe (1). L’arrivée du grillon domestique, du ver à farine et du criquet migrateur dans nos plats a soulevé une vague de protestation (localisée, évidement, c’est pas comme si le citoyen moyen était au courant !), et tous les sondages montrent le rejet des Européens d’une nourriture à base d’insectes. La Commission Européenne a donc décidé que leur introduction se fera graduellement – disons même insidieusement – à travers leur réduction à poudre et à farine.

Les réactions instinctives qu’ils suscitent, même involontaires, telles que le dégoût ou le frisson de répulsion, sont à rechercher dans notre expérience évolutive.

Historiquement, il est vrai que de par le lointain passé, certains d’entre eux ont été consommés par nos aïeux : anciens Grecs et Romains voyaient dans les cigales et le cossus un entremet très recherché, Aristote en raffolait ! Dans les périodes de disette, il est aussi très probable que les nécessiteux se soient reportés sur cette ressource alimentaire faute de mieux. Et dans certaines régions, des plats traditionnels en comptent encore, comme le fameux fromage corse aux asticots.

Le rapport à l’entomophagie en Europe peut ainsi être résumé à une consommation marginale, locale, parfois lié au contexte économique et qui s’est perdu dans le temps. Faisant, en outre, souvent partie de ces mœurs considérées étranges, qui allaient définir l’autre, le barbare : pour l’historien grec Hérodote la tribu des nomades d’Asie centrale des Budins (ancêtres des Kirghiz) sont « les seules personnes qui mangent les parasites ». Il relate aussi avec étonnement, que les Nasamons, des Berbères de Libye « chassent les sauterelles, qui après être séchées au soleil sont réduites en poudre et mangées mélangées au lait. » Mais c’est encore Diodore de Sicile qui en fera un marqueur identitaire lorsqu’il appelle les habitants de l’Éthiopie les “mangeurs de sauterelles”, les décrivant de petite taille et de faible constitution. Et de s’interroger : “les Acridophages finissent misérablement leur vie par la décomposition de leur corps ; et on ne saurait dire si c’est à la nourriture dont ils usent, ou à l’intempérie de l’air qu’ils respirent qu’on doit attribuer cette étrange maladie“.

Très tôt, à partir même du Néolithique et de sa révolution agricole, les insectes seront pour nos ancêtres indissociablement liés à la maladie et à la mort, porteurs de virus, microbes ou parasites. L’exosquelette des insectes contient de la chitine, que l’être humain ne digère pas. Manger des vers serait indirectement et symboliquement synonyme de cannibalisme, puisque ces derniers se nourrissent de nos cadavre (2). Enfin, certaines espèces s’étant révélées nuisibles, voire mortelles pour l’homme (comme les larves de l’Hyphantriacunea), par reflexe anthropologique, on pourrait les avoir tous mis dans le même panier. C’est un peu faire court, vous me direz, étant donné qu’ils sont la plus grande biodiversité d’espèces animale de la planète ! L’interdit obéirait donc à un préjugé, ce dernier étant un héritage, une transmission de codes, une mise en garde généralisante ayant à faire à une expérience passée.

Depuis des siècles que les Européens ne se nourrissent plus que d’aliments encadrés par la pratique de l’agriculture, faire des insectes une ressource alimentaire apparaît comme une involution, un retour en arrière, comme l’explique l’entomologiste Richard Vane-Wright « le fait même que l’habitude de manger des insectes appartienne principalement au stade évolutif des chasseurs-cueilleurs peut être un facteur important dans la psychologie du rejet par les peuples occidentaux; nous pourrions catégoriser l’entomophage comme primitif ».

Car si tous les êtres humains ont le même besoin de se nourrir, la façon de manger, le rapport à la cuisine est propre à chaque civilisation. Manger comporte une signification symbolique, raison pour laquelle les aliments ne peuvent être réduits à leur seul apport nutritif ou à leur coût de production.

Et l’entomologiste anglais de conclure : « les habitudes alimentaires ne sont pas conditionnées par les tables nutritionnelles, compte-calories ou les régimes équilibrés. Ce que nous mangeons est conditionné par la religion, la tradition, la mode, en un mot, la culture. »

Audrey D’Aguanno

(1) Que les insectes n’entrent pas dans la diète des différentes populations de l’Union est confirmé par l’EFSA, l’autorité européenne sanitaire. Sa réglementation Novel Food interdit tout aliment n’ayant pas été consommé de façon significative avant mai 1997. Malgré les recherches effectuées, son verdict est clair : il n’y a pas de consommation d’insectes significative en Union Européenne avant cette date.

(2) L’argument est invoqué dans le Coran pour interdire leur consommation. Mais les criquets sont retenus halal, et certaines écoles coraniques professent que les insectes ne pouvant pas être égorgés pour être vidés de leur sang, ils sont par conséquent eux aussi autorisés. Dans la Bible et le Lévitique, seules les sauterelles sont comestibles.

Mygales frites au Cambodge

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

6 réponses à “Histoire : pourquoi les Européens ne mangent-ils pas d’insectes ?”

  1. Le Merle Moqueur dit :

    Pollutions diverses, produits dits phytosanitaires, villes avec leur infrastructures dévorant les campagnes, éclairage intempestif la nuit, changement plus ou moins climatique et j’en passe ont fait que depuis des années une quantité non négligeable d’insectes sont en voie de disparition. On peut faire parler les chiffres. Les différentes recherches entreprises dans le monde nous dressent un tableau alarmant de l’ampleur des dégâts. On parle souvent des abeilles mais il y a une ribambelle d’autres insectes qui disparaissent dans le plus grand silence.
    Oui dans beaucoup de régions du monde l’homo sapien-sapien en consomment et avec délice. Culture et nature chez toutes les populations qui les savourent font bon ménage.

    Maintenant je me permets de sourire. Notre civilisation industrielle et mercantile produit la disparition des insectes et voilà que cette même civilisation va très certainement dans un futur proche avoir des cultures d’insectes qui seront très certainement traitées à grande échelle comme elle les pratique déjà pour l’agro alimentaire avec toutes les problèmes que cela draine aujourd’hui.

    Des sociétés vont faire leur beurre avec ces nouvelles formes de production, les mêmes très certainement qui sont à l’origine de la disparition de toutes ces petites bestioles… Et qui paiera pour avoir sa farine d’insectes dont le tracé sanitaire sera comme d’habitude opaque ? Le consommateur… obligé.

    • Jabeilles dit :

      Un article du Canard enchaîné de cette semaine allait exactement dans le sens de ce que vous dites…

      On pourrait aussi parler avec plus que de l’intérêt, c’est un autre sujet mais pas tant que cela au fond, de l’eau polluée que nous sommes amenés à consommer (taux relevés X 10 pour les pesticides les plus courants…
      On nous “protège” parait-il à coups de “vaccins” qui coûtent des bras mais on accorde des licences aux marchands pollueurs : pesticides, plastiques, pétroliers, ect…).
      On boit tous de l’eau polluée avec des substances cancérogènes. Ce pourrait être intéressant de faire un article sur ce thème… pour autant que cela intéresse qui que ce soit…

  2. Henri dit :

    On pourrait transposer ce texte à la consommation de porc, taboue dans certaines religions bien connues.

  3. Eno dit :

    L’engoument pour l’entomophagie rappelle un peu ce qui s’est passé avec le soja. On s’aperçoit maintenant qu’il n’est pas forcément raisonnable de transposer des habitudes alimentaires asiatiques hors de leur contexte…

  4. Hadrien Lemur dit :

    Il y a d’autres animaux qui ont un exosquelette : Les langoustes, les homards, les araignées de mer ou autres crabes. C’est quand mème bien plus appétissant et on en trouve partout dans les ports bretons.

  5. patphil dit :

    ” La Commission Européenne a donc décidé que leur introduction se fera graduellement – disons même insidieusement – à travers leur réduction à poudre et à farine.”
    sans commentaire ! chut c’est bon pour vous, vous ne le savez pas, bandes d’ignares!

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

Sociétal

La destruction des Européens d’Europe (Renaud Camus). La logique camusienne..

Découvrir l'article

Sociétal, Vu ailleurs

L’Européen et les autres peuples. Par Bernard Lugan

Découvrir l'article

Politique

Pourquoi les Européens trouvent-ils que l’UE n’est pas démocratique ?

Découvrir l'article

Environnement

Les pays arabes sur le point de dépasser les Européens en terme d’émission de CO2

Découvrir l'article

Vu ailleurs

Lampedusa : qui décidera de repousser l’invasion et quand ?

Découvrir l'article

Environnement, Sociétal

Le scarabée japonais, une menace invasive aux portes de la France

Découvrir l'article

Environnement, Santé

Environnement. Les chenilles processionnaires, ce fléau qui a contaminé la France

Découvrir l'article

Le Mag', Sociétal

Vie pratique. Quand des cafards s’invitent dans votre logement…

Découvrir l'article

Environnement, Insolite

Des insectes dans votre baguette ? Souriez, l’U.E. vient de l’approuver

Découvrir l'article

International

Les dirigeants européens…au service des intérêts américains au détriment du bien-être des citoyens ?

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky