megot_tabac

Première cause de mortalité par cancer et premier facteur de risque de cancers évitables, la consommation de tabac était en baisse sensible depuis 5 ans.

Ce 31 mai marque d’ailleurs l’édition 2020 de la Journée mondiale contre le tabac et cela tombe bien, car plus dun quart des fumeurs ont augmenté leur consommation avec le confinement. Cette tendance concerne même 41% des jeunes fumeurs ! C’est un constat terrible. L’industrie du tabac, elle, n’a pas été confinée !

« Il est temps de la faire payer pour les dégâts sanitaires, sociaux et économiques qu’elle cause sans scrupule. Nous avons démontré qu’une politique volontariste pouvait donner des résultats : nous ne devons rien lâcher et poursuivre ce combat acharné pour que notre objectif d’une « Génération sans tabac » en 2030 ne soit pas une utopie » déclare Axel Kahn, Président de la Ligue contre le cancer.

L’association plaide pour :

  • Une harmonisation des prix du tabac au niveau européen
  • La préservation et la sanctuarisation des actions d’accompagnement à l’arrêt du tabac pour les fumeurs et des missions de prévention pour tous
  • Le renforcement du respect de l’interdiction de vente de tabac aux mineurs

Le confinement, facteur d’augmentation du tabagisme

Alors que la lutte constante et la politique nationale volontariste permettaient une baisse du nombre de fumeurs ininterrompue depuis 2016, la pandémie de Covid-19 et particulièrement la phase de confinement ont entrainé en France une hausse de la consommation quotidienne de tabac.

Selon Santé Publique France :

  • Plus d’un quart des fumeurs (27%) ont augmenté leur consommation de tabac pendant le confinement
  • Cette hausse, corrélée au risque d’anxiété et de dépression, est en moyenne de 5 cigarettes par jour, principalement auprès des 25-34 ans, travaillant à domicile (41%)

Pourtant, les chiffres de 2019 étaient encourageants1 :

  • En 2019, 30,4% des Français âgés de 18 à 75 ans ont déclaré fumer, au moins occasionnellement, contre 34,3% cinq ans plus tôt
  • Pour le tabagisme quotidien, le chiffre est passé à 24%, contre 28,5% en 2014
  • Chez les 78-85 ans, la prévalence du tabagisme est de 5,4% et de 4,8% pour le tabagisme quotidien
  • Pour l’ensemble des Français, cela établit le pourcentage à 28,7% de fumeurs occasionnels, et 22,6% de fumeurs quotidiens
  • Aujourd’hui en France, 20,7% des femmes fument tous les jours. Mais elles sont de plus en plus nombreuses à arrêter : durant la seule année 2018, le tabagisme féminin a diminué de 2%

Le tabagisme reste la première cause de cancer dans le monde

Si certains parlent d’une « baisse de grande ampleur du tabagisme constatée » et affirment que « c’est la première fois depuis le début des années 2000 qu’une baisse de cette ampleur est constatée », le combat est loin d’être terminé :

  • Le tabagisme reste la principale cause de cancer dans le monde
  • Le tabac est responsable de 75 000 décès dont 45 000 par cancer chaque année en France,
  • Le tabac reste le 1er facteur de risque évitable pour 17 types de cancers différents qui lui sont imputables
  • Le tabagisme multiplie 10 à 15 fois le risque de cancer du poumon par rapport à un non-fumeur
  • Le tabagisme est le premier facteur de risque de cancer du poumon, responsable de 8 cancers sur 10 chez les hommes (83%) et de 7 cancers sur 10 chez les femmes (69%)

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine