Au Pays de Galles et en Angleterre, les personnes se déclarant chrétiennes sont désormais minoritaires

Pour la première fois dans un recensement de l’Angleterre et du Pays de Galles, moins de la moitié de la population (46,2 %, 27,5 millions de personnes) s’est décrite comme « chrétienne » selon les observations publiées par les rapporteurs du dernier recensement 2021.

Soit une baisse de 13,1 points de pourcentage par rapport aux 59,3 % (33,3 millions) de 2011 ; malgré cette baisse, « chrétien » est resté la réponse la plus courante à la question sur la religion.  » Aucune religion  » était la deuxième réponse la plus courante, augmentant de 12,0 points de pourcentage pour atteindre 37,2 % (22,2 millions), contre 25,2 % (14,1 millions) en 2011.

Le nombre de personnes se décrivant comme « musulmanes » (3,9 millions, 6,5% en 2021, contre 2,7 millions, 4,9% en 2011) et « hindoues » (1,0 million, 1,7% en 2021, contre 818 000, 1,5% en 2011) a augmenté.

Le Pays de Galles a connu une baisse plus importante du nombre de personnes déclarant leur religion comme « chrétienne » (baisse de 14 points de pourcentage, de 57,6 % en 2011 à 43,6 % en 2021) et une augmentation du nombre de personnes déclarant « sans religion » (hausse de 14,5 points de pourcentage, de 32,1 % en 2011 à 46,5 % en 2021) par rapport à l’ensemble de l’Angleterre et du Pays de Galles.

Le recensement a introduit une question facultative sur la religion en 2001. Dans les données du recensement, la religion fait référence à l’affiliation religieuse d’une personne. Il s’agit de la religion à laquelle elle se rattache ou s’identifie, plutôt que de ses croyances ou de sa pratique religieuse active. La question étant – contrairement à d’autres- facultative, il convient d’être toutefois prudent lors de la comparaison des chiffres entre différentes régions ou entre différents recensements en raison des taux de réponse variables.

Au total, 94 % de la population totale d’Angleterre et du Pays de Galles (56 millions de personnes) ont choisi de répondre à la question sur la religion en 2021. Il s’agit d’un pourcentage plus élevé qu’en 2011, où 92,9 % (52,1 millions) ont répondu à la question sur la religion et 7,1 % (4,0 millions) ont choisi de ne pas répondre.

Comme en 2011, la réponse la plus courante à la question sur la religion en Angleterre et au Pays de Galles était « Chrétien » (46,2% de la population globale, soit 27,5 millions de personnes). Il s’agit de la réponse la plus courante tant en Angleterre (46,3 %) qu’au Pays de Galles (43,6 %).

Cependant, le nombre de personnes se décrivant comme « chrétiennes » a diminué pour atteindre moins de la moitié de la population pour la première fois. Il s’agit d’une baisse de 13,1 points de pourcentage par rapport à 59,3 % en 2011 (33,3 millions de personnes). Cette baisse se poursuit depuis 2001, année où 71,7 % (37,3 millions de personnes) se décrivaient comme « chrétiens ».

Cela a coïncidé avec une augmentation du nombre de personnes déclarant « Aucune religion », qui est passé de 25,2 % (14,1 millions) en 2011 à 37,2 % (22,2 millions) en 2021. Là encore, cette évolution s’inscrit dans le prolongement de la tendance observée entre 2001 et 2011, lorsque le nombre de personnes déclarant « Aucune religion » était passé de 14,8 % (7,7 millions de personnes).

Londres est la région d’Angleterre la plus « diverse » sur le plan religieux. « Chrétien » reste la réponse la plus courante à Londres (40,7%, 3,6 millions de résidents habituels). Plus d’un quart (25,3 %, 2,2 millions) de la population londonienne s’identifie à une religion autre que « chrétienne », contre 22,6 %, 1,8 million, en 2011. Les groupes religieux suivants les plus courants à Londres étaient les « musulmans » (15,0 %, contre 12,6 % en 2011) et les « hindous » (5,1 %, contre 5,0 % en 2011).

A noter que dans le district de Bradford, 30% de la population se déclare musulmane, 35% à Blackburn, 30% à Birmingham, 33% à Luton, 9% à Cardiff, 35% dans le district londonien de Newham, 30% dans celui de Slough…

Ci-dessous vous pouvez parcourir le pays, religion par religion, pour constater les changements.

Plus insolite, parmi les 405 000 personnes (0,7 % de la population totale de l’Angleterre et du Pays de Galles) qui ont choisi d’écrire une réponse par le biais de l’option « Toute autre religion », on trouve les religions suivantes :

Païens (74 000)

Alévis (26 000)

Jaïn (25 000)

Wicca (13 000)

Ravidassia (10 000)

Chamanisme (8 000)

Rastafarien (6 000)

Zoroastrien (4 000)

La plus forte augmentation a été observée chez les personnes décrivant leur religion comme le « chamanisme », qui a plus que décuplé, passant de 650 en 2011 à 8 000.

Parmi ceux qui ont inscrit un groupe non religieux à « Toute autre religion », les plus grands nombres sont :

Agnostiques (32 000)

athées (14 000)

Humaniste (10 000)

Entre chute de la Foi chrétienne et progression fulgurante notamment de la religion musulmane, le Royaume-Uni connait, depuis deux décennies, une transformation religieuse profonde.

Toutes les statistiques sont disponibles ici

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

2 réponses

  1. ‘’De excidio Britanniae‘’ … Bis repetita !
    En l’an 407 Constantin III transfère ses troupes en Gaule et laisse l’île de ‘’Bretagne’’ sans défenseurs; puis … la suite est peu connue.
    Sur ces temps obscures peu de témoignages à part le ‘’De excidio Britanniae‘’ de Saint Gildas.
    Pour finir, les populations irrémédiablement acculturées de ‘’Bretagne’’ ont disparues (culturellement c’est sûre ; physiquement ?) … Et sur ces ruines allait naître le monde Anglo-Saxon ; tandis que les périphéries (Irlande, Écosse …), pas ou peu acculturées, allaient poursuivre leur histoire sans véritable rupture (ceci se passa aussi en Roumanie où une partie des Daces, là aussi, n’avait pas été intégrée à l’empire romain).
    La ‘’Bretagne’’ avait-elle disparu pour devenir l’Angleterre ?
    En gallois Llydawg désignait une zone frontalière ou ‘’rassembleur d’armées’’; c’est aussi le nom gallois de l’ancienne Armorique et c’est comme cela que l’on nomme la Bretagne d’aujourd’hui en langue galloise.
    Quant à savoir comment les Anglais doivent dire ‘’Bretagne’’ dans leur langue …
    La réponse à cette question, comme le beurre de chez vous, risque d’être très salée !

Les commentaires sont fermés.

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS