Tyrannie sanitaire. Vos lois ne sont plus nos règles ! [L’Agora]

J’imagine la tête du triple vacciné, qui porte son masque jusqu’à seul dans sa voiture, qui se lave 24 fois par jour avec du gel hydroalcoolique, qui montre son code barre à chaque fois qu’il espère rentrer dans un restaurant, ou dans un cinéma.

Je l’imagine désormais accepter les réprimandes du patron de bar lui demandant de s’assoir pour boire son café, entre deux plexiglas qui font oublier que le bistrot est un endroit convivial où le peuple se rassemble et communie. Tout comme il a accepté au préalable de montrer son pass sanitaire à des gendarmes, armés de fusils d’assaut, qui pénètrent dans le cinéma pendant qu’il venait juste regarder un film, et qu’à deux rues d’ici, des dealers écoulent leur came à la vue et au su de tous, en toute tranquilité.

Pendant qu’à quelques kilomètres, un restaurateur agressé violemment chez lui, attend désespérément que les forces de l’ordre arrivent, pour faire ce pour quoi elles sont payées, c’est à dire assurer la sécurité des citoyens.

J’imagine ces mêmes individus qui depuis 20, 30 ans maintenant que notre société évolue à toute vitesse et fonce dans le délire sécuritaire, sanitaire, moralisateur, infantilisant, font tout ce qu’on leur dit, croyant que « c’est pour leur bien » ou pour « protéger les autres ».

Un verre ça va, deux verres, bonjours les dégâts. Limitation de vitesse à 90 à l’heure, puis à 80, en pleine ligne droite… Interdiction de sortir plus d’une heure faire son footing, en pleine campagne, histoire sans doute de ne pas contaminer les chevreuils ou les hérons. Manger, bouger, 5 fois par jour, ce sont tous les vendeurs de Malbouffe qui l’affichent sur leurs enseignes pendant qu’ils vous engraissent. Le racisme, c’est mal. Les phobies diverses et variées, c’est mal. Le vivre ensemble, c’est bien. Les caméras de vidéosurveillance (et bientôt la reconnaissance faciale) partout, c’est super. Les poteaux « anti voitures folles » à l’entrée des marchés, c’est pour notre sécurité, celle que les autorités n’assurent plus par ailleurs.

Finalement, cela me fait sourire de voir que certains encore, n’hésitent plus à faire un immense bras d’honneur en tentant de pénétrer dans un avion avec, en lieu et place d’un masque, un string sur le visage. Pour moquer tous ceux qui se soumettent, tous ceux qui entendent nous dresser aussi, nous rééduquer, sur tous les sujets.

Votre morale n’est pas la nôtre. Votre « vivre ensemble » scelle chaque jour un peu plus notre funeste destin. Votre folie sécuritaire ne nous assure aucune sécurité. Votre système éducatif dont le monde entier se moque désormais ne nous fait pas rire lorsque nous pensons à l’avenir de nos gamins. Votre tyrannie sanitaire nous fait vomir.

Finalement, vos lois ne sont plus nos règles, vous, les mal élus, ne vivant de l’argent public, de notre argent, que parce que de petites minorités d’électeurs vous ont élu lors des dernières échéances électorales.

Vous trouvez que je mélange tout ? Oui, parce que désormais, l’intégralité des lois qui sont censées régir nos vies ne sont plus votées dans l’intérêt du peuple, mais pour satisfaire les appétits ou les caprices de minorité, pour dresser la population, pour asservir les citoyens, pour les brimer, pour les enfermer, pour briser les communautés. Pour finalement détruire la vitalité d’hommes et de femmes à qui vos lois, vos ordonnances, vos décrets, vos décisions quotidiennes, détruisent y compris la longue mémoire qui a traversé les siècles et les siècles.

Vos lois ne sont plus nos règles. Elles ne sont d’ailleurs les règles de plus grand monde, hormis de ceux qui, isolés, abandonnés, déracinés, ou même trop lâches pour se révolter, acceptent et accepteront encore demain les décisions les plus dingues, du moment qu’elles sont prises par un ministre de la République et appliquée par son Préfet.

Vos lois ne sont plus nos règles. Chacune de vos décisions, chacune de vos brimades, de vos tentatives de contrôler nos vies, nos enfants, nos cerveaux, nos moeurs, notre Histoire, notre avenir, nos pensées, nous éloignent chaque jour un peu plus de votre Etat républicain dont nous n’attendons plus rien.

Vos lois ne sont plus nos règles. Rien, absolument rien, pas même les pires exactions commises par un Etat à l’encontre de certains hommes libres et réfractaires, ne pourra changer cela.

« Princes, entendez-bien ….»

Julien Dir.

Précision : les points de vue exposés n’engagent que l’auteur de ce texte et nullement notre rédaction. Média alternatif, Breizh-info.com est avant tout attaché à la liberté d’expression. Ce qui implique tout naturellement que des opinions diverses, voire opposées, puissent y trouver leur place.

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

15 réponses

  1. Et pourquoi pas ? Ne plus payer son assurance maison, voiture, mutuelle santé…. rouler sans ceinture, dépasser le 150km/h en ville… libre enfin, pauvre cruche.

      1. La France a deux mille ans d’histoire. Elle ne vous appartient pas
        Ni à vous, ni aux Macronistes, ni aux Républicains, ni aux Boomers.
        Vous n’êtes que de passage et ne laisserez pas un bien glorieux souvenir.
        Ce qui est vrai pour la France est vrai pour chacune des Nations qui la composent : « On est chez nous ».

  2. Pas forcément en accord sur tout mais globalement une bonne analyse et un beau coup de gueule…
    Le problème maintenant c’est on fait quoi ?
    Lénine disait « que faire ? »

  3. Il ne reste plus qu’à se regrouper sur le plan juridique pour se défendre ; par exemple, consulter le site internet « dejavu-legal » et signer des pétitions, la dernière en date ayant recueilli près d’un million de signataires
    en 48 heures :
    https://www.leslignesbougent.org/petitions/non-au-pass-vaccinal-5503/

    Et puis exiger, manifs à l’appui que l’on ne reporte pas les présidentielles.
    Si l’on est maire, « donner sa signature » pour des candidats qui en vaillent la peine : Dupont-Aignan, Philippot, Asselineau (« le ravi du Béarn », Zemmour-rien, Marine Le Pen qui copie le RPR, s’abstenir).
    Et bien sûr, défiler toutes les semaines avec les « meneurs » de son choix : outre M. Philippot, « réinfo-covid », collectif présent dans tous les départements de la République (ce qu’il en reste : plus grand chose).

    1. Et aussi à soutenir le collectif des Maires résistants, à demander à ses élus locaux d’en faire partie.

      1. bof, si c’est comme les maires de la Haute-Savoie, conduits par ce sénateur qui nous a expliqué dans une interview (sur un autre canal que « Breizh-Info ») que M. Florian Philippot est un extrémiste, antiwax et complotiste, ce n’est pas la peine.
        Tous ces maires « pour ou contre » le passe sanitaire ne sont finalement que des courges.

  4. On accepte que tres rarement mes commentaires. Seulement ceux qui ne derange pas de trop ?!, En revanche on en prend bien note. Mais on accepte ceux des hurluberlus gauchiassisants and sionitants ? Ca balance ??. Tout comme « Votre tyrannie sanitaire nous fait  »vomir. » T’as oublier d’ajouter  »de rage de honte et de degout » mais ca aurait ete trop obvious . Is in it ?!, julian. Bravo pour cet article !

  5. Un texte qui me donne la chair de poule tellement il est juste !! Comme tous les articles de Julien Dir ! Ce monde de désolations ne pourra s’arrêter que si chacun et ! « chacune « »
    D’entre nous arrête de consommer comme des cons!!! Ça s’appelle le courage !! On a beaucoup plus de pouvoir que l’on ne le croit , nous leurs donnons ce pouvoir dont ils abusent.

  6. Le boycott est assurement un bonne chose et doit principalement se faire contre les gafam et tous les monopoles, cette argent doit être réacheminé vers les petites entreprises (qui ne font pas de discrimination sanitaire) et qui sont les garantes des libertés car leur pouvoir est limité par leur taille.

    Faire partie d’un réseau d’entraide pour non-vacciné est également une bonne chose.

  7. Les paroles de monsieur Dir sont toujours mesurées mais vives et éminemment rationnelles. C’est un homme qui mérite le respect des citoyens, qui devraient être incités à répondre à son attente : celle d’une révolte, de nature à nous débarrasser des traîtres qui occupent les bâtiments officiels d’une France que l’on a connue plus orgueilleuse. Groupons-nous et partons au combat. Je serai le premier à suivre, même si je n’ai plus l’âge des échanges physiques.

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS