Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Gauchisme judiciaire. Une pétition pour la dissolution du Syndicat de la magistrature

Une pétition pour la dissolution du Syndicat de la magistrature vient d’être lancée, alors que ce syndicat appelle à « faire barrage contre l’extrême droite ». Les tribunaux ne sont en effet plus sûrs aujourd’hui, du fait de la potentielle idéologie de tel ou tel magistrat.

Voici ce qu’indiquent les initiateurs de la pétition :

« Le Syndicat de la Magistrature (SM) est l’un des principaux syndicats représentant les magistrats en France. Fondé en 1968, il se distingue par ses positions politiques marquées à gauche et son engagement pour des réformes sociales et judiciaires. Le SM se donne pour mission de défendre les intérêts professionnels des magistrats, mais ses actions vont au-delà, influençant significativement la formation et la carrière des juges à travers son influence sur l’École Nationale de la Magistrature et le Conseil Supérieur de la Magistrature.

Ce syndicat a rassemblé plus de 33 % des votants aux dernières élections au Conseil supérieur de la magistrature en 2022.

Le Syndicat de la Magistrature met en danger la justice française en raison de ses violations flagrantes des principes d’impartialité, de déontologie et de respect de l’État de droit.

Les actions et les prises de position de ce syndicat sont en contradiction directe avec les devoirs et les responsabilités d’un magistrat, compromettant ainsi la confiance du peuple dans le système judiciaire.

Manquements à l’impartialité et à la déontologie

Le Syndicat de la Magistrature a, à plusieurs reprises, manqué à son devoir d’impartialité, comme l’exige la déontologie des magistrats. En participant activement à des événements politiquement orientés, tels que la Fête de l’Humanité aux côtés de La France Insoumise, le SM affiche une partialité inacceptable.

Cette proximité avec des mouvements politiques d’extrême gauche ternit gravement l’image de neutralité que les magistrats doivent maintenir.

Violations de la séparation des pouvoirs

Lors des émeutes de juin dernier, le SM avait ouvertement pris le parti des émeutiers suite à la mort de Nahël, fustigeant les forces de l’ordre et leur action.

Cette ingérence ouvertement politique dans la gestion d’une crise sociale est une atteinte grave aux principes fondamentaux de la séparation des pouvoirs.

Incitation et soutien à la violence

Le “Guide du manifestant arrêté”, rédigé par le SM, encourage implicitement les manifestants à défier l’autorité et à contourner la loi.

Ce manuel, présenté comme une aide légale, est en réalité une incitation à des comportements violents et subversifs, compromettant ainsi la sécurité publique.

De même, le SM a annoncé entrer en « résistance » pour empêcher « l’accession de l’extrême droite au pouvoir » au lendemain de la dissolution de l’Assemblée Nationale.

Mépris et stigmatisation

Le tristement célèbre “Mur des Cons” au siège du SM en 2013, où étaient affichées les photos de personnalités politiques, de journalistes de droite et de parents de victimes, illustre le mépris et la stigmatisation pratiqués par ce syndicat.

Cette attitude méprisante est indigne de la fonction de magistrat et crée un climat de suspicion et de doute quant à l’impartialité des juges affiliés au SM.

L’ancienne président du SM Françoise Martres a été condamné pour injures publiques dans cette affaire en 2021.

Influence idéologique et politique

Le SM revendique ouvertement une idéologie marxiste, prônant le renversement violent de la démocratie. Cette influence idéologique se manifeste dans la vie administrative de la magistrature, notamment par son emprise sur l’École Nationale de la Magistrature et le Conseil Supérieur de la Magistrature.

Cette domination idéologique pose un réel danger pour l’indépendance et l’impartialité de la justice en France.

Laxisme judiciaire

Des affaires récentes, telles que l’exonération de l’assassin du Dr Sarah Halimi, soulèvent des questions légitimes sur l’influence du SM dans les décisions judiciaires « politiques ».

Ces décisions suscitent une profonde inquiétude quant à l’intégrité et à l’impartialité de notre système judiciaire.

Nous exigeons :

1. La dissolution immédiate du Syndicat de la Magistrature pour pratiques contraires aux principes démocratiques et républicains.

2. La mise en place d’une Commission d’enquête parlementaire pour s’assurer qu’aucun déni de justice idéologique ne soit à déplorer et pour sanctionner leurs auteurs.

Il est impératif pour la sécurité des Français et pour la confiance des citoyens dans le système judiciaire que le Syndicat de la Magistrature soit dissous.

Nous ne pouvons tolérer qu’un syndicat affichant une telle partialité et une telle influence idéologique continue de dominer la vie judiciaire de notre pays.

Signez cette pétition pour exiger la dissolution du SM et rétablir l’intégrité de notre justice, impartiale et indépendante »

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2024, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

14 réponses à “Gauchisme judiciaire. Une pétition pour la dissolution du Syndicat de la magistrature”

  1. martine Batrancourt dit :

    Trop politisé a gauche dissolution

  2. Guyot dit :

    Ultra politisé, ultra gauche, alors que la justice ne doit pas suivre une idéologie.

  3. Ferrara Rosalind dit :

    HONTE À CETTE MAGISTRATURE ORIENTÉE !
    POLITIQUEMENT À GAUCHE QUI NE REND Pas La JUSTICE À LA HAUTEUR DES FAITS!
    ON EN A MARRE !

  4. leyondre dit :

    Pourquoi ont-ils embrassé le métier de juge ? Pour ne pas punir les criminels et juger durement les honnêtes citoyens à qui des squatters volent la maison pour ne citer que cet exemple parmi tant d’autres.
    Le seul métier où il n’y a pas de compte à rendre malgré les jugements laxistes ou pour une virgule mal placée ils relâchent un criminel qui récidive parfois !!!!!!!
    Il faut revoir COMPLETEMENT CE METIER dur avec les honnêtes gens et cléments avec les délinquants !!!!

  5. PL44 dit :

    Alors que les libertés se réduisent drastiquement, cette pétition est-elle judicieuse ?

  6. Pierre ROYAL dit :

    Quelle justice !!

  7. Brun dit :

    Mais que fait ce qui reste de ce gouvernement et du ministre de la justice en particulier pour mettre fin à des pratiques illégales de la part de magistrats ? Strictement rien. Sans doute eqst il satisfait de les apprendre par la presse.

  8. Girdève dit :

    L’ Injustice n’a pas droit à son Palais !

  9. mariep dit :

    Pas de commentaire car vous avez tout dit.En espérant le succes de cette petition, car si c est comme les marches blanches..🤔

  10. Pilar Fauveau dit :

    Les délinquants ont plus de droits avec le syndicat de la magistrature que les pauvres victimes . Leur prise de position est scandaleuse mais que fait le ministre , il laisse faire . C est une honte ! On comprend très bien pourquoi les français n ont pas confiance en leur justice . Dissolution immédiate de ce syndicat raciste , idéologue et prônant la violence contre le résultat des élections .

  11. FAUVEAU Xavier dit :

    J’attends des juges qu’ils jugent en fonction des codes et lois, et non en fonction de leur idéologie. Ils endossent
    la lourde responsabilité de meurtres, viols et autres agressions de criminels et délinquants laissés en liberté par leur laxisme coupable. Ceux là ne méritent qu’un profond mépris de la part des citoyens honnêtes et respectueux des lois. Leur dogmatisme islamo-gauchiste les aveugle et me conduit à demander avec force cette dissolution.

  12. Roland dit :

    Bonjour à tous,
    Cette pétition est comme toutes les autres, quelle qu’en soient leurs natures, vouée à l’échec final, malgré l’espérance des instigateurs et illusion entretenue des pétitionnaires
    En effet, j’ai par le passé signé une multitudes de pétitions qui m’apparaissaient pertinentes.
    JAMAIS suivies d’effets probant.
    MOI, je suis pour la saisine des gens qui se veulent être nos représentants se déclarant être démocratiquement élus et inattaquables et leur IMPOSER la conduite à tenir…
    DEFENDRE nos intérêts au sens large du terme.
    MODIFIER en l’occurrence la législation sur l’organisation de la justice pour en faire une JUSTICE IMPARTIALE; au cas particulier <> sine die…. pour manquement à la probité morale et ses incidences matérielles et immatérielles.
    Merci tout de même pour me permettre d’exprimer mon intérêt sur la chose…
    Roland
    Descendant des Nobles et Généreux Monarques (Pour certains Membres entre du St Empire Germanique).

  13. Roland dit :

    suite de mon précèdent commentaire
    la phrase entre parenthèse ne s’est pas affichée
    JUSTICE IMPARTIALE; au cas particulier REVOCATION des MAGISTRATS pour manquement etc…..

  14. Morganne dit :

    Très bien, mais il ne faut pas oublier le lent travail de sape de la justice française opéré depuis 40 ans, lois, etc…merci à bedingter, dati et taubira, pour ne citer qu’eux 😬

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

Sociétal

Dissolution – européennes : Big bang médiatique – Le Nouvel I-Média

Découvrir l'article

Politique, Tribune libre

Elections européennes 2024. Une élection pour rien et une dissolution piège

Découvrir l'article

Politique

Le syndicat de la magistrature, dont une partie des magistrats vous jugent, appelle à empêcher « l’accession de l’extrême droite au pouvoir »

Découvrir l'article

FOUGERES

Mobilisation à Fougères pour sauver une classe maternelle menacée

Découvrir l'article

International

Suicide de l’Espagne. Une pétition soutenue par l’extrême gauche et l’Eglise soumise au Parlement pour régulariser les migrants clandestins

Découvrir l'article

Tribune libre

Dissolution de Civitas : analyse et perspectives [L’Agora]

Découvrir l'article

Sociétal

Civitas lance « Civitas international » pour contrer les menaces de dissolution de Gerald Darmanin

Découvrir l'article

Sociétal

Trois Savoyards lancent une pétition et rédigent une proposition de loi en faveur d’une collectivité unique de Savoie

Découvrir l'article

A La Une, CALLAC

Projet Horizon à Callac (22). Pris à partie sur le marché, le maire refuse un référendum « car les Callacois voteraient à 80% contre le projet »

Découvrir l'article

Sociétal

Dissolution de Nantes Révoltée : Syndicats et partis de gauche volent à son secours

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky