Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Côtes de Thongue : le laboratoire du Languedoc

C’est une enquête approfondie du média Decanter sur les côtes de Thongue qui est à l’origine de cet article. Le focus porté par la docte revue anglo-saxonne à cette IGP « fourre-tout » du Languedoc, met en lumière un mouvement sans précédent de nouvelles installations, à la source de vins insolites et créatifs.

L’appellation tire en outre son dynamisme par sa capacité à puiser à l’intérieur d’un  réservoir très divers de cépages autorisés (plus d’une centaine), et offre aussi  aux vignerons une véritable latitude d’action pour expérimenter différents types de  vinification et user de nouveaux  types d’élevage .

Dans l’ombre des grandes et prestigieuses appellations rutilantes du Languedoc, les côtes de Thongue tiennent lieu de territoire de liberté pour une génération de néo-vignerons désireux de s’établir à l’écarts des terroirs au foncier très onéreux.

Loin de l’image caricaturale de la grosse appellation pinardière vouée aux intérêts productifs des coopératives languedociennes, Les côtes de Thongue suivent ainsi  une voie résolument créative avec des vins  qui préfigurent sans doute le nouveau visage du Languedoc pour les 30 prochaines années.

Le pays des puechs

L’aire d’appellation des côtes de Thongue se loge à l’intérieur d’un vaste triangle partant de Bézier jusqu’aux  aux portes du Faugères à une trentaine de kilomètres au nord.

Cette vaste zone qui inclut  la ville de Pézenas est traversée  par la ripisylve du  bassin versant de la Thongue formant  une coulée verte entre les deux agglomérations qui apporte un indéniable  charme agreste à la région.

La plaine est ponctuée de petites éminences rocheuses (puech) dont le relief culmine généralement autour de 100 mètres, la montuosité des puech rompt la monotonie du plat pays et fournit d’avantageuses situations d’abris pour les vignobles face aux assauts des vents locaux : Tramontane et  Marin.

Malgré leur rôle d’assainisseur d’air, leurs rafales  peuvent parfois meurtrir les jeunes bourgeons des vignes, bien que sous leur influence, les conditions météorologiques favorisent une conduite biologique des vignes largement prémunies des attaques cryptogamiques ( mildiou).

Un engagement global dans le bio et un esprit libre

En dépit de son caractère hautement hétéroclite, l’appellation parvient à fédérer la multiplicité des structures vitivinicoles autour de son ambitieux programme de biodiversité dans lequel la plupart des domaines sont impliqués.

L’un des principaux objectifs de la charte « Biodiveau » vise à restaurer l’environnement naturel de  la vigne au sein des domaines, ceci afin de faire renaître un écosystème plus en lien avec la faune et la flore qui interagit avec la vigne.

Au bout du compte la grande majorité des 6 coopératives et des 65 domaines qui composent cette appellation, se trouvent pleinement engagés ou en voie de conversion vers une viticulture organique.

Outre la bannière du bio, les côtes de Thongue se démarquent par un esprit franc-tireur désireux de s’affranchir du carcan de la réglementation administrative qui prévaut dans les AOP languedociennes. Aussi l’IGP côtes de Thongue apparaît pour bon nombres d’esprits libres comme une appellation-refuge en mesure d’offrir un champ d’expérimentation nouvelles.

Pléthore de cépage et liberté du choix élevages

La richesse des côtes de Thongue réside sur son impressionnant panel de cépages autorisés, la plupart languedociens, à l’image des déclinaisons ( blanc , gris noir) du Terret et du Picpoul , mais d’autres plus inattendus.

À l’image de cette parcelle d’un hectare de  zinfandel plantée par le domaine de l’Arjolle qui demeure la seule implantation de ce cépage californien sur le territoire français.

Quant aux improbables hôtes :   pinotage et  carménère, albarino espagnol  et même  la petite arvine suisse, leur présence   concoure à donner une coloration fortement  cosmopolite à la production de cette petite IGP audacieuse.

De ce creuset ressort une propension naturelle des vignerons à tester des assemblages insolites pouvant être perçus comme contre-nature. Le couple viognier-sauvignon performe de belle manière avec sa magnificence aromatique  dans la cuvée  équinoxe du domaine de L’Arjolle donnant un richement parfumé et voluptueux, réhaussé par les tons de chêne de son élevage.

La  pluralité des vins dérive d’une grande liberté d’usage dans le matériel vinaire  utilisé à la fois  pour les vinifications et les élevages. Toute la panoplie des contenants trouve droit de cité et est expérimentée par une nouvelle  génération  ayant soif de vins  novateurs : amphores , œufs en béton , chêne…

Deux vins illustrent la lente mutation de cette IGP longtemps perçue avec une certaine condescendance par les amateurs d’appellations voisines aux  noms  plus évocateurs  comme le Faugères.

Hammurabi, domaines de Robes noires, 15€

Le domaine des Robes noires est né de la reprise en 2021 d’une ancienne propriété viticole par un couple d’avocats  bordelais.

Le couple Discours incarne en effet ces nouveaux mavericks de la viticulture qui renouvellent peu à peu les profils des vins du Sud. La cuvée Hammurabi en constitue une vibrante illustration.

Ce blanc de noir issu du cinsault est né d’une opportunité d’obtenir un blanc de circonstance offert par les conditions particulières du millésime et ce, en tirant parti d’un  pressurage éclair de ce cépage à peau noir et jus blanc.

Les blancs de noirs cultivent une ligne à part dans le  vaste spectre des vins blancs , leur couleur est souvent très pâle ( car peu d’extraction) et leur plaisir réside davantage dans  leur ressort acidulé  que dans leur longueur en bouche. Très minéral avec des contours floraux d’une belle délicatesse, ce blanc de noir parvient à faire montre d’ une matière en bouche très confortable qui dénote les petits rendements du cinsault.

Noté 91/100 par Décanter, la cuvée Hammurabi démontre avec brio que le style encore marginal du  blanc de noir oppose une belle parade aux vins blancs trop alcooleux issus  du  réchauffement climatique. Son titre alcoométrique de 11 degré couplé à ses jolis arômes minéraux et son caractère incisif en fait un vin délicieusement atypique !

Mas Delgi, Vieilles vignes carignan, 2022, 12€

Le carignan n’a pas toujours eu bonne presse, souvent associé aux rouges rugueux et rustiques des Corbières, son image a été injustement dépréciée dans les excès des rendements de la grande expansion des coopératives languedociennes. Depuis lors, le carignan a su se réhabiliter, notamment à la faveur de vinifications plus adaptées à l’apprivoisement de son tannin puissant. La macération carbonique qui utilise les grappes entières fait ainsi merveille sur ce cépage en tirant parti de sa complexité aromatique sans trop extraire de matière.

Mais la martingale du carignan repose sur ses vieilles vignes de plus de 50 ans d’âge aptes à délivrer des jus d’une grande profondeur aromatique. En témoigne cette cuvée qui met à l’honneur le jus des vieilles vignes du Mas Delgi, vendangées à la main , elles délivrent un vin d’une vraie complexité, aux notes prononcées de prunes qui agrègent des fragrances de garrigue. Vin noté 92/100 par Decanter.

Raphno

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2023, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

Les commentaires sont fermés.

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

Gastronomie, Le Mag'

Objectif 5000 bouteilles de vin pour aider les moines du Barroux à financer l’achat d’un nouveau tracteur !

Découvrir l'article

Gastronomie, Le Mag'

Les œufs mimosa et le vin, un accord piégeux

Découvrir l'article

Gastronomie, Le Mag'

J’ai bu un vin de légende : Bel-Air Marquis d’Aligre 2009, Margaux

Découvrir l'article

Gastronomie, Le Mag'

Les 5 meilleurs vins dégustés en 2023

Découvrir l'article

Gastronomie, Le Mag'

Fiefs-vendéens-Brem, le nouveau seigneur des Fiefs ?

Découvrir l'article

Gastronomie, Le Mag'

Côtes de Duras : les blancs renversants du domaine Mauro Guicheney

Découvrir l'article

Gastronomie, Le Mag'

Château d’Aqueria, un tavel d’exception

Découvrir l'article

A La Une, Gastronomie, Le Mag'

À la redécouverte des cépages autochtones du pays nantais

Découvrir l'article

Gastronomie, Le Mag'

Vignoble nantais. Le Laurier fleuri, une table pour gastronomes avertis, à prix raisonnable

Découvrir l'article

Culture & Patrimoine, Histoire, Le Mag', Patrimoine

Les secrets du vin d’Yves Marie Bercé

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky