Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Semaine de quatre jours au travail : une majorité de salariés français séduits ?

« Travailler moins pour travailler mieux », voilà résumée en une phrase la vision de la semaine de quatre jours au travail par ses promoteurs. Tandis que quelques expérimentations ont lieu dans l’Hexagone, qu’en pensent les salariés français ?

La semaine de quatre jours au travail, gage de bien-être ?

Dans un contexte où l’actualité sociale est toujours marquée par le conflit sur la réforme des retraites, des initiatives visant à tester la semaine de quatre jours au travail ont déjà été menées par le passé au Japon et en Belgique. En France, certaines entreprises ont également proposé cette réorganisation du temps de travail à leurs salariés. À l’instar par exemple de l’entreprise lyonnaise d’informatique LDLC qui a permis à ses salariés de passer à 32 heures travaillées en quatre jours. Selon France Culture, 88 % d’entre eux affirment désormais que la formule leur convient parfaitement.

Une perception répandue à travers l’Hexagone ? La plateforme de recherche d’emplois Talents.com s’est intéressée à la question en interrogeant un peu plus de 1 000 actifs français afin de connaître leur opinion sur la semaine de quatre jours.

Dans un premier temps, l’enquête, dont les résultats ont été publiés le 11 avril, tend à démentir une idée reçue sur la paresse des Français puisque plus d’un tiers des sondés affirme effectuer plus de 5 heures supplémentaires par semaine (35 %), dont 13 % dépassent les 10 heures. Par conséquent, plus de la moitié des employés (57 %) se sentent accablés par la charge de travail.

Cela pourrait peut-être justifier l’intérêt de 9 Français sur 10 pour intégrer une entreprise offrant une semaine de travail de 4 jours. En effet, pour 70% des salariés, l’avantage principal d’une semaine réduite réside dans un meilleur équilibre entre vie professionnelle et personnelle, une amélioration du bien-être pour 54 % d’entre eux, une diminution du stress pour un tiers (32 %), voire une hausse de la satisfaction professionnelle pour 24 % des personnes interrogées.

Source : étude talents.com

Semaine de quatre jours : un critère décisif à l’embauche ?

Cela pourrait également expliquer pourquoi la semaine de travail de quatre jours figure parmi les trois avantages professionnels les plus souhaités par les salariés. Parmi les bénéfices que les sociétés devraient offrir, les primes, telles que l’intéressement ou la participation, sont mentionnées par un tiers des travailleurs (33%). Ensuite vient la semaine de quatre jours (22%), des jours de congé supplémentaires (13%) et une excellente mutuelle (12%). La possibilité de travailler entièrement à distance arrive en dernière position.

Concernant les 25-34 ans, presque tous sont attirés par l’idée d’intégrer une entreprise offrant une semaine de travail de seulement quatre jours (94 %). L’attrait pour cette semaine allégée est identique, quel que soit le secteur ou le type d’entreprise dans lequel les participants exercent.

semaine de quatre jours

Source : étude talents.com

Un autre avantage d’une réduction du temps de travail hebdomadaire est une meilleure santé. En effet, les trois quarts des personnes interrogées estiment qu’une semaine de quatre jours pourrait améliorer leur santé (74%). Près de la moitié considère que cela leur offrirait plus de temps pour pratiquer une activité physique (45%), et 40% des employés affirment que cela réduirait leur stress. Plus intéressant encore, dans le contexte actuel en France, deux tiers des répondants disent que cela les soutiendrait davantage pour atteindre l’âge de la retraite (66%). Seuls 10% pensent que des journées de travail prolongées les épuiseraient davantage sur le plan physique.

Des craintes évoquées par une partie des salariés

Toutefois, bien qu’un travailleur sur cinq ne voit aucun désavantage à l’adoption d’un tel système (20%), certains y perçoivent des difficultés pour leurs tâches quotidiennes. Un tiers des personnes interrogées craint que cela puisse entraîner des problèmes de planification entre tous les membres de l’équipe, tandis qu’un quart redoute de ne pas pouvoir atteindre leurs objectifs ou que les attentes de leurs supérieurs deviennent irréalistes avec seulement quatre jours de travail (26%). Enfin, 18 % des sondés s’inquiètent d’une possible détérioration de la satisfaction des clients.

semaine de quatre jours

Source : étude talents.com

La liste de ces craintes, posant par ailleurs des problématiques réelles, ne vient cependant pas perturber la tendance de fond qui consisterait à faire de la semaine de travail de quatre jours un avantage concurrentiel pour l’image d’une entreprise. En effet, un quart des employés admet que son adoption deviendrait incontournable pour les sociétés souhaitant attirer et fidéliser leurs talents, et 41 % estiment qu’il est probable que de nombreux employeurs proposent cette option à l’avenir. Seuls 8 % considèrent cela comme une simple tendance passagère de 2023.

Cela étant dit, si les entreprises décidaient d’instaurer la semaine de quatre jours, 60 % des personnes interrogées préviennent qu’ils ne seraient pas prêts à accepter une réduction de salaire. Cependant, un quart d’entre eux consentirait à une baisse de moins de 10 % de leur rémunération nette, et 15 % accepteraient une diminution supérieure à 10%. Par ailleurs, 61 % des 18-24 ans seraient prêts à consentir à une réduction de salaire pour bénéficier d’une semaine de travail de quatre jours.

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2023, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

4 réponses à “Semaine de quatre jours au travail : une majorité de salariés français séduits ?”

  1. patphil dit :

    métro, boulot, caveau n’est plus à l’ordre du jour

  2. Patrick dit :

    C’est une façon déguisée de conduire à la “grande démission” que les travailleurs refusent de travailler et entraînent le déclin de la société toute entière.

  3. leon pinault dit :

    Travailler moins et gagner moins je suppose … !!!

  4. Ouioui dit :

    A partir du moment où nos petits salaires ne couvrent plus vraiment nos dépenses de trajet pour aller travailler ou nos frais de cantine ça peut valoir le coupe de concentrer ses 35h sur 4jours même si du coup ça fait des “grosses journées”

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

Santé, Social

Santé. Mi-temps thérapeutique : une solution pour une reprise progressive du travail ?

Découvrir l'article

Economie, Social

Emploi. Télétravail et flexibilité séduisent (un peu) moins qu’avant

Découvrir l'article

Informatique, Santé, Social, Sociétal

Hyperconnexion : un enjeu majeur pour la santé physique et mentale des salariés

Découvrir l'article

Social

Près de 7 télétravailleurs sur 10 effectuent des heures supplémentaires non rémunérées

Découvrir l'article

Economie, Sociétal

Dépenses de Noël : de nombreux Français vont réduire la voilure

Découvrir l'article

Economie

Sécurité de l’emploi : plus de la moitié des télétravailleurs à plein temps inquiets pour leur avenir

Découvrir l'article

Economie, Santé

Le télétravail augmenterait le risque de dépression et de démence, selon des chercheurs

Découvrir l'article

Economie, Social

Promotion au travail : pour 3 salariés sur 10, elle rimerait avec démission

Découvrir l'article

Social, Sociétal

Télétravail. 1 salarié français sur 3 tenté par l’expatriation

Découvrir l'article

Santé, Social

Social. Le « droit à la déconnexion », pour préserver l’équilibre entre vies professionnelle et personnelle

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky