Prison pour femmes de Rennes : trois violentes agressions de surveillants en 1 semaine

A LA UNE

Le syndicat FO-Pénitentiaire dénonce une recrudescence de la violence à l’encontre des agents pénitentiaires depuis quelques jours au sein de la prison pour femmes de Rennes où il y a eu trois violentes agressions qui ne semblent pourtant pas alarmer outre mesure la direction de la prison.

Le 26 août, une détenue lance à une surveillante « Toi ferme ta gueule, fais pas la maligne, je vais t’en mettre une » et lui court après sur la coursive, armée d’un balai. Seule l’intervention d’une autre détenue a empêché l’agression. Curieusement, la femme au balai n’a reçu que dix jours de confinement [au quartier disciplinaire] avec sursis tandis que la détenue venue au secours de la surveillante a eu 8 jours ferme de quartier disciplinaire pour s’être « accrochée » avec sa codétenue.

Une justice curieuse qui étonne la section FO-Pénitentiaire : « Madame la Directrice, quel message souhaitez-vous faire passer à la population pénale ? Comment les agents peuvent-ils se sentir Et respectés Et considérés Et soutenus dans ces conditions ? », s’interroge le syndicat. Agents qui sont d’ailleurs assez inquiets, puisque deux véhicules de surveillants ont été fracturés le 20 août vers 7 heures devant le centre pénitentiaire pour femmes.

Le 28 août vers 15h45, alors que la surveillante en poste à la médiathèque demande aux détenues de ranger les CD avant de quitter les lieux, l’une d’elle traite la surveillante de « sale conne » et lui crache au visage. Écartée du groupe de détenues par une autre surveillante, la détenue ne se calme pas du tout et commence à molester les deux surveillantes, qui ont eu bien du mal à la maîtriser. Suite à cette agression elle est transférée en cellule disciplinaire – le nom moderne du mitard.

Une autre détenue, qui s’était déjà illustrée quelques jours auparavant en agressant un agent à coups de pied et en escaladant un arbre pendant la promenade – elle avait reçue une sanction « exemplaire », ironise FO-Pénitentiaire, à savoir cinq jours de quartier disciplinaire – a à nouveau fait parler d’elle. Le 2 septembre entre 13h et 14h30 elle a fait du tapage dans sa cellule, ignorant toutes les demandes des surveillants. Convoquée par un gradé, elle a été admonestée, ce qui ne l’a pas calmée non plus.

En effet lorsqu’elle est revenue dans sa cellule, elle a lancé à une surveillante : « Je souhaite ta mort, je souhaite que tu sois écrasée par un bus ! » puis a continué à faire du désordre. Maîtrisée avec peine par quatre agents, elle a été reconduite au quartier disciplinaire où elle a donné un coup de pied à la surveillante qu’elle avait menacé tout en lui criant « Je vais prévenir tout mon quartier et on va vous faire la peau ! » puis a craché sur les agents. Le syndicat FO-Pénitentiaire demande une sanction vraiment dissuasive – 30 jours de quartier disciplinaire – et son transfert dans un autre établissement.

Louis Moulin

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

OTAN- OCS –AUKUS : Un monde en recomposition mais surtout en cours de bascule

Dans le brouhaha de la querelle entre la France et l’Australie sur le marché des sous marins,  un événement...

Danemark. Révélation au public d’un trésor avec des inscriptions runiques inconnues jusqu’ici

Après 1500 ans sous terre, l’un des trésors d’or les plus grands, les plus riches et les plus beaux...

Articles liés