Une manifestation contre la GPA et la PMA sans père le 10 octobre à Nantes

A LA UNE

Voyages : 3 Français sur 4 prêts à prendre une assurance annulation depuis la crise sanitaire

Compte tenu de l’instabilité et des incertitudes entrainées par la pandémie de Covid-19, voyager n’est plus aussi simple qu’avant,...

Baromètre 2020 du prénom musulman : 21,7% des naissances en France, entre 5 et 12% en Bretagne

L’INSEE a publié comme chaque année les chiffres de l’État Civil relatifs aux prénoms attribués aux enfants nés en...

Nantes. La manifestation contre le pass sanitaire attaquée par l’extrême gauche [Témoignage exclusif]

À la fin de la manifestation contre le pass sanitaire samedi 31 juillet à Nantes, un groupe d'individus affiliés...

L’abstention selon Richard, Bernard, Arnaud et les autres…

De consultation électorale en consultation électorale, l’abstention progresse. C’est particulièrement vrai pour les élections régionales : de 20% en 1986,...

Bretagne. Retour sur les manifestations du 31 juillet contre le pass sanitaire

Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont manifesté dans de nombreuses villes bretonnes contre le pass sanitaire, le samedi...

Une manifestation contre la GPA et la PMA sans père se tiendra le 10 octobre à Nantes, à l’appel du collectif Marchons enfants.

« Depuis le début de ce combat, les associations regroupées sous le label « Marchons enfants » dénoncent le projet de marchandisation de la procréation caché derrière de mauvais prétextes de fausse égalité et de fausse compassion. Le scandaleux salon « Désir d’enfant » qui a eu lieu à Paris les 5 et 6 septembre dernier est venu démontrer combien cette vision était juste. Il s’agit maintenant de continuer à nous opposer au projet de loi bioéthique qui doit revenir au Sénat, car tout est encore possible et nous vous donnons rendez-vous à Nantes, le samedi 10 octobre après-midi pour une grande manifestation régionale » indiquent les organisateurs, précisant que d’autres détails seraient apportés ultérieurement.

Cette manifestation se complète avec une pétition qui circule actuellement – et qui a réuni 62 000 signatures pour le moment – adressée au président de la République, Emmanuel Macron, et dont voici le texte :

Monsieur le Président de la République,

Nous en appelons à vous pour la protection des droits de tous les enfants.

Le gouvernement a lancé le processus parlementaire en vue de la légalisation de la procréation médicalement assistée (PMA) en l’absence de père pour l’enfant et sans motif médical.

Cela signifie que, délibérément, la République priverait des enfants de père pour toute leur vie.

Depuis 1917, la République française veille en particulier sur les Pupilles de la nation – orphelins de père pour la plupart. C’est évidemment parce que la nation est consciente de ce que cela représente pour un enfant.

Mais en 2020, sous votre responsabilité, la République pourrait, à l’inverse, légiférer pour faire délibérément des enfants orphelins de père ? Voilà qui serait une terrible injustice.

Concrètement, d’après l’estimation de la ministre de Santé, Agnès Buzyn, cela ferait 2 000 nouveaux orphelins de père chaque année. Et si l’on regarde l’exemple des quelques pays qui ont étendu la PMA, cela montre que, au bout de quelques années, on pourrait aller jusqu’à 7 000 nouveaux orphelins par an, c’est-à-dire, sur dix ans, 70 000 enfants sciemment privés de père…

La PMA sans père irait à l’encontre de notre devise nationale : elle ne respecterait pas la liberté de l’enfant, l’absence de père lui étant imposée volontairement ; elle créerait une inégalité nouvelle entre les enfants qui auraient un père et une mère et les enfants dont le père serait effacé jusque sur leur acte de naissance ; elle serait contraire à la fraternité, c’est-à-dire à la solidarité due par la société à tous les enfants.

Si la maternité est humainement fondamentale, la paternité l’est tout autant, et toutes les deux sont fondatrices de la fraternité.

Quant à prétendre, sur l’acte de naissance d’un enfant, qu’il aurait deux mères, ce serait un mensonge d’État. La co-maternité n’existe pas. S’il est élevé par deux femmes, la réalité, c’est que l’enfant est élevé par sa mère et la conjointe de celle-ci, c’est-à-dire une belle-mère.

En outre, si la PMA était autorisée pour des femmes fécondes, la médecine deviendrait une prestation de service pour réaliser nos désirs individuels. Et nul n’est dupe : après la PMA sans père viendraient tôt ou tard la PMA post-mortem, la gestation pour autrui (GPA), etc.

En effet, si l’on en arrive à nier qu’un père est essentiel dans la vie d’un enfant, demain, on prétendra aussi que des femmes se sentent utiles et s’épanouissent en étant mères porteuses. Certains osent déjà tenir de tels propos !

Par ailleurs, le manque de dons de gamètes est tel, en France, que les couples souffrant d’une pathologie de la fertilité et ayant besoin d’un don doivent déjà attendre de longs mois. Et l’expérience montre que les campagnes d’appel à dons sont inefficaces.

Aussi, comme tous les pays qui ont étendu la PMA, si la France allait dans ce sens, elle se mettrait aussitôt à acheter du sperme aux pays qui rémunèrent les hommes : elle participerait dès lors au commerce international d’éléments du corps humain. Ce serait non seulement contraire au principe fondamental de non-marchandisation du corps humain, mais surtout indigne de notre humanité et du pays des droits de l’Homme !

Je vous demande solennellement :

  1. d’établir un moratoire sur ce projet de loi ;
  2. d’appliquer le principe de précaution à la procréation et à la filiation humaine ;
  3. de développer une politique de lutte contre l’infertilité et pour la fécondité ;
  4. d’inscrire l’interdiction de la GPA dans la Constitution française et de contribuer à l’abolition internationale de cette pratique.

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Fabrice Di Vizio. « Macron est plus crédible en influenceur Pfizer qu’en général des Armées ! »

Maître Fabrice Di Vizio, avocat au barreau de Nanterre, explique les raisons de son recours - soutenu par plus...

Sapeurs-pompiers en grève : «La vaccination obligatoire nous supprime notre liberté de choix»

Après le personnel soignant, des sapeurs-pompiers s’opposent à la vaccination obligatoire pour leur profession. L’un des principaux syndicats de...

1 COMMENTAIRE

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

La loi ouvrant le droit à la PMA publiée aujourd’hui au Journal Officiel

A croire que cette loi était une d'urgence vitale pour la société bretonne et française : la loi bioéthique ouvrant le droit à la...

Propaganda e Naoned : atalier « Journées du MATRIMOINE » e Kastell Duged Breizh

Gwelloc'h-gwellañ : goude an diskouezhadegoù liv an didrevadenniñ warne (Expression(s) Décoloniale(s)) e vo aozet atalieroù benelour gant Kastell Duged Breizh ! D'an 18 a viz gwengolo,...

Université de Nantes : une formation en archéologie contemporaine

Il y a 77 ans, les Alliés débarquaient en Normandie. De moins en moins d'anciens combattants sont là pour relater ce qu'ils ont vécu...

Entretien avec Marc Le Bourhis à propos de l’incendie de la cathédrale de Nantes

Le 18 juillet 2020, la cathédrale de Nantes était en proie à un incendie. Les flammes ont notamment détruit le grand orgue dont la...