Alep. La grande désinformation des médias autour des « massacres » et autres « atrocités »

drapeau syrien

14/12/2016 – 09H15 Alep (Breizh-info.com) – Les troupes de Bachar El Assad et leurs alliés viennent de remporter une victoire majeure en libérant Alep, deuxième ville la plus peuplée de Syrie, des islamistes. Une libération rendue possible grâce à l’aide apportée par la Russie et l’Iran, tandis que le rôle joué par les puissances occidentales (politiques et médiatiques) – France en tête – semblait à ce jour toujours aussi ambigu.

Le 13 décembre, dans un article du Huffington Post, qui titrait « Les trois types de messages d’Alep qui montrent que des civils sont exécutés », le lecteur avait l’impression que les forces de Bachar el Assad s’étaient livrées à un massacre en libérant Alep. Idem pour France 24 avec « Alep : le dernier appel des condamnés »  ou L’Obs, toujours dans la mesure : « Alep : « c’est Srebrenica qui parle. Impuissance » ».

Le gouvernement français – qui a armé, épaulé les rebelles islamistes en Syrie depuis 2011 et notamment Al Nosra – est immédiatement monté au créneau : « Le ministre des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault, a indiqué dans un communiqué publié mardi 12 décembre, que ses services disposaient « de nombreuses allégations d’exactions commises par les forces favorables au régime de Bachar Al Assad » à Alep, en Syrie. » pouvait-on lire ici. « De nombreuses allégations d’exactions (…) nous parviennent : assassinats de sang-froid de familles entières au motif qu’elles seraient proches de l’opposition, exécutions sommaires, notamment de femmes et d’enfants, personnes brûlées vives dans leurs maisons, poursuite du ciblage systématique des hôpitaux, de leur personnel et de leurs patients », détaille Jean-Marc Ayrault. Pour le ministre des Affaires étrangères, « de telles atrocités révoltent les consciences. Plus que jamais, il y a urgence à faire cesser les hostilités à Alep. Les soutiens du régime, à commencer par la Russie, ne peuvent pas laisser faire et admettre cette logique de vengeance et de terreur systématique sans prendre le risque d’en être complices » conclut Jean-Marc Ayrault.

Bernard Cazeneuve, Premier ministre au bilan contesté en tant que ministre de l’Intérieur en France, n’a pas eu peur de déclarer : « Ces atrocités qui peuvent être constitutives de crimes de guerre, voire de crimes contre l’humanité, sont commises avec un cynisme et une inhumanité inouïs. Jamais nous n’accepterons, au nom d’un prétendu réalisme, de nous allier aujourd’hui avec les responsables du martyre d’Alep. » en pointant du doigt le régime syrien en place.

Des déclarations qui interviennent alors que même  le secrétaire général de l’ONU, Baan Ki Moon, via Stéphane Dujarric, son porte-parole, a expliqué que : « les Nations unies ne peuvent vérifier de manière indépendante ces informations » à propos des massacres tout en rappelant que « Les Nations unies soulignent l’obligation pour toutes les parties sur le terrain de protéger les civils en se conformant aux règles humanitaires internationales. C’est en particulier la responsabilité du gouvernement syrien et de ses alliés ».

Une journaliste démonte en deux minutes les mensonges médiatiques

Rupert Colville, porte-parole du Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme, expliquait lui dans la foulée – et malgré les interrogation officielle de l’ONU – que l’exécution de 82 civils avait eu lieu et « se baser sur des témoignages concordants et des sources fiables » sans rapporter la preuve de ce qu’il affirmait.

Comme depuis 2011 les fameuses « sources » sont en réalité l’Observatoire Syrien des droits de l’homme (une officine tenue par une personne d’obédience salafiste basée en Angleterre depuis le début du conflit) ou des militants anti régime d’Assad, qui n’ont cessé de désinformer sur ce qui se passait réellement en Syrie. A les entendre depuis 2011 la population aurait été fondamentalement opposée à Bachar El Assad, ce qui n’est absolument pas, dans les faits, prouvé.

« Lors d’une conférence de presse ayant pour thème «Contre la propagande et le changement de régime en Syrie», dans le cadre d’une rencontre de l’ONU, la journaliste canadienne Eva Bartlett est interrogée par son collègue norvégien du journal Aftenposten. Il cherchait à comprendre comment elle pouvait accuser les médias grand public de mensonges sur la situation en Syrie. Deux minutes ont suffi à Eva Bartlett pour faire voler en éclats le mythe de la crédibilité des soi-disant «médias de qualité». peut on lire sur le site Russia Today.

Les journalistes de Breizh-info qui ont pu voyager en Syrie durant ces années – à la différence de la plupart des médias français – s’en sont d’ailleurs parfaitement rendus compte . (voir les épisodes de notre reportage ci-dessous).

Syrie. Voyage au coeur du pays de Bachar (1) : un pays en guerre

Alors que s’est-il passé réellement à Alep ? Difficile de le savoir, car comme dans n’importe quelle guerre, chacun joue sa partition ; ainsi, le porte-parole du ministère russe de la Défense Igor Konachenkov. a déclaré que « des équipes de tournage spéciales des terroristes ont filmé les vidéos dénonçant les prétendus  bombardements russes ,  exécutions  et autres  atrocités  à Alep ». Pas vraiment le même langage que celui de M. Cazeneuve, le poids politique de la France au proche-orient par rapport à la Russie étant équivalent à celui d’un nain.

M. Konachenkov accuse par ailleurs : « Tous les appels dramatiques à protéger les 250 000 civils encerclés à Alep, qui ont été émis par certains représentants des autorités britanniques et leurs collègues français, ne sont que des propos russophobes . Nos collègues occidentaux et les organisations internationales ont laissé sans réponse les appels de Moscou à envoyer l’aide humanitaire qu’ils avaient promise aux civils ayant échappé aux terroristes à Alep .Or personne à Londres, à Paris, à Berlin ou à Washington n’a jusqu’ici jamais craint d’envoyer l’aide dans les quartiers est d’Alep alors qu’ils étaient contrôlés par les terroristes ».

« influencer l’opinion publique plutôt qu’informer »

Pour Christian Harbulot, Directeur de l’École de Guerre Économique (EGE), la couverture médiatique de la libération d’Alep en France serait une une sorte de « danse de Saint-Guy » des journalistes français : « Nous assistons hélas à un concert de protestations qui relèvent plus de l’intention d’influencer l’opinion publique que le devoir d’informer l’opinion publique française.Pour un certain nombre d’acteurs dans le monde occidental, une victoire de l’armée syrienne appuyée par la Russie à Alep est une défaite en termes d’image. Cela remet en cause toute une procédure diplomatique qui a été suivie depuis un certain nombre d’années, à laquelle la France a participé et qui consistait à mettre en priorité le renversement du régime d’Assad quitte à s’allier avec différentes forces qui hélas s’avèrent plus proches du terrorisme que démocratiques.»

Thierry Mariani, proche de François Fillon et député Les Républicains, a lui aussi un tout autre discours que celui du gouvernement français – dont la diplomatie à l’International depuis 5 ans est à l’image de la décision de François Hollande de ne pas se représenter . «Ceux qui combattent le terrorisme devraient se féliciter de la reprise d’Alep. On passe notre temps à dire que nous sommes en guerre contre le terrorisme. Alors nous devrions nous féliciter du recul des terroristes. C’est un risque en moins pour nous».» a-t-il déclaré, prenant des précautions par rapport aux rumeurs de massacres à Alep : «On n’en sait rien, la première victime d’une guerre, c’est la vérité».

Des propos tempérés contrastant largement avec l’hystérie constatée sur les réseaux sociaux, dernier bastion (pour avoir un écho international) des opposants à Bachar El Assad, parfois alliés aux islamistes les plus sanguinaires, et « sources » privilégiées, depuis 2011, de médias français s’étant largement alignés sur ce qui relève presque de la haine anti Assad de MM. Hollande, Fabius, Ayrault …Rappelons qu’en 2012, Laurent Fabius, alors ministre des Affaires étrangères et chef de la diplomatie française, avait déclaré que « Bachar el Assad ne mériterait pas d’être sur terre ». Quatre années après, et alors que la victoire en Syrie de M. Assad se profile, ces mots sonnent aujourd’hui comme une faute grave, politique et diplomatique.

Enfin par ailleurs, un des principaux concernés, Bachar el Asssad – dont les propos sont systématiquement passés sous silence par la presse subventionnée en France, a déclaré lors d’une interview donnée à Russia Today : «Si nous libérons Alep, les politiques occidentaux et les médias mainstream s’inquiéteront alors du sort des civils, alors qu’ils ne s’en préoccupent pas lorsque la situation inverse se produit, lorsque les terroristes tuent des civils et s’emparent de Palmyre.»

La cité antique est en effet largement menacée par les islamistes aujourd’hui.

Pour conclure, il suffit d’observer le traitement médiatique entre la bataille de Mossoul, cité elle aussi entièrement ravagée par les frappes de la coalition occidentale contre Daesh (avec son lot de civils tués) et la bataille d’Alep – tout comme les enjeux diplomatiques différents, pour s’interroger, lourdement, sur les manipulations visant une nouvelle fois l’opinion publique dans cette guerre en Syrie.

Yann Vallerie

Photos : Breizh-info.com et DR
[cc] Breizh-info.com, 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

  • Pschitt

    Etre civil dans une ville disputée par une demi-douzaine d’armées antagonistes est sûrement dangereux et angoissant. Mais cette désinformation autour du sort des habitants d’Alep rappelle assez les fameuses « armes de destruction massives » invoquées par les Américains en 2003 pour envahir l’Irak.
    Elle souligne aussi l’abominable duplicité des pays occidentaux. Ils ont instrumentalisé des groupes rebelles syriens, islamistes pour certains, en espérant qu’ils se chargeraient de faire tomber le régime Assad (sans trop se demander comment se passerait ensuite la cohabitation entre ces groupes violents). Et voilà que le sort des armes a tourné. Incapables de sauver autrement la peau de ces gens qu’ils ont poussés, financés et équipés, ils en sont réduits à des gesticulations désespérées, sans craindre de compromettre les grands principes humanitaires en les mettant au service de manoeuvres minables.

    • Que nenni

      Les armées occidentales n’ont rien instrumentalisé du tout, elles sont les valets des frères musulmans, elles se battent sur ordre des Turcs, Quataris et autres orientaux.

  • @hollandenul Les preuves factuelles sont La.Les médias Français soutiennent les rebelles Syriens qui bloquent les civils.

  • Erwan du Radôme

    Regardez le reportage de Julien Rochédy intitulé « Syriennes- Syrians », il nous donne un autre visage de la Syrie.

  • @13ixente23 Quand je vois que nos moines se font tabasser dans l’indiffèrence générale, alors Alep me passe au dessus

  • Acer Perso

    Alep c’est la bataille des médias contre la Russie. La cause sur laquelle sautent tous les gauchos humanistes. Ce sont des pros du changement de monture.

    • Bobby

      Le soutien d’une certaine droite et extrême-droite au régime baasiste d’Assad relève aussi d’une forme de schizophrénie. Idem pour le Donbass. Il semblerait que les français, quelque soit leurs orientations politiques, soient plus passionnés par les jeux de posture que par les réalités.

    • Antoine

      Je suis un gauchos humaniste, et je ne suit pas dupe pour autant, je sais très bien que les médias nous mentent est que la Russie n’est pas l’Ennemie, vous mélangez tout. Vous profitez de ce débat pour taper sur les gauchos humanistes et je voit vraiment pas le rapport…. mais apparemment vous nous aimez pas…. je vous ferez remarquer que les médias sont possédés par des grandes fortunes de France qui elles sont généralement de droite…. Vous trompez pas d’ennemies. Nous les sales gauchos ont veux juste la paix, on change pas de monture puisqu’on prend pas partis, la paix, c’est pas ce que vous voulez pour vos enfants ? au lieu de bouillonner de haine contre le reste du monde

      • Abrux

        Un gaucho est humaniste tant qu’il n’a pas le pouvoir, parfois il cède a ses pulsions en pêtant un abribus ou des vitrines capitalistes; il peut viser carrément un CRS qui n’est pas un homme pour lui.

        N’est pas une petite pulsion que l’appel à la modération des commentaires ? Parce que sur cette planète en dehors de l’europe. En middle east, asie … tout le monde s’en fout du commentaire ci-dessus. Le gaucho humaniste est un luxe de pays dit riche. Il vit du RMI.

        Ne vous inquiétez pas, vous prendrez bien le pouvoir un jour et ça finira comme toujours dans un massacre. Simplement par un coup d’état. Dans toute association humaine gaucho, se cache un leader pervers capable de tenir un discours humaniste et profondément narcissique.

        Sans nuance les médias français sont possédés pas des gens très à droite. Les consommateurs sont à gauche et bien subventionnés par l’état. L’état est réprésentés par des hommes corrompus, c’est la nature humaine. D’un autre coté Robespierre était incorruptible, il n’a pas tué d’homme, juste des brigands.

      • JulesM

        Peut-être que Mr Acer fait référence aux titres de journaux gauchisants tels « l’aberration » ou « l’immonde ». Il semble que la défaite de leurs amis d’al nosra et de daesh les chagrine.La bonne blague encore des droits de l’homme, du massacre des populations civiles, celle qui ne les a jamais titillée en pensant à Dresde, Hiroshima, Nagasaki, et autres holocaustes de populations civiles (on notera que ça ne les a pas chatouillé non plus en Irak, Lybie, au Kosovo, en Serbie,bref tant que c’est les states qui vitrifient,…)… Mais bon, mes amis, va falloir s’y faire, game over pour l’islamisme en Syrie. Le ticket Trump/Poutine va rebattre les cartes au proche orient, j’espère de tout coeur que les populations locales retrouveront paix et prospérité. Quant à savoir qui aime les gaucho-bolcho-bobos-marxo-guignolos, il semble que la preuve soit faite après charlie hebdo et les attentats du 13/11 que les islamos ne vous aiment pas non plus. Quand on renie tout, y compris son peuple, on n’attire que le mépris de tous… à méditer

  • Moharmée française

    Ce qui est sur à 100% c’est que TOUS les militaires français se battent pour l’Islam. Militaire français = ordure islamiste. Les militaires français participent activement au départ des migrants pour l’Europe, et les policiers français participent tout aussi activement à leur installation et à l’élimination de toute opposition.

    • Antoine

      Et ça c’est toléré comme commentaire ? wouhou les modérateurs ! ya quelqu’un ?

      • JulesM

        Vous êtes pour la censure? Vous qui vous déclarez gaucho (il est interdit d’interdire….) ,devriez être ravi que ce commentaire débile soit affiché, il fait votre jeu. La différence entre des gens qui ne sont pas de gauche et le « camp du bien » (c à d la Gôôôche) , c’est que nous sommes pour la liberté d’expression. Ceci dit Mr Moharmée, réfléchissez un peu avant de poster, un grand merci à vous!

  • Remi Fasol

    Les bombardements alliés sur la France ont fait en tout 67.800 morts .souvent les cibles étaient ratées. Par contre les agglomérations et leurs habitants, ne passèrent pas à côté des bombes…

  • c’est payant chez Bouygues pour écouter #toutcequicoutemedegoute

  • désinformation,par qui? https://t.co/Cu8HTnwgzR

  • Pingback: La guerre en Syrie ou la remise en question de l’impartialité des médiaux occidentaux – Un regard différent sur l'actualité politico-societale francaise et internationale()

  • Pingback: NPA 34 : La faillite politique d’une partie de la « gauche radicale » ! | Anti-K()

  • Pingback: La guerre en Syrie ou la remise en question de l’impartialité des médias occidentaux – Un regard différent sur l'actualité politico-societale francaise et internationale()

  • Ar Vran

    bel article conforme à ce qui faisait de mieux du temps de la belle union soviétique.
    interroger des personnes dont le point commun est d’être soutenu par Moscou n’incite pas à l’objectivité.
    Oser sous entendre que Assad, le pauvre petit garçon, est obligé de défendre son peuple face à d’affreux terroristes qui ne peuvent qu’être islamiste est plus qu’un raccourci, c’est de la propagande à destination des naifs ou des illuminés adeptes de la théorie du complot. Ce conflit syrien est bien trop complexe pour n’être réduit entre un affrontement entre islamistes et Assad.
    Je pense que ce type d’article n’honore pas ce blog car sous prétexte d’être en désacord par rapport à la presse subventionnée, cela n’aboutit pas forcément à faire le perroquet de n’importe quelle source douteuse… Par conséquent on peut commencer à douter de l’objectivité sur certains autres articles. C’est dommage mais vous valez mieux ….

  • Pingback: Alep : faux et usage de faux | Anti-K()

  • Pingback: Comment une vidéo conspirationniste sur la Syrie est devenue la deuxième la plus vue sur YouTube | Anti-K()