Brittany Ferries. Le Salamanca, premier navire propulsé au GNL de la compagnie, entrera en service au mois de mars 2022

Brittany Ferries

Le Salamanca, premier navire propulsé au GNL de la compagnie maritime bretonne Brittany Ferries, effectuera ses premiers rotations entre Portsmouth et Bilbao au mois de mars 2022. Il pourra accueillir plus de 1 000 passagers à son bord.

Brittany Ferries a pris livraison de son premier navire au GNL

Si la Brittany Ferries aurait dû réceptionner son premier navire propulsé au GNL (gaz naturel liquéfié) en 2019, la commande du Honfleur passée en 2017, qui devait assurer la liaison entre Ouistreham et Portsmouth, fut finalement annulée au printemps 2020, lorsque la compagnie bretonne décida de mettre fin au contrat signé avec le chantier allemand FSG (en redressement judiciaire), après plus d’une année de retard dans la livraison de l’unité. Le Honfleur représentait un investissement de 180 millions d’euros.

Depuis, l’armateur de Roscoff a commandé un autre navire au GNL. Le Salamanca a été officiellement livré à la Brittany Ferries le 30 novembre dernier, au siège de Stena RoRo en Suède.

Construit dans un chantier naval de Weihai, en Chine, le navire a appareillé le 10 décembre dernier et doit touchait Bilbao, en Espagne, le 12 janvier prochain selon les prévisions. Le Salamanca devait atteindre le port de Suez le 1er janvier 2022 pour un franchissement du canal prévu le 2 janvier. Avant de faire cap sur l’Espagne.

À titre de comparaison, cette navigation d’une trentaine de jours depuis la Chine jusqu’au Pays basque, d’une distance de 10 322 miles nautiques (19 116 kilomètres), représente 20 fois la distance entre Portsmouth et Bilbao, la ligne sur laquelle le navire sera mis en service le 27 mars 2022.

Le Salamanca pourra accueillir plus de 1 000 passagers

Entre les ports de Weihai et Bilbao, la nouvelle unité de Brittany Ferries avait plusieurs escales programmées sur sa route : Singapour, Colombo (Sri Lanka), Suez (Egypte), La Valette (Malte) et enfin Carthagène (Espagne).

Long de 215 mètres avec une vitesse de croisière de 23 nœuds, le Salamanca peut accueillir 1 015 passagers et est équipé de 341 cabines. Dans les généreux espaces publics répartis sur deux ponts, restaurant, bar à tapas, boutique, bar et salons accueillent les voyageurs. Embarquée à Singapour, une partie des membres d’équipage Brittany Ferries a donc effectué le convoyage du navire jusqu’en Europe afin de se familiariser à son fonctionnement.

Quant à la propulsion au GNL, celle-ci permet une combustion plus efficace que les combustibles traditionnels, sans soufre et quasiment sans particules, ainsi qu’une réduction de 85 % des émissions d’oxydes d’azote et de 20 % des émissions de CO2.
L’entrée dans la flotte d’un navire propulsé au GNL implique une formation spécifique des membres d’équipage. Cette dernière leur a déjà été dispensée sur simulateur au centre de formation Brittany Ferries Atalante de Saint-Malo.

Par ailleurs, selon Christophe Mathieu, Président du Directoire de Brittany Ferries, l’armement breton sera doté de trois autres nouveaux navires également de type e-flexer alimentés au GNL à l’horizon 2025. Des investissements qui contrastent après des années 2020 et 2021 très délicates au plan financier pour la compagnie maritime, principalement en raison du Brexit de la crise sanitaire.

Crédit photo : capture Facebook Brittany Ferries Fan Group (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

2 réponses

  1. il manque une info dans cet article, le gnl ? une seule ligne mais très incomplète ;
    quant à la construction de ce navire, finalement elle aurait pu être faite à st nazaire, non?

    1. Tout est fabriqué en Chine, absolument tout ! Le Paracetamol entre autres, ce qui me faisait dire à notre pharmacien <>
      Un autre exemple, Le Granit de Lanhélin (Ille et Vilaine) qui était taillé, poli et façonné en monuments funéraires depuis presque la nuit des temps, hé bien aujourd’hui et cela depuis vingt ans, est envoyé en Chine se faire façonner et reviens en France pour nos morts dans les cimetières.
      Les Français n’ont plus de travail par la faute de quelques-uns qui souhaitent faire du fric et encore du fric…
      A bon entendeur salut !

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS