Coup sur coup, des commandos d’ultra-gauche ont attaqué deux entreprises qui ont eu le tort, selon eux, de participer au nettoyage de la ZAD – le site du garage Louis XVI à Saint-Herblain et une carrière près de Teillé. Les deux attaques ont fait près d’un million d’euros de dégâts. La première a été revendiquée par un collectif « Verts Chers ». Celui-ci soutient les zadistes « irréductibles » opposés à toute négociation avec l’État. Il désigne à la vindicte publique la coprésidente du CéDPA (collectif des élus doutant de la pertinence du projet aéroportuaire) Françoise Verchère. Celle-ci avait récemment critiqué les exactions de l’ultra-gauche et des « irréductibles » sur la ZAD.

« Cher Louis XVI, au vu de l’inéfficacité de la guillotine, nous avons décidé de te réduire en cendres »

Dans la nuit du 22 au 23 avril, ce sont quatre dépanneuses du garage Louis XVI, sur une fourrière à Saint-Herblain, qui ont été incendiées vers 0h30. Les dégâts dépassent les 400.000 €, à raison de près de 100.000€ par véhicule. L’attaque a été revendiquée par l’ultra-gauche en soutien à la ZAD : « Nous, l’amicale Verts Chers, avons attaqué des dépanneuses d’une entreprise collaborant aux expulsions de la zad de NDDL. A l’avenir, il y réfléchiront à deux fois ». Le communiqué précise encore : « les gendarmes ont eu besoin du concours d’entreprises privées, dont l’entreprise de dépannage Louis XVI qui se charge d’enmener en fourière tous les véhicules génant le taf des keufs. Cher Louis XVI, au vu de l’inéfficacité de la guillotine, nous avons décidé de te réduire en cendres ». Manifestement les auteurs de ce communiqué maitrisent mieux les techniques incendiaires que l’orthographe…

Dans un commentaire, un modérateur d’un site d’extrême gauche – proche des « irréductibles » de la ZAD – enfonce le clou : « la ZAD a depuis toujours, et ce avant qu’on l’appel ainsi, revendiqué le sabotage comme moyen d’action. Des engins d’entreprise collaborant brulés comme des cambriolages c’est pas nouveau ».

« Adopte un collabo » : quand l’extrême-gauche définit ses cibles

L’entreprise était depuis plusieurs jours dans le viseur de l’ultra-gauche, qui jusque là ne s’était illustrée que par des barrages de pneus et de palettes enflammés sur certains axes (périph le 9 avril, RN165 à Vigneux le 12 notamment). Un communiqué « adopte un collabo des expulsions 2018 » publié le 22 avril désignait ainsi à la vindicte des militants plusieurs entreprises, dont Novadem (qui fournit des drones à la gendarmerie), le garage Louis XVI – avec l’adresse de son site sur la prairie de Mauves, Enedis (à cause de la coupure d’électricité sur la ZAD depuis le mercredi 11 avril), les usines de grenades lacrymogènes NobelSport (Pont de Buis) et Alsetex (Précigné), plusieurs hôtels accusés de loger des gendarmes mobiles, et deux transporteurs, un à Soullans (85), un autre à Saint-Etienne de Montluc (44).

« Toutes ces entreprises sont aujourd’hui en ligne de mire de l’ultra-gauche, et il y en a d’autres », nous confirme une source proche du dossier. Selon nos informations, l’ultra-gauche cherche aussi à s’attaquer au domicile privé de la préfète, et recherche des informations sur les membres des forces de l’ordre engagés dans l’opération d’expulsion. La legal team – l’équipe juridique qui soutient les zadistes, composée de vieux routiers de l’ultra-gauche nantaise – relève ainsi tous les noms des parties civiles lors des procès des zadistes. Des personnalités de la lutte – notamment le porte-parole de l’ACIPA Julien Durand qui a fustigé la « face sombre » de la ZAD et l’action des « irréductibles » à plusieurs reprises, sont aussi ouvertement menacées par l’ultra-gauche sur la ZAD et ailleurs.

L’attaque du garage Louis XVI condamnée par certains zadistes et le CéDPA

L’attaque du garage Louis XVI n’a pas fait que des heureux sur la ZAD. L’un d’eux réagit sur un site de la mouvance d’ultra-gauche, proche des « irréductibles » : « vous voudriez tout faire capoter, vous ne feriez pas mieux C’est à ce moment là que l’on s’apperçoit (sic) que sans lutte, la vie est bien fade pour vous, et que vous n’avez plus de sens à exister. Vous n’aurez de cesse de tout détruire, même quand ça ira dans votre sens, c’est dans votre ADN ».

Un autre encore fustige l’allusion vengeresse de l’ultra-gauche à Françoise Verchère qui a osé critiquer les exactions des « irréductibles » : « Il faut vraiment être une bande de lâches pour oser faire allusion à madame Francoise Verchere, après tout ce qu’elle a fait et donné pour que ce projet d’aéroport ne se fasse pas.C’est sûr que c’est plus facile de casser, invectiver, et porter une cagoule pour ne pas être reconnu, que de faire une grêve de la faim publiquement pour faire pression dans l’intérêt de toutes et tous ».

Dans la soirée, le CéDPA s’est fendu d’un communiqué énergique signé par Jean-Paul Naud, le maire de Notre-Dame-des-Landes, les administrateurs et les adhérents, ainsi que la plupart des organisations membres de la coordination des opposants à Notre-Dame-des-Landes, dont l’ACIPA, la Confédération Paysanne 44 et plusieurs partis politiques (EELV PDL, Ensemble!44, Parti de Gauche…) . « Nous n’acceptons pas que Françoise Verchère soit ainsi attaquée. Elle dont les analyses ont toujours été très pertinentes et les prises de parole toujours très justes ; elle dont le courage et l’investissement pour l’abandon du funeste projet d’aéroport ont été considérables. Depuis l’arrêt du projet, ses analyses restent pertinentes et nous les partageons largement. Nous ne pouvons accepter que quelques individus la désignent à la vindicte populaire ».

Le CéDPA estime qu’il « est temps d’arrêter cette escalade de la violence – qu’elle soit verbale ou physique – et de revenir à la raison, de réaliser que la lutte contre le projet d’aéroport est terminée ».

Une carrière attaquée et cambriolée à Teillé : encore un demi-million d’euros de dégâts

Sauf que l’extrême-gauche ne l’entend pas de cette oreille. Samedi 21, dans une carrière à Teillé, un hangar et deux chargeuses ont été détruits par incendie, pour un préjudice total de près d’un demi-million d’euros. Une caisse a aussi été volée après un vol par effraction dans le bâtiment administratif, concomitant à l’incendie. Si l’attaque n’a pas été revendiquée, les deux engins appartenaient à une entreprise qui a participé à la réfection de la RD281, ex- « route des Chicanes », à Notre-Dame-des-Landes, contestée par les « irréductibles ».

« Il est très probable que la carrière a été visée en lien avec la ZAD et que d’autres entreprises qui ont participé à la réfection de la RD281 – ou les services du conseil départemental – seront visés », relève une source au sein des forces de l’ordre. Entre 2012 et 2016, les sabotages, cambriolages et autres attaques ciblées avaient fait plusieurs millions d’euros de dégâts rien que pour les filiales de Vinci qui avaient été concernées.

D’autres entreprises avaient été attaquées ou cambriolées par des militants d’ultra-gauche, même si peu de coupables ont pour l’instant été trouvés. « C’est comme souvent. On arrive rapidement à savoir qui c’est, encore faut-il pouvoir aller les chercher et avoir le concours de la force publique pour ça ; c’est souvent comme ça que ça coince », remarque avec lassitude un policier nantais. « En fait, c’est comme pour la ZAD et la zone de non-droit qui s’y est installée : quand le fait politique se mêle de la bonne marche de la justice, ça ne fait pas bon ménage ».

Louis Moulin

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

 

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.