De Nantes à Prague : 3 jours dans une des plus belles capitales d’Europe [Photos]

prague

09/03/2017 – 07h00 Prague(Breizh-Info.com) – Prague, capitale de la République Tchèque, coeur de l’Europe centrale. A tout de même 1400 km des marches de Bretagne…mais accessible directement en 2h d’avion, avec la compagnie Volotea, au départ de Nantes. La compagnie aérienne se revendique « la compagnie aérienne des capitales régionales européennes ».

De Nantes, Brest, ou Rennes, les Bretons peuvent ainsi se rendre en Corse, en Italie, en Allemagne, en Grèce, en Espagne, en Croatie, en Autriche …et donc aussi en République Tchèque. C’est cette dernière destination que j’ai choisi afin de vous permettre de trouver l’inspiration pour, vous aussi, découvrir ce qui constitue l’une des plus belles capitales d’Europe, en trois jours seulement.

Au départ de Nantes, le départ se fait le lundi ou le vendredi jusqu’au mois d’avril, puis deux à cinq fois par semaine jusqu’en novembre 2017. D’autres récits de voyage seraient donc possibles pour découvrir Prague une semaine, mais partons simplement du vendredi (départ à 12h de Nantes) au lundi ( retour à 17h à Nantes).

prague_1

Au départ avec Volotea

Le personnel au sol comme à bord de l’avion est accueillant et souriant – et se distingue assurément de certaines autres compagnies low cost. Le trajet se passe bien (à noter que les consommations à bord sont là aussi moins chères que sur d’autres vols). L’arrivée à Prague se fait sans encombre, avec un peu d’avance (au retour, il y aura du retard en raison de la grève des contrôleurs aériens, mais le pilote réussira à refaire une bonne partie de ce retard).

Arrivée à Prague. Un aéroport « à taille humaine », calme. On se sent tout de suite « au coeur de l’Europe ».

Pour se rendre au centre de la ville : vous pouvez prendre un des bus du transport commun, n°100, 119, 254 et 179. Avant le trajet il faut acheter le billet dans le hall d’arrivée, aux distributeurs automatiques ou aux bureaux de tabac. Le prix du billet est uniquement de 26 CZK (1.15 Eur). Si vous prenez le bus no 254 et 119 (toutes les 15 à 20 min, le trajet dure environ 20 min), vous devriez descendre au dernier arrêt nommé Dejvická où vous pouvez changer et prendre le métro, la ligne A qui vous amène rapidement (quelques stations) au centre de ville.

Si vous préférez le taxi et que vous êtes en groupe, pour environ 40-45 euros aller retour, vous serez déposé à votre destination dans le centre de Prague. Privilégiez certains opérateurs (comme Prague Airport Transfers) pour ne pas vous faire arnaquer. Possibilité de payer votre taxi (aller et retour) à l’avance, ce qui vous évite d’avoir à retirer des couronnes tchèques dès l’aéroport et donc de payer de fortes commissions (privilégiez là encore les banques du centre-ville et voyez avant le départ si votre banque possède des accords avec certains établissements tchèques).

Concernant les trajets en ville, vous aurez le choix entre bus, tramway, et trois lignes de métro avec des tickets pour la journée, pour plusieurs jours, ou pour une heure. Peu onéreux.

Concernant les hébergements, comme partout en Europe, les gros sites de réservations hôtelières, de partage chez le particulier, de location d’appartement ou d’auberges de jeunesse feront l’affaire et permettront, en s’y prenant bien, d’adapter la qualité de son hébergement à son budget.

La découverte de Prague

Place aux visites maintenant : que faire lorsqu’on arrive à Prague à 14h le vendredi ? Après avoir trouvé son hébergement, pourquoi ne pas aller découvrir les Jardins de Letná (Letenské sady), qui surplombent la vieille ville en direction du quartier d’Holesovice ? Il y’a de quoi se balader longuement, en amoureux, en solo ou en famille (il y a de nombreux jeux pour les enfants) tout en contemplant la superbe ville, voir le soleil qui descend, petit à petit et s’interroger sur ses bouteilles vides et chaussures qui ornent les arbres tels des guirlandes (il parait que cela porte chance …).

prague

Tant qu’à être du côté d’Holesovice, qui porte encore dans son architecture les stigmates de la période communiste, autant aller se boire quelques bières ensuite dans une taverne locale, éloignée des grands centres touristiques. Et pourquoi pas dîner au U Houbare, un restaurant / bar situé deux pas du parc, dans lequel vous pourrez déguster un excellent goulash avec les meilleurs bières de l’Est (de quoi ne plus tolérer la p… parfois servie chez nous).

Le samedi, pour bien organiser sa journée, il faut faire un choix : toujours dans l’optique « visite de la ville » plus que « fiesta », vous pensez à visiter le quartier Josefof, le quartier juif de la ville. Sauf qu’il vous faudra le faire le dimanche (nous y reviendrons) les bâtiments n’étant pas accessibles le samedi, chabbat (la fête religieuse juive) oblige.

Un conseil alors : prenez le tramway jusque sur les hauteurs du château (Pražský hrad) au niveau de Keplerova. Vous pourrez ainsi découvrir tout d’abord le monastère de Strahov, puis redescendre vers le château, la cathédrale, en vous arrêtant voir ou boire dans la taverne U Cerneho Vola, qui accueillit en son temps tous les grands artistes et militants politiques passés à Pragues. Une brasserie typique, l’une des plus vieilles de la ville, où l’on sert incontestablement l’une des meilleures Pilzner (bière).


Pour les courageux qui voudront faire la queue : prévoir de longues attentes à l’entrée des principaux monuments touristiques de la ville…fouille à l’entrée (en raison des injonctions de l’Union Européenne sur la sécurité liée au terrorisme) oblige. Pour les autres, il y a suffisamment de monuments magnifiques de l’extérieur à voir (et de kilomètres à pied à effectuer). On pense particulièrement à l’église Notre-Dame de Lorette, aux Palais des ministères, à l’église Saint-Nicolas à la ruelle d’or…ne soyez pas surpris, beaucoup d’églises réputées sont payantes dans le centre-ville de Prague.

prague

L’une des plus vieilles tavernes de la ville

Pour déjeuner, de nombreux restaurants et auberges se présentent à vous dans le secteur, mais également des boulangeries pour un simple encas. Un conseil à Prague : si vous souhaitez déjeuner ou dîner à bas prix en mangeant des mets locaux et de qualité, privilégiez brasseries et petites auberges excentrées des artères principales. Elles ont tout autant de charme que certains restaurants guindés, les tarifs en moins, et l’impression de respecter la tradition populaire en plus.

Après la pause déjeuner, le reste de la journée pourra être consacré à la visite de la colline de Petrin, mais aussi au passage obligé devant le mémorial des victimes du communisme, en revenant, en fin de journée, vers Mala Strana, afin d’emprunter le Pont Charles (là encore souvent noir de monde) pour revenir dans la vieille ville. Le soir, ce ne sont pas les adresses qui manqueront pour dîner, puis faire la fête, dans ce quartier à la fois animé, paisible, et très européen.

Pour les fans de sport, n’hésitez pas à vous renseigner sur un possible match du Sparta de Prague, dont le stade est situé à proximité du centre ville (ou du Slavia, plus au sud) ou alors à une rencontre de Hockey sur glace. Pour les amateurs d’Opéra ou de théâtre, là encore, de nombreux classiques y sont interprétés toute l’année, réservation conseillée.

Le dimanche matin, la visite du quartier juif de la ville s’impose. Pour 500 Couronnes (25 euros) vous aurez ainsi accès à tous les monuments, concentrés à deux pas de la rue de Paris. Il s’agit du quartier Josefov, construit là où se situait l’ancien ghetto de Pragues. Si la synagogue espagnole est particulièrement belle, les deux autres sont assez austères, et surtout très fréquentées. Le cimetière juif de Prague, plus vieux cimetière juif d’Europe, fait partie des incontournables.

Pour déjeuner dans le coin, tentez le Pivnice U Rudolfina, une brasserie traditionnelle qui accueillit fréquemment les anciens présidents Vaclav Havel et Vaclav Klaus. Là encore, les plats traditionnels sont à tomber (notamment le goulash) et la bière succulente !

Pour le dimanche après-midi, et surtout si vous êtes avec des enfants (ou que vous êtes restés de grands enfants) ne manquez pas le musée du Lego. Une plongée dans l’histoire du Lego (assez rapide mais très ludique). Avant d’aller visiter le musée du communisme – glaçant – et de faire un tour sur la place de la Vieille-Ville. De nombreux monuments – là encore pris d’assaut par la foule – la composent : Hôtel de Ville (XIVe siècle) et superbe Horloge astronomique, palais, la Maison U Minuty, la Maison, le palais rose Goltz-Kinsky. Au centre de la place se trouve la statue de Jan Hus, premier réformateur religieux du pays.


Le lundi, à quelques heures du départ, il parait enfin incontournable d’aller fleurir ou se recueillir devant le monument en mémoire de Ian Palach. Il se trouve à quelques mètres de la fontaine devant le Musée National sur la place Venceslas à Prague, là où, le 16 janvier 1969, Jan Palach s´est arrosé d´essence et s’est immolé pour dénoncer le joug communiste. C’est au même endroit qu’a eu lieu la grève de la faim des étudiants en soutien aux demandes de Palach et que son masque mortuaire y a été déposé.

Ne restera plus qu’à reprendre le taxi ou le bus, pour vous rendre à l’aéroport de Prague, la tête chargée d’images somptueuses d’une des plus belles capitales d’Europe. Une capitale où contrairement à de nombreuses capitales d’Europe de l’Ouest, ne se dégage ni tension ni « sentiment d’insécurité » , mais bien celui d’être chez soi, dans un pays d’Europe, culturellement homogène, historiquement riche, et somptueux esthétiquement.

Un seul regret : ne pas pouvoir y rester toute une semaine ou plus encore !

Yann Vallerie

Crédit Photos : breizh-info.com
[cc] Breizh-info.com, 2017 Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

  • Pschitt

    Sur le pont Charles, ne pas oublier de s’incliner devant la statue de saint Yves, érigée en hommage à la Bretagne.

  • Pschitt

    La première à gauche en arrivant de la vieille ville. Il y a aussi une statue de sainte Anne côté droit.

    • Alain

      Ok je vois.
      Et Saint-Anne à gauche. Et ben!
      Merci!