Notre-Dame des Landes : encore plusieurs squats détruits sur la ZAD vendredi

A LA UNE

Irlande du Nord. Il y a 48 ans, pas de Black Friday mais un Bloody Friday à Belfast

En ces temps de consumérisme quasi religieux, les enseignes commerciales (et même les gouvernements) incitant les consommateurs à se...

Florian Philippot : « Notre pays est incontestablement dans les mains de personnes qui veulent retirer aux Français un maximum de libertés » [Interview]

Parmi les politiques qui sont montés au créneau ces derniers mois contre la tyrannie sanitaire mise en place en...

Hold-up. Pierre Barnerias, l’auteur du documentaire, s’explique

Après le succès de Hold-Up, un documentaire sur le Covid, dont la version de travail a été diffusée en...

Discours de De Gaulle à Quimper en 1969 : coulisses d’un ratage historique

Le 2 février 1969, Charles De Gaulle prononce à Quimper le dernier discours de sa carrière. Pour la première...

Immigration et invasion de l’Europe. Pour Jean-Yves Le Gallou, « Tous les pays européens ont été victimes d’un coup d’Etat, des médias et des...

Jean-Yves Le Gallou, président de la fondation Polémia, enchaine les livres majeurs, avec la sortie de « L'invasion de...

Après la reprise des expulsions jeudi dans le bois de Rohanne et aux environs, elles ont continué ce vendredi aux extrémités ouest, est et nord de la ZAD : trois maisons en dur squattées ont été murées, quatre détruits, deux ont brûlé. Dans la soirée, Gérard Collomb a annoncé la fin de l’intervention sur la ZAD, mais elle se poursuit encore ce samedi et au début de la semaine prochaine, avec des effectifs plus limités il est vrai.

carte-zad-18-5-2018

« Les squats expulsés et déconstruits par les forces de l’ordre ne s’inscrivent dans aucun des projets agricoles déposés en préfecture. Leurs occupants refusent toute discussion et rejettent l’idée d’occuper ces terres de façon légale. Cette situation n’est pas acceptable dans un État de droit, pas plus que ne le sont le climat d’insécurité, les actes de vandalisme et les actions d’obstruction », a réagi le Ministère de l’Intérieur dans un communiqué.

Cette fois encore, il y a eu relativement peu de résistance de la part de zadistes « irréductibles » démobilisés et divisés, dont une partie des forces vives était d’ailleurs à Nantes pour bloquer – avec succès – les partiels de lettres, langues et sciences humaines. Et être déjà sur place alors qu’une manifestation en soutien à la ZAD est prévue ce samedi après-midi à Nantes avec comme objectif affiché de reproduire l’émeute du 14 avril. Difficile cependant de prévoir son affluence alors que celle du 17 mai a été un échec avec à peine 250 personnes dans le cortège.

Cette fois encore, les forces de l’ordre étaient pré-positionnées très tôt le matin, passant la barricade de la Maison Rose (extrémité ouest de la ZAD) à 6h, expulsant la Freuzière – un corps de ferme en dur partiellement incendié il y a quelques mois suite aux règlements de comptes entre zadistes – à 6h20, les domaines libérés – en dur aussi – à 7 h. Une inspection a été menée à la ferme de Saint-Jean du Tertre (Willem, lait bio) pour retrouver un zadiste de la Freusière. Le Pré Failly a brûlé entre 6 et 9h, tout à l’ouest, pour des raisons inconnues. Juste à côté, la Tarte a été expulsée et détruite.

A l’est, Ker-Terre et la gare ont été expulsés dans la matinée ; les squats ont été détruits, ainsi qu’une caravane à Ker Terre. Pendant la matinée et le début de l’après-midi, des affrontements entre gendarmes et zadistes « irréductibles » ont eu lieu en divers lieux, notamment à la Saulce et la Pruche (entrée centre-sud de la ZAD sur la RD81) avec des barricades faiblardes, souvent en bois vert (tant pis pour l’écologie). D’autres ont préféré viser nominativement des journalistes de la presse mainstream sur les réseaux sociaux, accusés de « filmer pour les flics ».

Avec l’incendie de la cabane Ker Stank, située au milieu d’un étang et abandonnée, il ne reste plus à l’est que la Grée (squattée), les Fosses Noires (boulangeries existantes, projet déposé en Préfecture) et la Noé Verte (conserverie, projet déposé en Préfecture mais installée sur des terres spoliées aux agriculteurs riverains). La police scientifique s’est aussi invitée à l’Isolette – qui appartient à Guy Lamisse et a été squattée et vandalisée à plusieurs reprises par des zadistes. Aux Ardilières, la maison en dur de Phoenix, abandonnée, est murée.

Neuf personnes ont été arrêtées ce 18 mai – dont une à la Freuzière, une autre aux Domaines Libérés – autre bâtiment en dur aussi appelé Maison des Chats – pour refus de donner son identité ; deux ont été relâchées « dont une pour vice de forme » selon les zadistes. La veille, deux personnes arrêtées dont une relâchée. Ils déclarent aussi avoir 1 blessé le 17 par grenade de désencerclement et 18 blessés le 18 « dont 10 par grenade de désencerclement […] une personne évacuée devant des signes d’atteinte nerveuse en aval d’un éclat ». Le soir du vendredi, Gérard Collomb annonçait la fin de l’intervention sur la ZAD.

Une intervention qui n’est encore pas terminée

Ce n’est pourtant pas fini. Les zadistes ont tenté de réoccuper Phoenix (les Ardilières) qu’ils ont démuré ainsi que les Domaines libérés, à deux reprises au moins. Les deux maisons étant situées sur la RD81, elles ont un intérêt stratégique. Après des tentatives de réoccupation, les autorités ont annoncé qu’elles seront démolies la semaine prochaine, d’autant qu’elles sont quasiment inhabitables.

Ce samedi matin 700 gendarmes étaient à nouveau sur la ZAD pour déblayer ce qui restait de Ker Terre et vérifier qu’il n’y avait pas de réoccupation des squats en dur murés. Pendant ce temps les zadistes « irréductibles » récupéraient les débris de la Châtaigne, installaient des barricades dans le chemin de Suez et des (petites) chicanes sur la RD81 – avec des pneus qui deviennent subitement écologiques lorsqu’ils sont utilisés par les zadistes. Des contrôles routiers sont aussi faits à Notre-Dame des Landes et au débouché de la 2×2 voies à Héric de 7 à 19h ce samedi.

Un rassemblement de reconstruction de la ZAD est prévu ce dimanche à partir de 12h à Bellevue – les gendarmes ont prévu d’empêcher les zadistes de jouer aux kaplas, ou plutôt de faire des « assemblages de charpentes pour que la ZAD se reconstruise ». Le parking de la salle Cassiopée de Notre-Dame des Landes qui leur servait de camp de base ce jeudi et ce vendredi leur est d’ailleurs réservé pour ce week-end.

Cependant le soutien aux zadistes a faibli de façon notable. Un militant tente une explication : « peut-être que si une partie des gens visés par l’opération de ces derniers jours n’avaient pas passé leur temps à cracher sur les 9/10 des soutiens potentiels, il y aura plus de monde sur la zad et dans les rassemblements en ville… quant au 1/10 qui reste, il faut croire que [ce sont] principalement des radicaux de posture qui se la jouent sur internet mais qui ne représentent rien sur le terrain ». Même s’il reste encore plusieurs dizaines de lieux de vie habités, la fin de la ZAD ressemble en effet à une longue agonie…

Louis Moulin

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

75 ans et relogée car un squatteur vit chez elle

En 2018, Martine Garofalo décide de partir vivre en Guyane. Elle installe alors deux locataires dans sa maison de...

Bretagne. Élections régionales : un second tour de piste pour Marc Le Fur (LR)

La partie n’est pas facile pour la droite en Bretagne. Pourtant Marc Le Fur (LR) se verrait bien diriger...