Électricité : les heures creuses ne sont plus intéressantes pour les consommateurs

A LA UNE

Covid 19. Amnesty international accuse la Belgique d’avoir sacrifié ses anciens

Avec 1429 morts par million d’habitants à ce jour, la Belgique serait le pays le plus touché au monde...

Le lobby immigrationniste en France, minoritaire numériquement, puissant en influence

L’occupation le 23 novembre de la place de la République à Paris par des migrants et la « mise à...

Julien Langella : « Politiquement, le Pape François devrait se taire » [Interview]

Les sorties politiques du Pape François se multiplient, et feraient presque parfois passer Jean-Luc Mélenchon pour un réactionnaire. Prônant...

Adrian Gilles (Boisson Divine) : « Une langue qui est parlée ne meurt pas » [interview]

Boisson Divine, à écouter sans modération ! Depuis 2005, ce groupe de musique du sud-ouest fait la fierté de la...

« Viens à Bollaert, j’ai fais des moules ». L’Opéra du Peuple, dans la peau d’un supporter du RC Lens [Interview]

« Viens à Bollaert, j'ai fais des moules ». Si il n'avait pas reconnu cette référence au fanzine Rugir,...

Le mythe de la bonne opération financière en optant pour la tarification « heures pleines/heures creuses » concernant l’abonnement à l’électricité a semble-t-il vécu. Explications.

Un abonnement « heures pleines/heures creuses » qui fait des perdants

Souvent vanté par le passé, le tarif heures creuses concernant les abonnements électricité ne présente aujourd’hui plus aucun intérêt en termes d’économies selon le magazine 60 Millions de consommateurs.

Le principe d’un abonnement « heures pleines/heures creuses » est simple : il consiste pour le souscripteur à bénéficier d’un prix de l’électricité moins élevé pendant les heures creuses, celles-ci étant généralement fixées durant la nuit mais aussi parfois au milieu de l’après-midi. Il apparaît alors plus intéressant de maximiser son utilisation d’énergie sur ces plages horaires, qu’il s’agisse des radiateurs électriques, du lave-vaisselle de la machine à laver ou encore du ballon d’eau chaude.

Une certaine souplesse dans la tarification de la consommation par rapport à l’abonnement « base » qui a progressivement perdu ses avantages puisque le tarif des heures creuses a fortement augmenté au cours des dernières années. De son côté, le magazine, qui précisait après une étude menée en 2009 que cette tarification « heures pleines/heures creuses » n’étaient « quasiment jamais intéressante pour les petits consommateurs d’électricité », reformule même un jugement plus sévère en 2020 en affirmant qu’aucun profil de consommateur ne ressort désormais gagnant en effectuant ce choix.

Ainsi, les simulations réalisées par 60 Millions de consommateurs pour un abonné EDF disposant de la tarification « heures pleines/heures creuses » démontrent que sa facture annuelle d’électricité est de 30 à 50 € plus élevée que dans le cas d’une tarification « base ».

heures creuses
Source : 60 Millions de consommateurs

La confusion chez les fournisseurs d’électricité

Lors de ces projections, la consommation électrique réalisée en heures creuses représentait 40 % de la quantité totale pour chaque foyer. Une part reflétant la moyenne observée dans les faits. Et la publication suggère dans la foulée que, pour retrouver un intérêt à s’abonner à la formule « heures pleines/heures creuses », il est nécessaire de réaliser plus de 50 % de sa consommation durant ces heures creuses. Un seuil plutôt compliqué à atteindre dans la pratique…

Dans ces conditions, comment les 11 millions de clients abonnés avec une tarification HP/HC auprès d’EDF au tarif réglementé peuvent-ils optimiser leur situation ?

Si EDF a lui aussi constaté depuis 2018 le désavantage de cette tarification compte tenu de la hausse des tarifs en heures creuses, le fournisseur n’en a pas réorienté ses clients vers l’abonnement « base » pour autant, quitte à ce que ces derniers perdent de l’argent.

Chez Engie, où l’électricité est proposée non pas au tarif réglementé mais au prix de marché, la politique est légèrement différente mais le déséquilibre entre l’abonnement « heures pleines/heures creuses » et « base » y est aussi observé. Engie a décidé depuis le 1er octobre 2020 de conseiller « aux nouveaux clients de choisir l’option “base” s’ils ne peuvent pas réaliser 50 % de leur consommation pendant les heures creuses ».

Enfin, un outil en ligne accessible sur le site officiel Énergie-Info permet d’indiquer aux consommateurs quelle solution est la plus avantageuse pour leur budget.

Dernier point notable, un consommateur prouvant les pertes occasionnées par son abonnement HP/HC peut faire une demande d’indemnisation et, le cas échéant, saisir le médiateur national de l’énergie en cas de refus ou pour obtenir des conseils.

AK

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

Allemagne : Un homme fonce en voiture sur des passants à Trèves – Plusieurs morts et 15 blessés, l’auteur arrêté

Des passants ont été percutés par un individu armé de sa voiture dans une zone piétonne à Trèves, dans...

Guillaume Bigot : Pourquoi il faut virer le parti de l’étranger

Toute aristocratie connaît trois âges successifs, comme l'avait vu Chateaubriand :"l'âge des supériorités, l'âge des privilèges et l'âges des...

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici