Climat. La banquise la plus épaisse d’Arctique se brise pour la première fois

Climat

C’est un événement « effrayant » selon Thomas Lavergen, météorologue, notamment cité par le Guardian. Un événement tellement rarissime que les deux seules occurrences connues d’un tel phénomène datent… de 2018 ! La plus ancienne et la plus épaisse banquise arctique a commencé à se briser.

Le dernier bastion de la banquise en péril

Cette zone glacée, aujourd’hui en train d’être ouverte à la mer, était pourtant considérée comme la « la dernière zone de glace » par les scientifiques qui pensaient qu’il s’agissait du dernier bastion gelé qui résisterait aux effets du réchauffement climatique.

Et l’impensable s’est donc produit deux fois cette année, en février et au début du mois d’août. La hausse des températures a rendu cette zone glacée sensible aux vents qui l’ont éloignée de la côte à une distance jamais atteinte depuis le début des observations satellitaires en 1970. Un éloignement et des cassures qui ont provoqué l’arrivée d’eau liquide dans cette zone constamment gelée depuis des décennies.

La hausse des températures moyennes dans cette région du globe est un fait scientifique qui ne souffre d’aucune contestation. Une mesure évidemment corrélée négativement avec la masse d’eau gelée qui diminue régulièrement et de manière inquiétante depuis le début des observations humaines.

Vers une accélération de la fonte de la banquise ?

Walt Meier, scientifique américain, tire la sonnette d’alarme : « La diminution [du volume de la banquise] atteint même les zones les plus froides de l’Arctique avec la glace la plus épaisse. Il s’agit donc d’une indication dramatique de la transformation de la mer et du climat arctiques. »

Pour Thomas Lavergne, le pire est à venir car la glace poussée par les vents va atteindre des zones où la fonte sera accélérée : « Je ne peux pas savoir combien de temps les eaux resteront ouvertes mais même si elles se refermaient d’ici quelques jours, le mal serait fait. La vieille et épaisse mer gelée aura été éloignée des côtes, jusqu’à une zone dans laquelle elle fondera plus facilement. »

Selon les dernières estimations des chercheurs norvégiens, la zone de Svalbard a perdu 40 % de banquise par rapport aux moyennes mesurées depuis 1981.

Crédit photo : Domaine public, via PixaBay
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

ARTICLES LIÉS

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !