collier

Après l’interpellation et le jugement d’un Camerounais sans-papiers pour six vols à l’arraché de collier entre Nantes et Vertou d’avril à juin 2019, cette technique de vol nouvelle à Nantes semble faire florès, notamment chez les délinquants d’origine extra-européenne. Faut-il y voir un lien avec la faiblesse de la réponse judiciaire (six mois ferme dans le cas du Camerounais) ?

Toujours est-il que vers 2h50 ce 5 juillet, la BAC de nuit a interpellé un délinquant dans une ruelle du Bouffay, au cœur de Nantes, alors qu’il venait d’arracher le collier et le téléphone portable d’une jeune femme. Par ailleurs un autre vol semblable a eu lieu à l’Eraudière le matin du 5 juillet, sur les bords de l’Erdre, au nord de Nantes. Cette fois le voleur a réussi à prendre la fuite.

Voilà qui ne va pas arranger la réputation du centre-ville de Nantes, où les agressions, surtout de jeunes femmes et de fêtards, sont légion – notamment autour de l’ile Feydeau, à Commerce et dans le Bouffay. « Plus ça va, plus c’est le Bronx », commente un policier nantais. « Pour ma part je déconseille formellement à mes proches de sortir la nuit dans Nantes, le centre-ville est totalement abandonné à la délinquance, et les pouvoirs politiques – notre chère maire Johanna Rolland en tête – s’en foutent. Ils font comme si de rien n’était ».

LM

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine