Covid-19. En Uruguay, la vaccination des enfants de moins de 13 ans suspendue par la justice faute de transparence sur les injections

Uruguay

En Uruguay, attendant d’obtenir des éclaircissements sur la composition chimique des vaccins contre le Covid-19 et sur les contrats passés entre les sociétés pharmaceutiques et le gouvernement, un juge a ordonné la suspension immédiate de la vaccination pour les enfants de moins de 13 ans.

La vaccination des enfants de moins de 13 ans suspendue en Uruguay

Tandis qu’aux États-Unis, l’Agence américaine des médicaments (FDA) avait donné son feu vert, au cours du mois de juin dernier, aux vaccins contre le Covid-19 de Pfizer et Moderna pour les enfants dès l’âge de six mois, les choses ont pris une tournure très différente en Uruguay.

En effet, le pays a cessé d’administrer le vaccin contre le coronavirus aux enfants de moins de 13 ans après qu’un juge ait ordonné le 7 juillet l’arrêt de toutes les inoculations dans cette tranche d’âge jusqu’à ce que les autorités présentent des documents relatifs aux contrats signés avec les fabricants de vaccins. Cette injonction du juge Alejandro Recarey fait ainsi suite à un « recours en protection » déposé par un avocat, Maximiliano Dentone.

Ce dernier, représentant un groupe de citoyens uruguayens ayant exigé que les contrats avec les fabricants de vaccins soient rendus publics, a notamment déclaré que le gouvernement n’avait pas présenté les contrats avec le géant pharmaceutique Pfizer qu’il avait demandés. De son côté, le gouvernement uruguayen s’est justifié en invoquant une clause de confidentialité dans le contrat l’empêchant de partager le document.

La composition chimique des vaccins également en question

En Uruguay, l’exécutif a aussi fait savoir qu’il ferait appel de la décision du juge de suspendre cette vaccination pour les moins de 13 ans. Des injections qui ont été réalisées jusqu’à présent sur la base du volontariat, en l’occurrence celui des parents… Quant aux campagnes de vaccination pour les plus de 13 ans, celles-ci se poursuivront, a indiqué le ministère uruguayen de la Santé dans un communiqué.

Ayant prononcé cette suspension des injections après avoir reçu les réponses à 18 questions sur la sécurité et la composition chimique des vaccins, le juge Alejandro Recarey cherche, entre autres, à savoir s’il existe des clauses dans les contrats qui promettent l’immunité civile et pénale en cas d’effets indésirables des vaccins. Par ailleurs, au nom du devoir de transparence, il souhaite également que les documents traitant de la « composition des substances » contenue dans le vaccin soient publiés.

Le juge Alejandro Recarey a en outre expliqué « qu’il faut fournir aux responsables des mineurs qui se vaccinent un document les informant pleinement et clairement du contenu des injections », ajoutant qu’il ne faut pas oublier de préciser «les bénéfices de ces injections, ainsi que les risques qu’elles comportent en précisant leur nature, leur probabilité, leur ampleur et les effets indésirables déjà détectés, dans leur intégralités».

Actuellement en Uruguay, 44 % des enfants âgés de 5 à 11 ans et 75 % de ceux âgés de 12 à 14 ans ont déjà reçu deux doses de vaccin contre le Covid-19, selon les données des autorités sanitaires.

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Une réponse

  1. Enfin un juge courageux que l’on est amené à qualifier de tel uniquement parce qu’il fait son travail, sans compromission ni soumission … ! C’est dire où nous en sommes rendus ! Néanmoins nous avons là la démonstration qu’un seul magistrat intègre peut mettre en échec la marche du rouleau compresseur du système de la tyrannie vaccinale. Puisse-t-il réveiller les nôtres et les aider à retrouver leur sens du devoir et leur honorabilité.

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !