Depuis plus de deux mois, les Nantais qui lisent la presse mainstream  peuvent avoir l’impression que la municipalité de Nantes a réussi à endiguer l’insécurité sur le réseau des transports en commun : pas un seul article sur l’insécurité quotidienne que subissent les agents, les caillassages ou les coupures de lignes dues aux incivilités. Et pourtant, même si nos confrères n’en parlent pas, les délinquants continuent à s’attaquer aux agents de la SEMITAN.

Station du Commerce : le deal bat son plein

Au cœur du réseau, malgré l’abattage d’arbres censé améliorer la sécurité et la visibilité sur la station Commerce (ligne 1), le deal bat son plein. Parfois sous le nez des CRS ou de la police municipale qui font comme si de rien n’était. Tant les contrôles de commerce – qui servent pour certains de base arrière pour les dealers, que la présence quotidienne de la police municipale, qui servaient la communication de Johanna Rolland – ont été abandonnés.

« Commerce est une zone de non-droit, une de plus »

« Il faut croire que la mairesse a décidé d’abandonner la station Commerce – et donc le cœur du réseau – aux dealers et aux trafiquants », relève un conducteur de bus. « Nous on passe en baissant les yeux, et on se réjouit aux trop rares occasions où la police – la vraie, la nationale – intervient et rabat le caquet des trafiquants. Commerce est une zone de non-droit, une de plus ».

Du côté des caillassages, au moins deux ont eu lieu courant mai – un au Ranzay sur la ligne 1,  un autre à l’autre extrémité vers Tourmaline (Saint-Herblain). Plus récemment, ce 11 juin, un conducteur de bus a été agressé sur la ligne 85. Il a reçu plusieurs coups de pieds de la part d’un homme qui parlait fort au téléphone, et auquel il a demandé d’être plus discret.

Mercredi 12, c’est le tram 3 qui a été interrompu pendant un quart d’heure entre Viarme et Jean Jaurès après qu’un contrôle ait dérapé. Un des passagers du tram a décrit « une hystérique bloquée par 7 ou 8 contrôleurs ». Vendredi 14, un autre contrôle aurait mal tourné sur la ligne 2, et plusieurs contrôleurs auraient reçu des coups.

Louis Moulin

Crédit photo :DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine