Nouvelle vague migratoire : Recep Tayyip Erdogan met en garde l’Europe

A LA UNE

Il y a Zemmour et Naulleau, mais aussi « Zemmour et Bolloré »

Passer d’une chaîne d’information (Cnews) à une station généraliste (Europe 1), voilà l’une des tâches auxquelles Vincent Bolloré s’attaque...

Napoléon : « Ma vie est un roman »

Ce mot, peut-être apocryphe, ne manque pas, de toute façon, de justesse. C’est d’ailleurs pourquoi Napoléon Bonaparte a autant...

Brest. Une semaine « brûlante » dans les quartiers « sensibles » de Pontanézen et Bellevue

Brest a été le théâtre de plusieurs épisodes de violence urbaine, dans les quartiers de Pontanézen et de Bellevue,...

Il y a 100 ans était fondée l’Irlande du Nord. Quelle histoire ? Quel avenir ? Explications et sondage.

Ce 3 mai 2021, l'Irlande du Nord fête les 100 ans de sa création. Entité britannique, la province britannique...

La Bretagne, région française la plus impliquée dans la traite des Noirs ?

Des Bretons ont joué un rôle massif dans le commerce des esclaves, un business florissant de l'époque des Lumières....

Une nouvelle vague migratoire ingérable pour la Turquie : le président turc Recep Tayyip Erdogan met une fois de plus l’Europe en garde face à un afflux potentiel de migrants.

120 000 migrants en route vers la Turquie

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré le 22 décembre dernier que son pays ne pouvait pas gérer une nouvelle vague de migrants alors que des dizaines de milliers de personnes fuiraient la province syrienne d’Idlib, territoire où les armées russes et syriennes ont récemment mené des opérations et que le président syrien Bachar al-Assad a promis de reprendre. « Si la violence envers le peuple d’Idlib ne cesse pas, ce nombre augmentera encore plus », a averti Recep Tayyip Erdogan lors d’une cérémonie de remise de prix.

Mais il a également fait pression sur l’Europe : « Dans ce cas, la Turquie ne portera pas seule un tel fardeau de migrants. » Le pays accueille déjà quelques 3,7 millions de Syriens enregistrés et a déjà prévenu l’UE qu’il ne pouvait plus supporter le poids du conflit. Lors de sa prise de parole, Recep Tayyip Erdogan a évoqué le chiffre de 80 000 personnes ayant quitté Idlib afin de rejoindre la Turquie. Des sources humanitaires turques indiquaient quant à elles le 23 décembre que le nombre de migrants en route vers la Turquie avoisinait les 120 000 individus.

Dans une telle configuration, les autorités grecques, déjà débordées, ont de quoi s’inquiéter : « L’impact négatif de la pression que nous allons subir sera quelque chose que toutes les nations européennes, en particulier la Grèce, ressentiront également », a aussi déclaré le président turc.

Recep Tayyip Erdogan et le deal européen

Si la Turquie relativement joué son rôle de frein pour les migrants cherchant à gagner l’Union européenne, elle ne l’a fait qu’en échange de 6 milliards d’euros promis par Bruxelles. Une somme que le pays attendrait toujours et qui accentue encore le « chantage à l’immigration » qu’il exerce sur l’Europe.

Dans le même temps, Recep Tayyip Erdogan a ironisé sur les suites données par l’UE aux interventions turques en Syrie cet automne : « Nous appelons les pays européens à utiliser leur énergie pour arrêter le massacre d’Idlib, plutôt que d’essayer de coincer la Turquie pour les mesures légitimes qu’elle a prises en Syrie ».

Durant l’automne, le président turc avait déjà menacé d’« ouvrir les portes » et de laisser 3,6 millions de migrants affluer en Europe si les États européens ne se décidaient pas à soutenir la Turquie. Une éventualité toujours d’actualité avec à la clé une crise migratoire de l’ampleur de celle de 2015…

AK

Crédit photos :DR (Photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2019, 
dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

L’envers des affaires : Karl Zéro balance tout sur Alègre, Fourniret et les réseaux pédocriminels…

Le journaliste Karl Zéro lance un magazine trimestriel d'enquêtes au long cours qui nous plonge dans l’Envers des affaires....

Super Thursday. On vote ce jeudi en Angleterre, en Ecosse et au Pays de Galles lors d’élections cruciales

Le Royaume-Uni vote ce jeudi 6 mai. Tout le Royaume-Uni ? Non, car l'Irlande du Nord ne participe pas...

2 Commentaires

  1. […] La menace Erdogan : « Si la Turquie relativement a joué son rôle de frein pour les migrants cherchant à gagner l’Union européenne, elle ne l’a fait qu’en échange de 6 milliards d’euros promis par Bruxelles. Une somme que le pays attendrait toujours et qui accentue encore le « chantage à l’immigration » qu’il exerce sur l’Europe. » https://www.breizh-info.com/2019/12/27/133491/turquie-erdogan-europe-migrants […]

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Turquie : Erdogan annonce un confinement total de 17 jours

En Turquie, le président Recep Tayyip Erdogan a annoncé un nouveau confinement à compter du 29 avril. Des mesures strictes, nécessaires selon l’exécutif pour...

Loire-Atlantique. Le préfet va-t-il capituler sur la régularisation d’un migrant « face à l’émotion » ? [MAJ : Capitulation de la Préfecture]

MAJ du 27 avril 6h50 : Comme c'était prévisible, le Préfet de Loire-Atlantique, qui n'hésite pas à envoyer ses troupes faire de la répression...

Lesbos (Grèce) : La Moria, submersion migratoire

Reportage d'investigation signé Paronym France, sur la situation migratoire de Lesbos, cette île grecque est à seulement 9km des côtes turques, elle se trouve...

« L’Allemagne. Mais normale » : l’AfD vote contre le port du masque obligatoire [Vidéo]

Réunie le week-end dernier lors d'un congrès à Dresde dans la perspective des élections législatives allemandes de septembre, la formation politique AfD va mener...