Joel Keys, un jeune loyaliste qui veut débattre d’une « Irlande nouvelle »

A LA UNE

Ci-dessous la traduction d’un article du Guardian au sujet du jeune militant loyaliste Joel Keys, pour qui l’unionisme gagnerait à affronter, et non à éviter, les sujets les plus sensibles en Irlande du Nord, et notamment l’unification de l’Irlande.

Il s’agit de l’adolescent employé de supermarché qui avait choqué les députés constatant la colère des loyalistes en Irlande du Nord il y a quelques mois en affirmant que parfois la violence « est le seul outil qui vous reste ». Joel Keys a laissé le président de la commission, le député conservateur Simon Hoare, « froid et consterné » et il a dû faire face à un retour de flamme médiatique.

Six mois plus tard, Keys, qui a maintenant 20 ans, n’a pas disparu des radars après ses 15 minutes de célébrité. Il n’a pas non plus abandonné sa position sur la violence. Il a l’ambition de devenir un politicien local représentant les jeunes communautés loyalistes qu’il décrit comme des « mines d’or » abandonnées par les partis unionistes et les responsables de l’éducation.

Mais sa volonté de discuter de la possibilité d’une Irlande unie, ou d’une « nouvelle Irlande » comme il le dit, lui a valu d’être qualifié de « loyaliste faible ».

« Pour moi, l’argument est une question d’identité. Je pense qu’une frontière sur l’île d’Irlande était une erreur, mais une frontière en mer d’Irlande est tout aussi inacceptable. Nous devons trouver autre chose. Ce qu’on nous a donné, c’est une oasis, un mirage dans le désert et maintenant, nous ne faisons que manger du sable. »

« My life in loyalism ». Acteur majeur des Accords du Vendredi Saint, Billy Hutchinson évoque son engagement unioniste/loyaliste en Irlande du Nord [Interview]

Il affirme qu’il est opposé à la violence et que ceux qui l’ont accusé de la soutenir après sa comparution devant le comité restreint n’ont pas écouté l’intégralité de ses remarques. « J’aime choisir mes mots avec soin », dit-il, affirmant que la seule cohorte qui pense que la violence n’est jamais justifiée sont les « pacifistes ».

Keys avait été invité à comparaître devant la commission des affaires d’Irlande du Nord en mai après avoir été présenté au Loyalist Communities Council (LCC), un groupe soutenu par les groupes paramilitaires UDA, UVF et Red Hand Commando, deux jours auparavant.

Il avait été arrêté mais relâché lors des émeutes de Pâques.

M. Keys affirme qu’il n’a pas été manipulé par qui que ce soit : il pense plutôt qu’une nouvelle perspective est nécessaire et que les dirigeants actuels des partis unioniste démocratique et unioniste d’Ulster ont besoin d’un « réveil » pour comprendre qu’une nouvelle génération veut une meilleure éducation, de meilleurs emplois, de meilleurs logements et de meilleurs résultats en matière de santé, et non la vieille politique de l’orange contre le vert.

Peter Shirlow, professeur et directeur de l’Institut d’études irlandaises de l’Université de Liverpool, a déclaré que M. Keys représente une jeune génération dont les opinions diffèrent de celles de leurs parents.

« Nous avons la preuve, encore et encore, que près de la moitié des personnes qui disent vouloir rester dans l’union ne votent pas pour les partis unionistes. Il y a une jeune génération qui veut parler d’emplois, d’investissements, etc. Ils ne veulent pas entendre parler du passé et de l’héritage. Ils se sont éloignés », a déclaré Shirlow.

Keys envisage de se lancer dans la politique, mais affirme que les partis existants ne lui offrent pas de voie vers la représentation, car ils limiteraient ses tentatives de faire évoluer le loyalisme vers un espace où ses opinions sont communiquées au niveau national.

Il a récemment subi un retour de bâton après avoir suggéré sur Twitter que le débat sur l’Irlande unie devait être rebaptisé « nouvelle Irlande« . Il savait que son propos était controversé, dit-il. Pour un unioniste ou un loyaliste, le fait d’entamer cette discussion est considéré comme un acte de quasi trahison et une concession à « l’autre camp », une expression qu’il dit détester. « On m’a accusé de ne pas être un vrai loyaliste » ou un « loyaliste faible », dit-il.

Quelques jours plus tard, la police a appelé à son domicile pour dire qu’une menace avait été proférée à son encontre, l’avertissant que l’utilisation d’armes à feu « ne pouvait être exclue ».

Il a tweeté qu’il était « sincèrement déçu que certaines personnes au sein de la communauté loyaliste estiment que cette approche et cette logique sont défectueuses, ou peut-être même perfides ».

Ce dernier déclare : « Je suis très fier de mon identité britannique. J’ai confiance en elle. Mais je suis impatient de me lancer dans ces discussions parce que si quelqu’un, quelque part, nous tend un plateau d’argent avec quelque chose de mieux que ce que nous avons » – en d’autres termes, une Irlande unie – serions nous assez fous pour ne pas envisager de le prendre ? ».

Les gens disent « rien ne sera meilleur que ce que nous avons », dit-il, soulignant que cela n’aide pas à préparer un contre-argument unioniste contre une Irlande unie – ou à examiner si les communautés loyalistes défavorisées devraient exiger mieux de leurs dirigeants.

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Brest. Un nouveau commandant pour le chasseur de mines Tripartite Andromède

Le vendredi 14 janvier 2022 le vice-amiral Arnaud Provost-Fleury, adjoint organique à Brest de l’amiral commandant la Force d’action...

Eric Zemmour : « Je suis l’objet d’une justice politique qui veut m’interdire de lier l’immigration à l’insécurité »

Eric Zemmour condamné à 10.000€ d’amende : “Je suis l’objet d’une justice politique qui veut m’interdire de lier l’immigration...

1 COMMENTAIRE

  1. j’aime ce genre de personne qui osent penser par eux même, affronter les rigoristes englués dans leurs certitudes, renverser la table est souvent salutaire,

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés