Nantes. Elle n’avait pas son téléphone sur elle : une femme reçoit un coup de couteau au ventre

A LA UNE

L’immigration clandestine redouble en Mer Méditerranée, l’Union européenne baisse la garde

Il y a un an, trois organisations internationales paragouvernementales prédisaient un afflux massif de clandestins en Europe lors du...

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

De la belle aube au triste soir. La tragédie d’une famille française en Algérie [Interview]

Il n’est pas de vie qui ne soit inextricablement mêlée à notre histoire collective. Le livre De la belle...

La liste des femmes victimes d’agressions à Nantes continue de s’allonger. Au point  que les services de police sont débordés. Sans compter les cambriolages et rodéos  qui défrayent l’actualité. Bienvenue dans la cité des ducs de Bretagne.

Un extra européen

Une serveuse âgée de 27 ans qui était en pause, près de la gare SNCF Nord, peu avant minuit le 12 décembre dernier, a été agressée avec une très grande violence par un voleur d’origine extra-européenne, recherché. L’agresseur l’a abordé couteau à la main pour lui arracher son téléphone, mais elle ne l’avait pas sur elle. Il lui a donné un coup de couteau au ventre.

Une énième agression qui n’étonne guère ce policier nantais chevronné : « il y a des serveuses qui se baladent avec des gazeuses, voire des armes de poing après avoir été agressées, ou tout simplement car elles ont peur en rentrant chez elles le soir, tard. Notamment entre Gare Maritime et gare Nord », épicentre de l’insécurité nocturne à Nantes-centre.

En ce moment, au commissariat de Nantes, les plaintes sont légion. « Il y a beaucoup d’agressions, de cambriolages – y compris en pleine journée – de vols avec violence, de vols par ruse aussi [lire nos conseils pour ces vols, aussi appelés vols à la fausse qualité] Pour les viols et agressions sexuelles sur la voie publique, c’est bien simple, y en a tellement qu’elles prennent rendez-vous pour déposer plainte, les services sont débordés ».

Et des cambriolages…

La rixe a laissé des traces… Photo : Breizh-info.com

Cette semaine, plusieurs cambriolages ont notamment été signalés entre 15 et 16h30 aux environs de la place Graslin, notamment rues de l’Héronnière, Dobrée et Gresset. Une violente rixe entre deux marginaux a aussi eu lieu ce 13 décembre vers 17h rue de la Barillerie : sur fond d’alcool, l’un d’eux a cassé le nez du second et a été interpellé. Sa victime a refusé de déposer plainte et même d’être prise en charge par les pompiers.

« Ça n’arrête pas entre marginaux, y a du sang partout par terre, ça donne une image déplorable du quartier et de nos commerces », confie un riverain excédé. « Il y a pourtant une police municipale et elle peut éviter la concentration de ces marginaux, comme cela se fait à Lyon, mais visiblement la mairie de Nantes se fiche complètement de l’image de la ville et de la sécurité des riverains. Ils se bourrent la gueule, se battent, prennent à partie les riverains et les passants, tout ça sur l’une des principales artères commerçantes de la ville.  La non-gestion de la ville par Johanna Rolland, y en a vraiment ras le bol ! ».

Interpellé pour des rodéos, il s’avère être un dealer

Ce 12 décembre, la BAC a aussi interpellé un auteur de rodéos multiples, à Bellevue, en quad ; convoqué le 3 décembre après avoir été formellement identifié par la vidéo-protection, il ne s’est pas présenté. La BAC est venue le tirer du lit, et a fait chez lui des découvertes stupéfiantes : 1.2 grammes d’herbe de cannabis (9 € à la revente), 140 sachets vides pour le conditionnement des stupéfiants et 470 € en billets. « La recette d’une soirée de vente et l’attirail du parfait dealer », résume un policier nantais.

À Machecoul aussi

La délinquance devient aussi difficile à endiguer à la campagne, aux limites de l’agglomération nantaise, en troisième couronne. A Machecoul, un homme de 18 ans mis en examen pour viol (!) et pourtant en liberté, sous bracelet électronique, a été signalé ce 12 décembre à la gare routière à 7h30 en train de manipuler ce qui ressemblait à une arme de poing – c’était en réalité une réplique airsoft. Retrouvé vers 17h30 dans Machecoul après une course-poursuite avec les gendarmes, il a été interpellé.

Louis Moulin

Photo d’illustration (couverture) : Flickr (cc)
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Patrick Buisson interrogé par Charlotte d’Ornellas : « La modernité nous met face à notre propre vide » [Interview]

Patrick Buisson politologue et ancien conseiller personnel du président Sarkozy, publie un nouvel essai qui raconte tout ce que...

Tour d’Italie. Caleb Ewan remporte la 7ème étape du Giro

Deuxième victoire d'étape pour Caleb Ewan (Lotto-Soudal) le 14 mai 2021, à l'occasion de la 7ème étape du Giro....

Articles liés

Nantes. Alu et acide chlorydrique au Breil : l’auteur était un père de famille

Nous nous étions fait écho de ce que nos confrères ont (trop) vite appelé des « engins incendiaires » : des bouteilles avec des boulettes de papier...

Fusillades à Nantes. « Ça fait des semaines qu’on tire la sonnette d’alarme, », le cri de colère des riverains du Building [Exclusif]

Ce 11 janvier vers 20h30, pour la troisième fois en quatre jours, les armes ont parlé devant le Building, cette barre d'immeuble qui domine...

Nantes. Un restaurateur menacé avec un pistolet 22 LR

Un nouveau fait divers met en lumière le nombre d’armes à feu qui circule en liberté à Nantes. Ce samedi 17 octobre, vers 23h40,...

Un reportage éloquent de France 2 sur la criminalité à Rennes

Le journal de 13 heures de France 2 du mercredi 30 octobre, présenté par Nathanaël de Rincquesen, a consacré un reportage sur la délinquance...