Orvault. Empêché de taguer la cour de l’établissement pénitentiaire, un détenu tabasse un surveillant

15/04/2017 – 11H00 Nantes (Breizh-info.com) – Après l’émeute évitée de justesse, la tension ne semble pas retomber à l’établissement pénitentiaire pour mineurs (EPM) d’Orvault.

En effet, jeudi 13 avril, vers 16 heures, un surveillant a été sauvagement agressé dans la prison pour mineurs. Alors qu’il avait vu un détenu dégrader la cour au moyen de tags, et qu’il l’a hélé, pour l’obliger à remonter dans sa cellule, le détenu a bousculé le surveillant puis lui a ouvert l’arcade sourcilière à coups de poings. L’agent s’est fait poser plusieurs points de suture et a repris le travail.

L’établissement, conçu pour accueillir 46 mineurs, s’est toujours retrouvé dans un contexte de très fortes tensions dès qu’il dépassait 30 pensionnaires. Or, ils sont en ce moment 44 et des travaux diminuent la surface disponible. Plusieurs transferts vers d’autres établissements ou quartiers pour mineurs ont contribué cependant ces derniers jours à diminuer la population de l’EPM et éloigner les meneurs.

«C‘est le bordel et c’est nous qui en payons le prix fort. Pas les politiques grassement payés à Paris »

Dans un communiqué, FO-Pénitentiaire condamne : « les politiques de tous bords, par leurs choix totalement déconnectés de la réalité pénitentiaire » et les accuse d’être « les fossoyeurs de l’institution pénitentiaire et de la Justice. La réinsertion ne se limite pas à occuper les personnes privées de liberté à coup de millions et à transformer les établissements en zones de non droit et autres camps de vacances ».

« Depuis 2012, la situation dans les prisons n’a cessé de s’aggraver et les ministres de la Justice n’y ont répondu que par plus de laxisme encore », témoigne un surveillant nantais. « Bref, c’est le bordel et c’est nous qui en payons le prix fort. Pas les politiques grassement payés à Paris ».

L.M

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine