Chant de marins. Tiktok consacre un facteur écossais remettant The Wellerman au goût du jour

A LA UNE

Un chant de marins du XIXe siècle, The Wellerman navigue aujourd’hui au sommet des classements musicaux, jetant l’ancre à la quatrième place du top Spotify international et à la 37e place des charts britannique, rapporte le Huffington Post .

En décembre 2020, dans le cadre d’un challenge comme on en trouve bon nombre sur les réseaux sociaux, Nathan Evans, un facteur écossais de 26 ans, a publié sa propre version de The Wellerman avant de devenir l’espace d’une vidéo une véritable star de TikTok.

Une reprise a cappella qui a eu un effet collatéral inattendu sur la popularité du groupe de folk britannique spécialiste de ce répertoire, « The Longest Johns ». Les musiciens avaient repris ce chant dans un album sorti en 2018.

Avec 10 millions de vues pour cette reprise, Nathan Evans, qui a décidé de se lancer à plein temps dans la musique, a réalisé ce que l’on appelle un vrai buzz, autour d’une magnifique chanson.

Soon May The Wellerman Come est un chant de marins de chasse à la baleine. Originaire de Nouvelle-Zélande, le titre du chant fait souvent référence aux wellermen, navires ravitailleurs appartenant aux Frères Weller. Il poursuit son refrain avec « Et apportez-nous du sucre, du thé et du rhum », et illustre ainsi le fait que les frères Weller étaient les principaux fournisseurs de baleiniers à terre. Les ouvriers de ces stations de chasse à la baleine n’étaient pas payés, ils étaient payés en prêt-à-porter, spiritueux et tabac.. Elle a été publiée pour la première fois dans un livre de chansons folkloriques néo-zélandaises en 1973.

Paroles

There once was a ship that put to sea,
And the name of that ship was the Billy o’ Tea
The winds blew hard, her bow dipped down,
Blow, me bully boys, blow!

Chorus (after each verse):
(HUH!)
Soon may the Wellerman come
to bring us sugar and tea and rum.
One day, when the tonguing’ is done,
We’ll take our leave and go.

She had not been two weeks from shore
When down on her a right whale bore.
The captain called all hands and swore
He’d take that whale in tow.

{Chorus}

Before the boat had hit the water
The whale’s tail came up and caught her.
All hands to the side, harpooned and fought her,
When she dived down below.

{Chorus}

No line was cut, no whale was freed,
An’ the captain’s mind was not on greed!
But he belonged to the Whaleman’s creed
She took that ship in tow

{Chorus}

For forty days or even more,
the line went slack then tight once more,
All boats were lost, there were only four
and still that whale did go.

{Chorus}

As far as I’ve heard, the fight’s still on,
The line’s not cut, and the whale’s not gone!
The Wellerman makes his regular call
to encourage the captain, crew and all!

{Chorus x2 til Finish}

La version originale

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Bordeaux. Château l’Escart : le retour du fruit

Propriété conduite sous le régime de la biodynamie, le château l’Escart signe des vins au fruit plantureux et à...

« Pages arrachées au livre de Satan », chef d’œuvre de Dreyer, a 100 ans !

Davantage connu pour La Passion de Jeanne d’Arc, Carl Theodor Dreyer a réalisé il y a tout juste un...

Articles liés