Cet été, côté sécurité et tranquillité, les évènements qui se sont déroulés au centre-ville de Quimper font office de bilan malheureux pour ces dernières années. Des bandes, bien souvent alcoolisées, ont régné près des Halles Saint François, au milieu des terrasses de bar, minant la tranquillité traditionnelle des lieux touristiques. Mendicité agressive, rixes et nuisances, ont gêné les activités des riverains et des commerces de plusieurs places du centre ville.

L’été clément et agréable a favorisé les regroupements et la consommation d’alcool, ceux-ci ont instauré une tension constante entre les Quais de l’Odet et la grande rue commerçante de Kéréon. Ces tensions et la présence de plusieurs groupes, sociologiquement très divers, ont brutalement dégénéré. En septembre, une bataille entre plusieurs bandes a eu lieu sur la dalle du Steir en semaine. Ces échauffourées sérieuses ont donné lieu à plusieurs plaintes les 18 et 21 septembre.

Ce 3 octobre, le chef cuisinier d’un restaurant des Halles Saint François s’est fait molester en sortant pour calmer des jeunes gens agités sévissant devant le restaurant dont il est salarié. Il a terminé la soirée avec des blessures au visage, nez cassé, cornée sérieusement abîmée, de même qu’un autre passant, également agressé et finissant la soirée à l’hôpital.

La dégradation de la tranquillité du centre ville de Quimper a pris un tournant cet été : régularité des nuisances et degré de violence plus important. Ce sont par exemple 80 jeunes qui se sont affrontés en pleine journée le 21 septembre dans les rues fleuries entre Odet et vieille ville.

Ludovic Jolivet, maire de Quimper, affirme sur la mendicité agressive : « nous ne la tolérerons plus », ce qui sonne étrangement aux oreilles des Quimpérois puisqu’il sous entend qu’il la tolérait.  Il répète également à l’envie « nous devons montrer nos muscles ».  Jusqu’à aujourd’hui, deux arrêtés anti-regroupement et anti-alcool ont été décidés le 5 octobre pour les deux mois à venir.

La municipalité compte désormais et communique abondamment sur l’installation de plusieurs caméras de vidéo surveillance, malgré de nombreuses critiques concernant leur prix, l’absence de personnel derrière les écrans de contrôle et  sur leur manque d’efficacité prouvée dans plusieurs lieux. Impossible de connaitre pour le moment les lieux de leur prochaine installation.

Le bilan de la sécurité n’est donc pas pour le moment satisfaisant à Quimper, ce qui peut être un handicap dans une ville qui se positionne sur le tourisme estival.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine