Cinq policiers nantais parmi les 80 menacés de mort par un activiste auvergnat

A LA UNE

Gens du voyage. Des occupations illégales de terrains qui exaspèrent maires et propriétaires

Phénomène récurrent en France, les occupations illégales de terrains par des gens du voyage, nombreuses ces derniers jours, exaspèrent...

Cyclisme. Tour de France 2021. Le parcours détaillé étape par étape [Analyse]

Le Tour de France 2021 se rapproche à grands pas. Après vous avoir présenté les 4 étapes bretonnes dans...

Alain de Benoist : « Mieux cerner la personne du Jésus de l’histoire et l’état actuel de la recherche » [Interview]

Alain de Benoist vient de sortir L'homme qui n'avait pas de père. Le dossier Jésus, livre enquête sur Jésus,...

Eric Léost : « La richesse du Patrimoine breton témoigne de temps anciens radieux » [Interview]

« Glad Breizh-Le Patrimoine breton » est une nouvelle revue (deux numéros sortis à ce jour) qui se consacre,...

Alexandre Cormier-Denis : « Le Canada – et par extension le Québec – est le pays qui subit les changements ethno-démographiques les plus importants...

Alexandre Cormier-Denis,  est un chroniqueur et militant nationaliste québécois. Il est principalement connu pour avoir fondé le média alternatif Horizon Québec Actuel et la chaîne YouTube NomosTV....

Cinq policiers nantais dont au moins quatre agents de la BAC figuraient avec noms, adresses, photos et numéros de téléphone dans une macabre liste de 80 membres des forces de l’ordre dressée par un déséquilibré de Clermont-Ferrand, récemment arrêtée après sa dénonciation – à Nantes – par un proche auquel il a transmis la liste. Il lui a aussi avoué qu’il vouait « une haine contre les forces de l’ordre » et avait envie « de tuer des policiers et des gendarmes ».

Déjà hospitalisé en psychiatrie et condamné par la justice à six mois avec sursis pour des menaces –non dirigées contre les forces de l’ordre –, l’homme a été interpellé près de Clermont-Ferrand, à Mazoires, son matériel informatique a été saisi. De la littérature nazie a été retrouvée chez lui, ce que n’ont pas manqué de révéler les médias mainstream.

Cependant ils se sont bien gardés de révéler la vraie appartenance idéologique de l’individu. Selon une source interrogée par RT, l’individu «  s’était présenté comme légionnaire, mais après qu’il a quitté son domicile, ils ont gardé le contact et au fil des discussions, il a révélé qu’il était en fait « ACAB » [acronyme de all cops are bastards, tous les flics sont des bâtards, utilisé notamment par l’extrême-gauche anarchiste] Au mois d’août, il s’est avéré qu’il avait repéré quatre policiers, en particulier dans la zone de Nantes, et il lui a assuré qu’ils allaient bientôt être gravement blessés ».

Toujours selon la source, « Ils ont bien fouillé et ont retrouvé des photos de membres de la brigade anti-criminalité de Nantes avec leurs adresses personnelles et tout. » Cibles de diverses publications haineuses de l’extrême-gauche – à Nantes comme ailleurs – sur les réseaux sociaux, les agents de la BAC de Nantes sont depuis des années en première ligne face aux militants d’extrême-gauche qu’ils tentent d’empêcher de saccager le centre-ville, manifestation après manifestation.

L’individu était tout près de passer à l’acte : «  le mec envoyait […] des photos de policiers et précisait : « Ceux-là, ils sont morts » ou encore : « On va les tuer ». C’est allé très loin, il avait répertorié les noms et les adresses des fonctionnaires et il avait des images d’eux dont certaines n’avaient même pas l’air de venir des réseaux sociaux ».

Par ailleurs, en marge du G7, cinq personnes issues de l’extrême-gauche ont été interpellées le 19 août à Tours (37) et Capbreton (40) pour avoir projeté de brûler un hôtel où étaient accueillis, près de Biarritz, des gendarmes en charge de la sécurité du sommet international ; ils sont originaires d’Ille-et-Vilaine, Landes, Vaucluse, Seine-et-Marne et Indre-et-Loire.

Tous sont déjà connus de la police pour des infractions en manifestation, l’un d’entre eux avait déjà été condamné pour violences lors d’une manifestation, et ils étaient issus de la mouvance balck block. Ils discutaient sur les réseaux sociaux leur projet de « cramer » ledit hôtel, après qu’une femme, déjà interpellée lors d’affrontements en marge d’une manifestation des Gilets Jaunes et de l’extrême-gauche à Bordeaux, ait publié son adresse exacte sur Facebook – en l’occurrence la résidence Belambra à Seignosse où 700 gendarmes étaient logés. Un seul suspect, originaire de Seine-et-Marne, sera jugé le 5 septembre prochain à Melun (77).

Louis Moulin

Photos d’illustration : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Pr. Philippe Parola (IHU Marseille) : « Ceux qui nous attaquent doivent s’attendre à des contre-attaques ! »

L'IHU Méditerranée a été perquisitionnée ce lundi matin 9h30. Une dizaine d'enquêteurs, accompagnés d'un procureur de la République de...

Embryons chimériques, PMA… La Loi Bioéthique en question!

Lucie Pacherie est membre de la Fondation Lejeune, elle répond aux questions de Boulevard Voltaire sur la Loi Bioéthique. https://www.youtube.com/watch?v=S13nX914nY4 Crédit...

Articles liés

Nantes : 26ème fusillade de l’année, une balle perdue dans une cuisine

Après un peu plus de trois semaines de pause, c'est reparti – la 26e fusillade de l'année, pour des motifs assez nébuleux, a eu...

Nantes. 1400 € en liquide et un gilet pare-balles trouvés chez le dealer de la Bottière

Ce mercredi 9 juin, la BAC lors d’une opération anti-drogue constate du mouvement dans une cage d’escalier de la rue Alfred Nobel à la...

Rassemblement contre la Pass sanitaire, dimanche à Nantes

A l'initiative de la section de la Loire-Atlantique des Patriotes, le mouvement présidé par Florian Philippot, se tiendra, ce dimanche 13 juin, à partir...

Comment choisir son opticien à Nantes ?

Vous avez consulté un ophtalmologue qui vous a prescrit des verres médicaux pour améliorer votre confort visuel au quotidien ? Vous devez maintenant trouver l’opticien...