Nantes. Un fourgon de la Pénitentiaire visé par des tirs. Des drones chargés de drogue atterrissent dans la maison d’arrêt

A LA UNE

De la belle aube au triste soir. La tragédie d’une famille française en Algérie [Interview]

Il n’est pas de vie qui ne soit inextricablement mêlée à notre histoire collective. Le livre De la belle...

« My life in loyalism ». Acteur majeur des Accords du Vendredi Saint, Billy Hutchinson évoque son engagement unioniste/loyaliste en Irlande du Nord [Interview]

Les éditions irlandaises Merrion Press ont sorti récemment un livre intitulé « My life in loyalism » signé Billy Hutchinson. Si les...

Yves Chauvel (La Bretagne en héritage) : « L’argent de la Région doit aller en priorité voire intégralement aux associations qui promeuvent la Bretagne...

Alors que Le Télégramme publiait récemment les résultats d'un sondage sur les élections régionales à venir, nous n'y avons...

Thierry Burlot (Nous la Bretagne) : « Les Bretonnes et Bretons furent probablement celles et ceux qui furent les plus migrants il y a...

Alors qu'un sondage Odoxa-Le Télégramme donne la liste Nous la Bretagne de Thierry Burlot, investit par LREM, en tête...

La 63e – au moins – fusillade de l’année n’a pas lieu de nuit dans un quartier, ni même de jour. Elle a visé un camion de l’administration pénitentiaire pendant une extraction judiciaire ce 28 novembre. Par ailleurs, ce jeudi toujours, deux drones porteurs de produits stupéfiants ont atterri dans l’enceinte de la maison d’arrêt de Nantes.

Ce jeudi 28 vers 17h45, alors qu’un fourgon du service des PREJ (pôle de rattachement des extractions judiciaires) roulait prairie de Mauves, près du quartier dit « sensible » de Malakoff, ramenant vers la maison d’arrêt de Nantes trois détenus, il a été la cible d’un tir. « Au vu des impacts, des chevrotines ou un pistolet à poudre noire ».

Selon nos informations, les personnes ramenées étaient de petits délinquants, donc il n’y a pas de lien apparent avec les arrestations opérées récemment  dans le cadre de la fusillade du Moonlight en avril dernier, liées à un règlement de comptes entre les trafiquants de drogue des quartiers dits « sensibles » de Malakoff et de Bellevue, à l’est et à l’ouest du centre-ville nantais respectivement.

Plus en avance qu’Amazon

Par ailleurs, si Amazon réfléchit à livrer par drone, c’est déjà une réalité pour les trafiquants de drogue nantais. Alors que la maison d’arrêt a enfin trouvé une solution contre les projections d’armes et de drogue dont nous avons parlé à maintes et maintes fois, au prix de 400.000 € de travaux et de patrouilles – assurées malgré des effectifs insuffisants – dans le glacis, les trafiquants ont trouvé de quoi remplacer des projections devenues impossibles depuis à peine une semaine.

Ce jeudi 28 novembre un premier drone a atterri le matin dans la cour de promenade de la maison d’arrêt, suivi d’un autre dans l’après-midi. Les deux, selon des agents pénitentiaires, ont servi à livrer des drogues dures.

Selon nos informations, ce sont des drones Parrot Bebop à 400 € pièce (180 € reconditionné) : d’une autonomie de 11 minutes et de 250 m de rayon d’action (150 à 200 réels), ces drones circulent à 46 km/h et peuvent être pilotés depuis un smartphone, même sans vue directe. Ils peuvent aussi enregistrer des vidéos ou prendre des photos. Avec une radiocommande dédiée le rayon d’action peut être élargi à 2 kilomètres.

Un progrès technique des trafiquants auquel l’administration pénitentiaire n’est pas prête – en revanche les gendarmes, si. Dès 2018, ils ont formé 200 agents brouilleurs de drones pour protéger les sites sensibles, comme les résidences présidentielles ou les centrales nucléaires. En avril 2019, la gendarmerie a passé un appel d’offre auprès des industriels – 1 million d’euros pour des brouilleurs de drones, et encore 1.2 millions d’euros pour un outil de détection radio des drones.

Louis Moulin

Photo d’illustration : Kevin B/Wikimedia (cc)
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Cyclisme. Joe Dombrowski remporte la 4ème étape du Giro, en solitaire

On pensait l'étape promise à quelques têtes d'affiche, il n'en a rien été. La quatrième étape du Tour d’Italie...

Pour Mathieu Kassovitz, le caillassage de pompiers par des racailles est un « moyen d’expression d’une frustration » [Vidéo]

Invité sur le plateau de LCI pour parler d'insécurité, le réalisateur Mathieu Kassovitz a fait une nouvelle fois preuve...

Articles liés

Ensauvagement. 3 morts et 4 blessés lors de fusillades pendant le Réveillon

Si le « discours de fermeté » du gouvernement semble avoir convaincu les médias qui répètent à satiété que la nuit a été « calme » sous couvre-feu...

Nantes. Une troisième fusillade en cinq jours, la 21e depuis le début de l’année

Rebelote : après le 21 – à Malakoff – et le 23 – au Breil – une nouvelle fusillade, la troisième en cinq jours, a...

Rennes : les fusillades n’ont pas l’air d’émouvoir Nathalie Appéré

On connaissait les coups de feu à Rennes. Il faudra désormais compter avec les fusillades. Si bien que les policiers municipaux ont la trouille. À...

Nantes. L’insécurité ? Aux municipales, extrême gauche et écolos en mode bisounours…

Alors qu’à Nantes la question de l’insécurité est au cœur de la campagne municipale - même Mme Rolland (PS), maire sortante, envisage d’augmenter les...