Devenir partenaire
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Promotion au travail : pour 3 salariés sur 10, elle rimerait avec démission

Monter en grade au sein d’une entreprise, un « cadeau empoisonné » pour certains ? Environ trois salariés sur dix démissionneraient dans le mois suivant leur promotion. Mais cette tendance serait toutefois nuancée par le niveau d’études…

Quitter l’entreprise à la suite d’une promotion ?

Hypothèse surprenante de prime abord, une promotion professionnelle ne serait pas toujours synonyme de satisfaction pour les salariés concernés. Intitulée « La vérité cachée des promotions », une étude réalisée par le ADP Research Institute s’est intéressée au sujet des évolutions de carrière, avec, en parallèle, la nécessité pour les entreprises de fidéliser et retenir les talents.

Quant aux travaux réalisés par l’institut, ils ont consisté à analyser les parcours professionnels de plus d’1,2 million de salariés américains entre 2019 et 2022 afin de déterminer s’il existait un lien entre l’obtention d’une promotion et le départ de l’entreprise. Et il s’avère qu’il existe un risque de démission de certains salariés dans un délai précis à la suite de leur promotion. Ainsi dans le mois qui a suivi leur promotion, 29 % des salariés ont démissionné. S’ils n’avaient pas été promus, seulement 18 % seraient partis de leur entreprise.

promotion

À la lecture des résultats, nous apprenons que les salariés occupant des postes ne nécessitant qu’au maximum un diplôme d’études secondaires sont presque 6 fois plus susceptibles de quitter leur emploi au cours du premier mois suivant leur promotion que s’ils n’avaient pas été promus. De plus, cette promotion double la probabilité qu’ils démissionnent durant les 9 prochains mois.

Concernant les salariés titulaires d’un diplôme universitaire ou d’une grande école, bien qu’ils soient 52 % plus susceptibles de partir de leur entreprise le mois suivant leur promotion, la probabilité de leur départ diminue à partir du cinquième mois.

Quid de la motivation au travail ?

Autre élément intéressant à relever de ce rapport publié par le ADP Research Institute : l’indice de motivation et d’engagement des salariés, à savoir une méthode d’évaluation en temps réel de leur niveau de fidélité. Cet indice intitulé « Employee Motivation and Commitment » (EMC) évalue le ressenti des travailleurs quant à leur place au travail et à leur épanouissement professionnel. Il a été réalisé auprès d’environ 29 000 salariés dans 28 pays, dont la France.

Plus les collaborateurs obtiennent un indice élevé, moins ils ont l’intention de quitter leur organisation. Une valeur d’indice supérieure à 100 reflète une augmentation de leur engagement et motivation.

En août 2023, l’indice EMC a diminué de 108 à 100, son niveau le plus bas depuis juin 2022. En décembre 2022, il avait culminé à 121, résultat d’une année marquée par des augmentations salariales, une politique de recrutement renforcée et le développement du télétravail.

Des salariés français démotivés ?

En France, 20 % des salariés ont un niveau de motivation et d’engagement élevé, en baisse de 1 point par rapport à 2022 (21 %). Aux côtés de la République Tchèque (19 %), de Taïwan, du Japon et de la Corée du Sud (15 %), la France fait partie des pays qui dénombrent le moins de travailleurs avec un EMC élevé, à l’opposé de l’Inde (43 %), du Brésil (40 %) et du Mexique (35 %).

Au niveau monde, les salariés du secteur des technologies se distinguent en étant les plus motivés et engagés, 42 % d’entre eux ont un niveau de motivation et d’engagement élevé, suivis par ceux évoluant dans l’information (37 %) et la construction (34 %). A l’opposé, les travailleurs évoluant dans la santé (22 %), l’éducation (20 %), ainsi que dans le transport et la logistique (19 %) affichent le degré de motivation et d’engagement le plus faible.

promotion

Par ailleurs, les hommes enregistrent des scores de motivation et d’engagement plus élevés entre 20 et 54 ans. Ainsi, ils sont 30,5 % à afficher un EMC élevé contre 20 % chez les plus de 55 ans. Les femmes sont, quant à elles, moins nombreuses (25 %) à avoir un EMC élevé entre 20 et 54 ans, contre 20 % chez les plus de 55 ans.

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2023, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

2 réponses à “Promotion au travail : pour 3 salariés sur 10, elle rimerait avec démission”

  1. Franck dit :

    Limitons la durée du chômage, arrêtons les aides et allocations aux chercheurs d’emploi, qui pour la majorité ne cherchent rien, et peut être ça donnera envie de garder son boulot. Et à tous ceux qui disent qu’ils font un boulot de m…. sous payé, quelles qualifications et/diplômes ont’ils à mettre en avant de leurs revendications? On est entouré d’assistés

  2. kaélig dit :

    Que ce soit en entreprises ou dans les administrations, j’ai toujours essayé de faire le boulot avec application voire enthousiasme même quand les résultats n’étaient pas à la hauteur de mes espérances.
    Le travail est un devoir du citoyen envers la société.

Ce sujet vous intéresse ?

Créez un compte ou connectez-vous sur Breizh Info et sélectionnez vos catégories favorites pour ne pas rater l'information qui VOUS intéresse.

Publicité

Soutenez Breizh-info

LES DERNIERS ARTICLES

Politique

Fabrice Leggeri, ex-directeur de Frontex : « La Commission européenne voit l’immigration illégale comme un projet et non pas comme un problème »

coucou

International

Terreur Woke. Le conseil municipal de Melbourne propose des vestiaires non mixtes dans les installations sportives

Sociétal

Explosion de la délinquance dans les petites villes : agressions, actes de torture, menaces…

BREST

Trafic de drogue à Brest : un dealer condamné à 12 mois de prison dont 4 fermes

Enedis

MORLAIX

Un agent Enedis violemment agressé près de Morlaix : la gendarmerie lance un appel à témoins

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

Santé, Sociétal

Société. Qu’est-ce que le « monk mode », cette tendance visant à améliorer sa vie ? [Vidéo]

Découvrir l'article

International

Portugal. Le Premier ministre socialiste démissionne à la suite d’un scandale de corruption

Découvrir l'article

Social, Sociétal

Télétravail. 1 salarié français sur 3 tenté par l’expatriation

Découvrir l'article

Economie, Santé, Social, Sociétal

Absentéisme. Près de la moitié des salariés français concernée en 2022

Découvrir l'article

Economie, Santé, Social, Sociétal

Semaine de quatre jours au travail : une majorité de salariés français séduits ?

Découvrir l'article

Social, Sociétal

Emploi. Qu’est-ce que le « Act your wage », cette tendance prônant de travailler à la hauteur de son salaire ? [Vidéo]

Découvrir l'article

Economie, Social

Emploi. Reconversion professionnelle : 1 cadre sur 3 en rêve, mais peu franchissent le pas…

Découvrir l'article

Economie, Social

Économie. En France, une hausse « record » des salaires en 2023 ?

Découvrir l'article

Economie

Comment mettre en place la journée de solidarité dans les entreprises ?

Découvrir l'article

Santé, Social

Santé mentale au travail. Plus stressés qu’avant la crise sanitaire, les salariés français abandonnés par leur hiérarchie ?

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Ne ratez pas notre prochaine enquête sans filtre sur un sujet tabou !

Inscrivez-vous dès maintenant à notre newsletter confidentielle.

🔍 Recevez nos analyses pointues et nos scoops exclusifs directement dans votre boîte mail. 🔍