Nicola Sturgeon et Boris Johnson ne partiront pas en vacances ensemble [ L’Agora]

A LA UNE

« My life in loyalism ». Acteur majeur des Accords du Vendredi Saint, Billy Hutchinson évoque son engagement unioniste/loyaliste en Irlande du Nord [Interview]

Les éditions britanniques Merrion Press ont sorti récemment un livre intitulé « My life in loyalism » signé Billy Hutchinson. Si les...

Yves Chauvel (La Bretagne en héritage) : « L’argent de la Région doit aller en priorité voire intégralement aux associations qui promeuvent la Bretagne...

Alors que Le Télégramme publiait récemment les résultats d'un sondage sur les élections régionales à venir, nous n'y avons...

Thierry Burlot (Nous la Bretagne) : « Les Bretonnes et Bretons furent probablement celles et ceux qui furent les plus migrants il y a...

Alors qu'un sondage Odoxa-Le Télégramme donne la liste Nous la Bretagne de Thierry Burlot, investit par LREM, en tête...

Renaud Camus : « Il n’y a d’issue sérieuse que la remigration, la décolonisation, le retour chez lui, contractuel ou forcé, de l’occupant »...

Notre quotidien occidental en est la preuve : Le Grand Remplacement n’est ni une théorie ni un complot. C’est...

Loi Molac : Jean-Michel Blanquer est un mauvais perdant

Il faut se méfier de ce que raconte Jean-Michel Blanquer. En paroles, il est favorable à la langue bretonne....

Nicola Sturgeon, Premier ministre d’Écosse, attaque sèchement Boris Johnson, Premier ministre du Royaume-Uni. C’est ce que lui permet maintenant un rapport favorable.

Fort de sa victoire aux récentes élections législatives en Écosse – il remporte 48 sièges sur les 59 -, le SNP (Scottish national party) réclame maintenant l’organisation d’un nouveau référendum d’autodétermination : pour ou contre l’indépendance. Au référendum  du 18 septembre 2014, ce fut l’échec : 55% des Écossais avaient refusé le divorce avec le reste du Royaume-Uni.

Nicola Sturgeon, Premier ministre d’Écosse, lance à l’adresse de Boris Johnson, Premier ministre du Royaume-Uni : « Vous, comme leader d’un parti vaincu en Écosse, vous n’avez pas le droit de vous mettre en travers de notre chemin » ( Le Figaro, 14 – 15 décembre 2019). « Il y a maintenant un mandat en vue d’offrir au peuple écossais le choix de son propre avenir. Boris Johnson a peut être reçu un mandat pour faire sortir l’Angleterre de l’Union européenne. Il n’a absolument pas de mandat pour faire sortir l’Écosse. Elle doit avoir le choix de son propre avenir. » (Les Échos, lundi 16 décembre 2019).

Mais M. Johnson s’oppose fermement à un second référendum, « estimant que les Écossais ont déjà eu l’occasion de s’exprimer sur la question lors d’un vote qui était censé régler le sujet « pour une génération ». » (Le Monde, samedi 21 décembre 2019). Mais Mme Sturgeon a bien l’intention de poursuivre la lutte « de façon raisonnable et réfléchie »… «  Le gouvernement écossais a publié [jeudi 19 décembre] un document pour présenter ses arguments. Intitulé « Scotland’s right to choose » (le droit de l’Écosse à décider), le texte de 39 pages établit notamment que l’Écosse ayant choisi de rejoindre le Royaume-Uni en 1707, elle ne peut être contrainte d’y rester. » (Le Figaro, vendredi 20 décembre 2019).

En apparence, le duché de Bretagne a également choisi de rejoindre le royaume de France ; c’est ce qui ressort  de l’édit d’Union (13 août 1532 à Nantes). Mais en réalité ce sont des vaincus – militaires et politiques – qui s’adressent quelques jours plus tôt à François 1er : « Sire, lesdits gens des trois États vous supplient très humblement qu’il vous plaise unir et joindre perpétuellement lesdits pays et duché de Bretagne avec le royaume de France, afin que jamais ne s’élèvent guerre, dissensions ou inimitié entre lesdits pays, gardant toutefois et entretenant les droits, libertés et privilèges dudit pays » (Assemblée des États de Bretagne en la grande salle du manoir épiscopal de Vannes, 4 août 1532). En septembre 1532 est publié, au château du Plessis-Macé, près d’Angers, le contrat bilatéral entre gouvernement français et représentants de la Bretagne.

Si le rapport de force permet aux Écossais de réclamer l’indépendance, nous en sommes très loin en Bretagne. Mais vu la déglingue généralisée qui frappe la République française, l’adverbe « perpétuellement » pourrait ne plus s’imposer au cours de ce siècle. L’Algérie était bien française (dix départements) jusqu’à l’été 1962 ! Jusqu’à ce que de Gaulle décide de s’en débarrasser…

Bertrand Redon

Précision : les points de vue exposés n’engagent que l’auteur de ce texte et nullement notre rédaction. Média alternatif, Breizh-info.com est avant tout attaché à la liberté d’expression. Ce qui implique tout naturellement que des opinions diverses, voire opposées, puissent y trouver leur place.

Crédit photo : 10 Downing street/Wikipedia (cc)
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

 

 

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Alternative au vaccin Covid-19. La biotech nantaise Xenothera annonce une précommande de la France pour son traitement

Il aura fallu du temps pour que l'Etat se décide ! La biotech nantaise Xenothera, créée en 2014, a...

Eric Zemmour : « La guerre civile a déjà commencé. Lorsqu’on égorge un professeur dans la rue, cela s’appelle comment ? »

Eric Zemmour : « Si les militaires parlent comme ils le font c’est que la situation est gravissime (…)...

Articles liés

D’anciens secrétaires d’État à l’Irlande du Nord demandent à Boris Johnson d’agir contre la violence liée au Protocole

Quatre anciens secrétaires d'État à l'Irlande du Nord et un ancien chef de la police d'Irlande du Nord (PSNI) ont fait part de leur...

Royaume-Uni. Malgré la vaccination, masques et distanciation sociale obligatoires pour encore « quelques années » ?

Pour les Britanniques, la campagne de vaccination massive n'est pas synonyme de retour rapide à la vie normale. Les masques et la distanciation sociale...

Brexit. Contrairement à Boris Johnson, l’Écosse veut garder le programme européen Erasmus

L'Écosse ne veut pas priver ses étudiants du programme européen d'échanges universitaires Erasmus que le Royaume-Uni a décidé de quitter suite au Brexit. Une...

Brexit, une victoire à la Pyrrhus pour Boris Johnson ?

Les premiers jours du Brexit semblent donner raison aux Anglais, tout apparaît fonctionner correctement : aucun bouchon de camions à Douvres. Sans doute mangent-ils leur...