Slovénie. Jože Biščak (Demokracija) : « Orwell n’aurait pas pu imaginer, dans ses pires cauchemars, ce qui se passe aujourd’hui » [Interview]

Entretien avec Jože Biščak, ex-rédacteur en chef du magazine d’orientation conservatrice Demokracija et président de l’Association slovène des journalistes patriotes. Biščak a été condamné à une peine de prison pour avoir publié dans son magazine un article satirique sur l’immigration illégale.

Dans toute l’Europe, en particulier là où les gouvernements de gauche sont au pouvoir, la liberté d’expression est érodée et les dissidents, ceux qui n’acceptent pas les valeurs « modernes », sont de plus en plus persécutés. Quelle est la situation de la liberté d’expression en Slovénie ?

Jože Biščak : Très mauvaise en ce moment. Le nouveau Premier ministre, Robert Golob, qui se présente comme un libéral à l’étranger, avait déjà annoncé avant les élections qu’après sa victoire, il s’attaquerait en particulier à deux médias ouvertement conservateurs : la chaîne de télévision Nova24TV et le magazine Demokracija. Cette annonce est en train de se réaliser, car nous, qui travaillons pour ces deux médias, sommes constamment attaqués. Il ne s’agit plus de faire taire les dissidents, mais de les effacer physiquement de l’espace médiatique slovène. Le nouveau gouvernement applique la maxime gauchiste : plus de censure signifie plus de liberté. Malheureusement, les gens le croient. Enfin, pas tout le monde. Samedi dernier, nous avons organisé un grand rassemblement pour soutenir Nova24TV et le magazine Demokracija. Environ 4 000 personnes sont venues et ont donné de l’argent. J’ai prononcé un discours dans lequel j’ai souligné que nous ne devions pas rester silencieux, mais que nous devions nous exprimer avec audace et clarté.

C’est sur le silence que les méchants de gauche comptent. Tout cela m’a coûté ma santé, mais je ne regrette pas d’avoir choisi de me battre pour la liberté d’expression. C’est aussi pour cela qu’aujourd’hui je suis jugé et condamné par les tribunaux, poursuivi par les procureurs, interrogé par la police, calomnié dans les médias.

Vous avez récemment été condamné en première instance pour avoir publié un article satirique d’Alexander Škorc lorsque vous étiez rédacteur en chef du magazine Demokracija.

Jože Biščak : C’est vrai. J’ai été condamné à six mois de prison et deux ans de probation pour avoir prétendument diffamé des migrants, et l’auteur à cinq mois de prison et deux ans de probation. C’est une sorte de paradoxe d’avoir reçu une peine plus lourde que l’auteur. Cela montre que l’objectif de ce procès est de détruire le magazine Democracy.

Que disait l’article qui méritait un procès et une condamnation ?

Jože Biščak : L’article était une satire et a donc été publié dans la section satire, ce qui était également clairement indiqué. De plus, l’article était la cinquième partie d’une satire, mais le tribunal n’a considéré que la cinquième partie et n’a pas lu la satire dans son ensemble. L’auteur de longue date, M. Škorc, a utilisé des mots très forts et sensationnalistes, disant que Dieu créerait un virus qui s’occuperait des migrants illégaux et éliminerait les mauvaises herbes. L’auteur a également prévenu que Dieu s’occuperait également de toutes les mauvaises personnes sur Terre, de sorte qu’à la fin, il n’en resterait que quelques centaines de millions. En bref, il s’agissait d’un texte de science-fiction que nos lecteurs, comme l’ont montré les recherches, n’ont pas pris au sérieux et ont perçu comme une satire.

Le juge, en annonçant son verdict, a déclaré qu’il importait peu qu’il s’agisse d’une satire ou non. Selon lui, l’article insultait la dignité des migrants (illégaux). C’est fou. Jusqu’à présent, la pratique des tribunaux a été d’acquitter les personnes accusées de telles infractions, mais apparemment, j’étais le bouc émissaire, de sorte que le gouvernement de gauche pourra maintenant se vanter auprès de Bruxelles que la Slovénie a également condamné un « raciste ».

Dans votre discours de clôture, qui a également été publié, vous avez mentionné que la satire portait sur l’inaction du gouvernement. Qui l’article attaque-t-il – le gouvernement ou les migrants illégaux ?

Jože Biščak : Les deux. D’abord, les migrants illégaux qui violent la souveraineté territoriale de l’État slovène et ont plus de droits que les Slovènes lorsqu’ils arrivent, et ensuite le gouvernement qui ne fait pas assez pour arrêter les passages illégaux de la frontière. L’auteur de la satire estime que si les migrants ne peuvent pas être arrêtés, ou si le gouvernement ne peut pas les arrêter, Dieu le fera, et au final, Dieu s’occupera de toutes les mauvaises personnes. En fait, il est comique qu’un tribunal athée croit que Dieu peut faire cela.

L’accusation a présenté des témoins qui n’aiment pas l’article ; peut-on donc juger les opinions parce que nous ne sommes pas d’accord avec elles ?

En Slovénie, l’élite de gauche, qui contrôle plus de 80 % des médias, est convaincue que l’opinion de gauche est la seule qui compte. Toute divergence d’opinion est qualifiée de xénophobie, de racisme, de fascisme, de nazisme, d’homophobie et de je ne sais quelle autre phobie.

C’est également ainsi que les témoins ont agi.

Tout cela ne ressemble-t-il pas à un processus orwellien ?

Jože Biščak : Je ne pourrais être plus d’accord. C’est un processus orwellien. Mais Orwell n’aurait pas pu imaginer, dans ses pires cauchemars, ce qui se passe aujourd’hui. Mon opinion est que nous, en Slovénie, devons avoir le courage de résister à cela. La forte participation au rassemblement en faveur de Nova24TV et du magazine Demokracija montre également que les gens ordinaires et pleins de bon sens se réveillent lentement. Il a peut-être fallu des procédés aussi orwelliens pour nous réveiller. Nous devons avoir le courage de dire ce que nous pensons, de dire ce que nous pensons. Il y a toujours eu dans l’histoire des gens qui ont persécuté les dissidents et ont voulu les faire taire, mais il y a aussi eu dans l’histoire des gens qui se sont dressés contre cela et ont défendu la liberté d’expression. Nous avons maintenant le devoir historique de résister à cela (non seulement en Slovénie, mais aussi ailleurs en Europe). Je dis ceci : très loin dans l’histoire, les ancêtres des Slovènes trempaient et forgeaient le meilleur acier de ce qui était alors l’Empire romain. Et si besoin est, et si nécessaire, nous tremperons et forgerons à nouveau le meilleur acier.

Étonnamment, les médias ne se sont pas intéressés au procès. Pourquoi pensez-vous qu’il y avait un tel manque d’intérêt ?

Jože Biščak : Ils s’en fichaient, même s’ils ont soulevé une sacrée poussière lors de la publication de la satire. Mais il n’y avait personne des médias de gauche à aucune des audiences. Cela signifie simplement qu’ils ont fait leur travail politique et idéologique. Au moment où la satire a été publiée, un gouvernement de centre-droit était au pouvoir. Et comme le plus grand parti de droite en Slovénie (SDS, dirigé par Janez Janša) est le copropriétaire du magazine Demokracija (le magazine Demokracija a été fondé il y a plus de 20 ans dans le but d’équilibrer l’espace médiatique), la satire (pouvez-vous imaginer, une satire !) a été utilisée pour attaquer les conservateurs. C’est ainsi : les médias de gauche sont les serviteurs de l’État profond, où l’on reconnaît Milan Kučan comme le leader, le dernier président du Parti communiste, qui jusqu’à l’indépendance a persécuté les opposants idéologiques et politiques avec l’aide de la police secrète (Udba). Et maintenant, c’est lui qui parle de démocratie et de liberté. C’est vraiment dégoûtant.

Vous êtes le président de l’Association des journalistes patriotes – avez-vous reçu le soutien d’autres associations de journalistes slovènes ?

Jože Biščak : Je préfère ne pas faire de commentaires à ce sujet, cela n’en vaut pas la peine. Mais je dirai ceci. Au plus fort de la campagne contre moi, j’ai été laissé presque seul. J’avais le soutien du comité de rédaction et d’un petit cercle de personnes qui se sont avérées être de véritables amis à l’époque. D’autres ont montré leur vrai visage, mais surtout leur manque de compréhension de ce qu’est la liberté d’expression – que l’essence de la liberté d’expression est aussi l’expression d’opinions qui sont bouleversantes, choquantes et offensantes, et surtout l’expression d’opinions avec lesquelles vous n’êtes pas d’accord. La majorité, y compris malheureusement à droite, s’est montrée fonctionnellement analphabète sur cette question.

C’est certainement le résultat de décennies de vie sous un régime et un système éducatif totalitaires. Il y a eu un homme droit qui m’a publiquement soutenu, moi et le magazine Demokracija, même s’il savait que les médias pourraient lui jeter de la bouse. Il s’agissait du ministre du Développement, Zvone Černač, et je lui suis toujours reconnaissant pour ses mots de soutien. Que Dieu lui donne bonne santé et courage. Quoi qu’il en soit, j’ai écrit plusieurs commentaires à l’époque. Dans l’un d’eux, j’ai clairement pointé du doigt le Ponce Pilates slovène. J’ai écrit qu’aujourd’hui nous sommes persécutés pour des paroles fortes et choquantes dans la satire, mais que demain ils seront persécutés pour des paroles beaucoup plus douces. Et c’est exactement ce qui se passe aujourd’hui.

Ce verdict marque-t-il le début de la fin de la liberté de la presse en Slovénie ?

Jože Biščak : Oui, cela semble être le cas. Cet été, Boris Tomasič, de Nova24TV, a également été critiqué pour ses propos. C’est aussi pour cela que la réunion de soutien évoquée précédemment a été organisée. Mais d’un autre côté, je suis optimiste. La droite gagne dans toute l’Europe, ce qui signifie de l’espoir pour la liberté d’expression et la liberté en général. Nous devons simplement ne pas céder et abandonner. Je ne suis pas sûr que notre génération profitera des fruits de cette lutte. En l’état actuel des choses, la lutte pour la liberté d’expression, mais aussi pour la liberté personnelle et économique, risque d’être longue. Mais au moins, nous serons fiers du fait que nous ne nous sommes pas soumis volontairement et que nous n’avons pas commencé à vivre dans leur monde imaginaire, dans leur monde parallèle qu’ils dessinent pour nous. Ce que nous faisons aujourd’hui, nous qui nous battons pour la liberté d’expression, nous le faisons avant tout pour les générations futures. Et lorsque nous nous retirerons dans l’abri du temps, nous pourrons être fiers d’avoir gagné la liberté d’expression pour nos enfants et nos petits-enfants.

Propos recueillis par Álvaro Peñas | El Correo de España (et traduit par nos soins)

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

2 réponses

  1. bingo on ne s’en sortira pas de cette gangue DROITE/GAUCHE
    ne connaissant pas ces personnes je ne prendrai fait et cause pour personne mais DIEU MERCI les EUROPEENS commencent a comprendre qu’ils nepourront pas accueillir tout le monde !!!
    AMITIES

  2. la liberté d’expression est réservée aux seuls progressistes, les réfractaires au gnouf avant d’être fusillés! vive la démocratie européiste

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS