Nantes. Les policiers déconseillent aux Nantaises de sortir le soir…

A LA UNE

Bain-de-Bretagne. Un patron marocain employait 42 migrants clandestins, fraudant Urssaf et chômage partiel

Un Marocain en situation irrégulière faisait travailler des migrants clandestins dans une société de transport à Bain-de-Bretagne tout en...

Paris. Étudiante en école de journalisme, une jeune Kabyle subit la censure et la pression de sa direction et des autres élèves

Le terrorisme intellectuel et la propagande politique jusque dans les écoles de journalisme. De quoi ensuite ne pas s’étonner...

Covid-19. Janvier 2021, le pire mois de l’épidémie enregistré sur la planète ?

Avant propos Aujourd’hui, quatre sujets seront abordés : 1 – Un premier bilan social et sociétal pour la France; bilan qui...

Réunification de la Bretagne. 150 élus écrivent à E. Macron pour un référendum

Dans une tribune publiée par le « Journal du Dimanche », 150 élus dont sept députés et six sénateurs, demandent un référendum...

Reportage. Une virée à la découverte de la Basse-Normandie et des plages du Débarquement

En ce Dimanche, nous vous proposons un petit reportage touristique à la découverte de la Basse-Normandie et des plages...

Que faire devant la montée de la délinquance à Nantes, alors que viols de rue se multiplient, agressions et vols se comptent par dizaines chaque soir, et que les dealers parviennent à faire déguerpir médecins et grandes surfaces ? Alors que les femmes sont les premières victimes de cette délinquance, des policiers ont la solution, puisque la justice refuse de faire son travail et les politiques s’enterrent : réinventer le couvre-feu et éviter de sortir la nuit. Un sérieux recul pour le « bien vivre ensemble »…

Ce 2 décembre à 23h45, un couple s’est fait agresser rue de l’Héronnière, près de Graslin, « par une bande de six jeunes d’origine étrangère », explique l’une des victimes sur les réseaux sociaux. « Ils ont commencé par s’en prendre à moi, et quand mon mari a voulu intervenir, il a été ceinturé, plié en deux et molesté », explique-t-elle. Lors du dépôt de plainte, « le policier […] m’a dit que nous avions eu beaucoup de chance car plusieurs personnes dans la même soirée n’étaient pas sorties indemnes de leur agression. Il m’a donné des conseils ».

Les voici : « en journée, le seul risque à priori, c’est le vol à la tire. Il y a un gang des colliers en or [avec des auteurs principalement migrants, voir ici ou , ou encore là], donc ne pas sortir sans écharpe et sans gants. Pour les sacs il vaut mieux en avoir un en bandoulière sous la doudoune ».

En revanche, « le soir les enjeux ne sont plus les mêmes. Ne plus sortir seule, la nuit tombée après 21h30/22h. Ne pas hésiter à crier très fort si l’on peut. Savoir que si l’on sort à partir de 23h, même à plusieurs, on court un risque élevé d’agressions dans le centre car des bandes patrouillent et le nombre de viols est en croissance exponentielle. »

Et surtout, conseil est donné à la victime : « ne pas les prendre [les délinquants] de haut car ils [n’]attendent que cela et cette attitude entraîne un déchaînement de croissance, souvent à l’arme blanche. Il va nous falloir apprendre à ouvrir l’œil et surtout porter plainte en cas d’agression. Le policier m’a dit que le marché de Noël le soir était très dangereux ».

La question de l’insécurité est peu abordée par les différents candidats – enfin surtout les candidates – dans cette campagne municipale. Si la maire socialiste sortante, Johanna Rolland, ne semble pas vouloir s’attarder sur « l’enrichissement culturel » de la délinquance devenu massif et omniprésent depuis quatre à cinq ans, les autres ont un boulevard pour aborder cette question. Mais peut-être ne sortent-t-elles plus la nuit non plus ?


Louis Moulin

Crédit photo : Breizh-info.com
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

Argent de poche. En Bretagne, les parents donnent en moyenne 20 euros par mois à leurs enfants

Pixpay vient de dévoiler l’édition 2021 de son baromètre annuel « L’argent et les adolescents » réalisé par l’institut...

Inondations dans les enclaves serbes du Kosovo. Solidarité Kosovo lance un appel à l’aide

Début janvier, le Kosovo-Métochie a été le théâtre d’un évènement climatique d’une extrême violence dont vous n’avez peut-être pas...