Irlande. Jerry Mulvihill : « J’ai passé trois ans à faire des recherches sur la Grande Famine de 1845-1852 » [Interview]

A LA UNE

Nico Prat – Benjamin Durand : « La victoire d’Oasis se situe dans un soft power mainstream par delà les classes sociales et les...

Les éditions Playlist society viennent de sortir un bouquin que tous les amateurs de rock doivent posséder. Avec Oasis...

Jean-Yves Le Gallou : « Une candidature Zemmour pulvériserait le front républicain » [Interview]

Les Bobards d'Or, traditionnelle cérémonie de la fondation Polémia qui récompense les médias de grand chemin, se sont déroulés...

Gens du voyage. Des occupations illégales de terrains qui exaspèrent maires et propriétaires

Phénomène récurrent en France, les occupations illégales de terrains par des gens du voyage, nombreuses ces derniers jours, exaspèrent...

Cyclisme. Tour de France 2021. Le parcours détaillé étape par étape [Analyse]

Le Tour de France 2021 se rapproche à grands pas. Après vous avoir présenté les 4 étapes bretonnes dans...

Alain de Benoist : « Mieux cerner la personne du Jésus de l’histoire et l’état actuel de la recherche » [Interview]

Alain de Benoist vient de sortir L'homme qui n'avait pas de père. Le dossier Jésus, livre enquête sur Jésus,...

Nous vous avions annoncé il y a quelques semaines la sortie d’un superbe ouvrage, en anglais, intitulé The Truth Behind The Irish Famine 1845 – 1852 et signé Jerry Mulvihill, livre illustré qui rend hommage aux victimes de la Grande famine irlandaise, que nous avons déjà évoqué sur breizh-info.

En 1845, l’Irlande faisait partie du Royaume-Uni, qui était la nation la plus riche et la plus puissante du monde. L’Irlande produisait un surplus de nourriture. Cependant, entre 1845 et 1852, plus de 1,5 million d’Irlandais sont morts de faim, alors que des quantités massives de nourriture étaient exportées de leur pays vers la Grande-Bretagne. Un demi-million de personnes ont été expulsées de leurs maisons, souvent de manière illégale et violente, pendant le fléau de la pomme de terre. Un million et demi d’autres n’ont eu d’autre choix que d’émigrer vers des pays étrangers à bord de « bateaux cercueils » pourris et surpeuplés.

La famine a laissé une cicatrice si profonde au sein du peuple irlandais qu’elle a déclenché une guerre qui a finalement permis à l’Irlande d’obtenir son indépendance de la Grande-Bretagne en 1922.

Pour parler de ce livre, nous avons interrogé son auteur, Jerry Mulvihill.

Pour commander son livre, c’est ici

Breizh-info.com : Pour nos lecteurs français qui ne connaissent pas l’histoire de la Grande Famine, pouvez-vous nous expliquer quel drame ce fut pour l’Irlande ?

Jerry Mulvihill : Entre 1845 et 1852, plus de 1,5 million d’Irlandais sont morts de faim, alors que des quantités massives de nourriture étaient exportées de leur pays vers la Grande-Bretagne.

Un demi-million de personnes ont été expulsées de leurs maisons, souvent de manière illégale et violente, pendant le mildiou de la pomme de terre. Un million et demi d’autres n’ont eu d’autre choix que d’émigrer vers des pays étrangers à bord de « bateaux cercueils » pourris et surpeuplés.

La famine a laissé une cicatrice si profonde au sein du peuple irlandais qu’elle a déclenché une guerre qui a finalement permis à l’Irlande d’obtenir son indépendance de la Grande-Bretagne en 1922.

Breizh-info.com : Quelles nouvelles perspectives sur la Grande Famine en Irlande vouliez-vous donner aux lecteurs avec vos livres ?

Jerry Mulvihill : J’ai passé trois ans à faire des recherches sur la Grande Famine de 1845-1852. Mon objectif était de créer un livre qui témoigne avec précision cette période de l’histoire. Après des recherches approfondies sur les illustrations et les peintures de l’époque, il m’est apparu clairement que les événements déchirants et réels du milieu du XIXe siècle en Irlande n’avaient en fait jamais été décrits. J’ai commandé 72 peintures à 6 artistes. Chaque image est tirée d’une citation historique d’un témoin oculaire. Je voulais dépeindre cette période de l’histoire exactement comme je l’avais lu. La tristesse, l’horreur, les expulsés, les mourants, les émigrants et l’exportation de nourriture. Toutes les réalités de la Grande Famine qui, jusqu’à présent, avaient été dissimulées visuellement.

Breizh-info.com : Pouvez-vous nous expliquer comment vous sélectionnez les personnes qui ont réalisé les photos et les illustrations de vos livres ?

Jerry Mulvihill : J’ai contacté des artistes que j’admire vraiment. Et qui, selon moi, peuvent rendre vivant ce moment dans le temps. J’ai été honoré que Rodney Charman, Maurice Pierse, Jane Hilliard, Danny Howes, PJ lynch et Gerard Cooper Sheridan aient tous travaillé sur ce projet.

Breizh-info.com : Comment votre livre est-il reçu en Irlande ?

Jerry Mulvihill : J’ai intitulé mon livre « La vérité derrière la famine irlandaise« . Ce titre a suscité de nombreux débats en ligne. Certains sont furieux que j’aie utilisé le mot « famine ». Mais ces quelques personnes ne saisissent pas l’ironie et la signification de ce titre. The Truth Behind signifie qu’il y a de fausses vérités autour de la tristement célèbre « Famine » en Irlande. Le président et le premier ministre irlandais ont fait l’éloge de ce livre. Il a également reçu des critiques fantastiques dans les journaux The Irish Times et Examiner.

Breizh-info.com : Cette grande famine a-t-elle façonné, malgré elle, ce que sont les Irlandais et les Irlandaises d’aujourd’hui ?

Jerry Mulvihill : Nous sommes tous des survivants et des descendants de cette époque. Les personnes qui sont décédées pendant la famine ont une histoire qui doit être racontée et comprise. Il est de la plus haute importance que leurs souffrances n’aient pas été vaines. Qu’ils nous rendent humbles et nous rappellent la chance que nous avons aujourd’hui. Qu’ils nous éveillent à la souffrance qui existe encore au sein de populations entières. Ils ne seront jamais oubliés.

Propos recueillis et traduits de l’anglais par YV

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Treillières (44). Polémique autour d’un champ jouxtant une école et traité aux pesticides

Depuis le mois de mai 2019 des maires prennent des arrêtés interdisant les pesticides. Et dans les communes, la...

Irlande du Nord. Un accord sur la langue gaélique trouvé. Un nouveau Premier ministre va être désigné

Un accord sur la langue gaélique a été trouvé en Irlande du Nord, débloquant une situation qui se tendait,...

1 COMMENTAIRE

  1. j’ai lu que l’esclavage attendait les irlandais qui furent aussi sinon plus maltraités que les noirs , black live matter ne parle jamais de leur freres de misére curieux ?? un oubli ou bien le mouvement serait il raciste ?? un comble !

Commenter

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles liés

Black Lives Matter : Viktor Orbán ne veut pas voir la Hongrie s’agenouiller… [Vidéo]

« Les Hongrois ne s’agenouillent que devant Dieu, la Patrie et lorsqu’ils demandent en mariage leur dulcinée » : vous désiriez connaître l'avis du...

Black Lives Matter. Les joueurs de football irlandais et anglais soumis à l’ethnomasochisme, pas les supporters hongrois [Vidéo]

Les joueurs de l'équipe d'Irlande de football, soumis au mouvement Black Lives Matter, ont tous mis le genou à terre lors d'un match amical...

Les deux Irlandes et la diaspora. Anne Groutel évoque ces 70 millions d’Irlandais qui vivent ailleurs dans le monde [Interview]

Anne Groutel est maître de conférences à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et docteur en études irlandaises. Chercheuse, elle est rattachée au Pôle 1 (Vie...

« Adams et McGuinness ont trahi tout le monde ». Un ancien prisonnier de l’IRA se penche sur les Troubles

Ci-dessous, le témoignage passionnant de Thomas Elliot, ancien prisonnier de l'IRA qui raconte son point de vue sur les Troubles et la guerre civile...