Bouguenais : condamné pour un assassinat sordide à Strasbourg, il décède dans un incendie criminel

Lannion

Une fumeuse affaire a eu lieu à Bouguenais… ou un homme est décédé dans l’incendie d’une maison, rue Edmond Bertreux vers 0h50 dans la nuit de mardi à mercredi – une rue beaucoup plus calme à l’ordinaire que son homonyme des Dervallières. Un homme mort est retrouvé à l’étage, son corps n’était pas carbonisé.

Un assassinat sordide

Une enquête a été ouverte pour « suspicion d’incendie criminel », indique le parquet. Le feu a été très violent, avec un seul point de départ, au rez-de-chaussée, au pied de l’escalier. Juste à côté, les pompiers avaient été appelés dix minutes avant pour l’incendie d’une voiturette sans permis – les pompiers étaient passés devant cette même maison, intacte.

Les témoignages recueillis dans le voisinage font état d’une très violente bagarre, vers 0h20, une demi-heure avant l’intervention des pompiers donc, chez la victime – les soirées alcoolisées chez elles auraient été fréquentes et suscitaient les plaintes récurrentes des riverains – l’une d’elles s’est soldée par de la casse dans la même maison la veille. Une autre voisine aurait vu un homme lancer un engin incendiaire dans la maison pendant qu’un complice faisait le guet.

Le défunt, libéré de prison en 2019, vivait dans ce logement social sans être le titulaire du bail. En 2008 il avait été condamné avec son frère jumeau à 20 ans (et le jumeau, 18) de réclusion criminelle pour l’assassinat à Bischeim d’une amie d’enfance le 5 avril 2006, Samia, car elle leur soutirait de l’argent – ils l’avaient frappé à sept reprises sur la tête avec un marteau, puis découpé son corps et jeté les morceaux dans un canal près de Strasbourg, où il est remonté à la surface le 11 mai.

A l’époque, Antoine et Amaury Berst étaient âgés de 19 ans. Au lendemain de leur interpellation, le 14 mai 2006, le Parisien indiquait que les sommes soutirées étaient « vraiment ridicules », selon le procureur, et que la victime était la fille d’une famille qui avait aidé les deux auteurs du crime dans leur jeunesse. Le journal précisait aussi qu’une des sœurs de la victime, « Katie, 24 ans, avait été retrouvée au même endroit dans le canal, le 12 janvier 2000 ».

Louis Moulin

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Une réponse

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !