OCS, Europe, Brésil, Chine, USA…Les grandes échéances politiques et géopolitiques à suivre d’ici la fin de l’année 2022

6 échéances politiques et/ou géopolitiques devront être suivies de près au fil des quatre prochains mois.

« La rentrée » en Europe et particulièrement en France dès le début de Septembre :

Pour ce qui concerne la France, un exécutif de plus en plus «chahuté», a pris plusieurs mesures de précaution pour éviter tout embrasement social. Les chèques gouvernementaux sans provisions pleuvent sur les français pour acheter la paix sociale et gagner du temps (réduction provisoire des taxes carburant, hausse des retraites et de diverses prestations dès Septembre). On reste dans le «quoiqu’il en coûte» et donc dans l’ explosion de la dette. L’inflation, elle, est toujours là et augmente. La hausse inéluctable des coûts de l’électricité, du chauffage et des produits de première nécessité impacteront probablement les comportements de la population. Bardés de certitudes (de plus en plus chancelantes), les politiciens espèrent toujours qu’un miracle surviendra sur «le front ukrainien» qui pourrait valider, si peu que ce soit, leur politique des sanctions «boomerangs» appliquées à la Russie.

Si ce miracle ne vient pas, ce qui est probable, l’exécutif français pourrait être tenté de se rabattre sur un nouvel «état d’urgence sanitaire», qui serait lié à la résurgence «opportune» d’un nouveau variant Covid. Surfer sur la peur semble être une solution prisée par les exécutifs européens pour faciliter le contrôle des populations. Reste à savoir quelle sera l’attitude des parlementaires ….. et celle des populations. Le 25 Septembre, le résultats des élections générales italiennes pourraient également apporter une désagréable surprise pour les européistes avec une large victoire d’une coalition eurosceptique.

Le Sommet de l’OCS (Organisation de Coopération de Shangaï) les 15 et 16 Septembre 2022 à Samarkand.

Ce sommet sera particulièrement important. L’Iran sera, pour la première fois, un membre à part entière ( le neuvième), lors des discussions. Une nouvelle extension de l’OCS sera à l’ordre du jour.

La déclaration finale de ce sommet devra donc être scrutée à la loupe.

Compte tenu des événements d’Ukraine et de Taïwan, les nouvelles candidatures retenues pour l’adhésion pleine et entière à l’organisation mais aussi au statut d’observateur ou de partenaires de discussions, devront être prises en compte par les géopoliticiens, car elles témoigneront du choix de la multipolarité et s’inscriront donc en opposition très claire à l’hégémonie occidentale.

L’extension plus que probable de l’OCS au cours de ce sommet, pourrait constituer une réponse du berger à la bergère face à l’extension de l’OTAN perçue désormais, à juste titre, comme une menace par de très nombreux pays. Il ne fait guère de doute qu’elle sera beaucoup plus massive et signifiante.

Bien que l’OCS ne soit pas aussi «intégrée» que l’OTAN sur le plan militaire, elle se pose en obstacle majeur et très efficace aux politiques de sanctions et de guerre économique menées par les pays membres de l’OTAN, ainsi qu’elle le démontre aujourd’hui lors des événements que nous connaissons. L’OCS compte désormais, et pourrait compter bien davantage, les plus gros producteurs de pétrole et de gaz au monde et, qu’on le veuille ou non, l’avenir de l’occident global en dépend….

Les élections présidentielles brésiliennes des 2 et 30 Octobre 2022.

Il y a cinq candidats déclarés à cette élection très importante. A un mois du premier tour de scrutin, la moyenne des sondages donnent Lula en tête à 45 % au premier tour, avec 10 à 15 points d’avance sur Bolsonaro.

Une élection de Lula serait très dommageable pour les USA, car le Brésil, déjà tourné vers la Russie, via les BRICS, s’y tournerait bien davantage.

Après avoir perdu le soutien de la quasi totalité de ses vassaux sud-américains, y compris la Colombie, le 19 juin dernier, les USA qui ne font plus du tout recette en Amérique latine, ne peuvent permettre sans réagir une élection de Lula. Une ingérence US dans le processus électoral brésilien est donc plus que probable.

Elle se fera, comme d’habitude, via la «diaspora néoconservatrice et mondialiste» brésilienne, très puissante, qui contrôle, comme presque partout ailleurs dans la sphère d’influence occidentale, la Finance, les Médias, la Justice, la Police et l’Armée.

Il serait surprenant que cette «diaspora» ne tente rien pour s’opposer au retour au pouvoir de Lula, comme elle avait su le faire en 2016 pour évincer Dilma Roussef et en 2018 pour assurer la victoire de Bolsonaro. Le chef d’orchestre des manœuvres d’ingérence de 2016 et de 2018 de cette diaspora néoconservatrice Ricardo Lewandowski est aujourd’hui ministre de la Justice. L’ingérence US pourrait aller jusqu’à l’élimination physique du candidat Lula ou jusqu’au coup d’État militaire. Les USA sont coutumiers de ces pratiques en Amérique latine, mais pas que … (Maïdan en 2014).

Le 20 ème Congrès du Parti Communiste Chinois du 16 Octobre 2022.

Ce Congrès se tient tous les cinq ans. Il devrait voir, sans surprise, la ré-élection de Xi Jinping au poste de Secrétaire général du parti. Le bilan des réalisations sur les 5 dernières années et les objectifs pour les 5 prochaines devraient y être présentés.

Les élections de mi mandat aux USA le 8 novembre 2022.

Dans cette joute électorale, le camp Biden, soutenu par la «diaspora néoconservatrice et mondialiste», semble en mauvaise posture. La côte de popularité de Biden est actuellement au plus bas, bien qu’en légère hausse grâce aux efforts constants du rouleau compresseur médiatique. Le résultat de l’élection sera particulièrement important pour l’avenir du mondialisme et surtout pour celui de la multipolarité, et donc pour la planète.

Le résultat de l’élection sera certainement une conséquence directe du niveau de l’inflation et de l’évolution du pouvoir d’achat des ménages US en Septembre et Octobre 2022. L’équipe Biden sera évidemment tenté de multiplier les cadeaux fiscaux aux électeurs dans une politique du «quoiqu’il en coûte», pour «acheter» leurs votes. Le dollar et l’économie américaine n’en sortiront pas renforcés.

A l’approche de ces élections, si la Russie parvient à obtenir des résultats militaires décisifs en Ukraine et/ou si elle parvient à provoquer sur les marchés, avec l’aide de ses alliés producteurs de gaz et de pétrole, une hausse très importante des prix de ces produits avant les élections US, les candidats démocrates paieront la facture au prix fort le jour des élections.

L’État profond US est déjà à la manœuvre pour tenter de limiter la casse et pourquoi pas, d’inverser les tendances, aujourd’hui trumpiste (donc antimondialiste), de l’opinion publique US.

Le 17ème sommet des chefs d’État du G20 des 15 et 16 novembre 2022 à Bali (Indonésie)

Ce sommet ne changera probablement pas grand-chose. On y constatera, une fois encore, une division toujours plus profonde entre deux camps: un camp déclinant qui s’accommode encore du mondialisme et de l’hégémonie US ( G7+) et un camp de plus en plus sûr de sa force et de son avenir qui se regroupe autour des BRICS+ et qui défend la multipolarité.

A noter que l’Indonésie, pays hôte du sommet du G20 2022 et l’Argentine ont déjà fait acte de candidature aux BRICS et que l’Arabie Saoudite a exprimé son souhait de le faire ainsi que la Turquie, pourtant membre de l’OTAN…..

Dans un tel cadre, il paraît très peu probable qu’une quelconque motion anti-russe puisse être adoptée à ce sommet du G 20 de Bali, que Zélenski y paraisse ou non. Si le G7 suit unanimement son chef de meute US, le G20 qui représente le monde entier dans sa diversité saura, fort heureusement, se distancier de l’hégémon US.

En conclusion, six événements politiques et géopolitiques majeurs vont se dérouler en cette fin d’année 2022, sans compter, bien sûr, les événements imprévus.

Les deux plus importants et signifiants pourraient bien être le sommet de l’OCS en Septembre et l’ élection présidentielle brésilienne en Octobre. La probable et discrète ingérence US dans cette dernière devra être suivie de près.

Les résultats provisoires de l’opération spéciale russe en Ukraine et ceux du bras de fer économique et militaire entre la Russie et ses soutiens d’une part, les pays membres de l’OTAN et leurs soutiens de l’autre, impacteront probablement tel ou tel de ces 6 événements et, à divers degrés, l’avenir du monde.

D. Delawarde

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

5 réponses

  1. Possible que Lula ne soit pas en odeur de sainteté à Washington mais, notamment dans les cercles les plus mondialistes, Bolsonaro l’est-il beaucoup plus ? Du temps de Trump, je ne dis pas. Quant à un coup d’état, le Brésil n’est pas le Guatemala des années cinquante, ni même le Chili des années soixante-dix.

  2. La Russie orthodoxe s’est dressée contre l’Empire américain, bras armé des oligarques mondialistes qui sont anti-chrétiens. Il s’agit d’un combat eschatologique.

    Le destin de l’Homme en tant que projet de Dieu chrétien se joue donc, en ce moment, entre la sainte Russie qui défend sa peau, et l’Empire évangéliste qui veut conquérir le monde. L’Empire est le bras des oligarques globalistes.

    Nous le savons, les thèses du réchauffement anthropologique et de la dangerosité du carbone sont des bobards inventés par l’Empire pour fourbir ses armes : “décarbonisation” et “transition énergétique “.
    Avec le confinement et l’injection ARN, l’inflation et les crises énergétique et alimentaires déclenchées par l’Empire visent à accélérer les destructions. L’Empire y met tous les moyens.

    C’est grâce aux tyrans des pays occidentaux, tous Young global leaders ( vils exécutants formés par le doktor Schwab employé par les Rockefeller depuis 40 ans ) que l’Empire évangéliste parvient à triompher en Occident et à détruire les Catholiques.
    Particulièrement en France où les Révolutionnaires continuent de gouverner par la terreur qu’ils inventèrent en 1792.

    Le récit de l’Apocalypse prédit que Satan sera vaincu. Donc l’Empire sera vaincu. D’ici là nous et nos descendants souffrirons

  3. Dans la lignée de l’article :
    « Jeremy Grantham, le fondateur de l’éminente société de gestion d’actifs OGM, l’a fait valoir dans une annonce aux investisseurs cette semaine, il y a beaucoup d’écrits sur le mur pour suggérer que non seulement le marché boursier est dans un « superubble », mais que son éclatement est imminent. » (prévue Janvier 2023)

    Après il y a la logique : Planche à billet, Dévaluation de nos monnaies de singe, Inflation, Récession et son cortège de licenciements.
    Souci, depuis 50 ans voir 70 ans, le modèle économique de l’occident est basé sur la croissance éternelle et infinie. « On peut emprunter, faisons confiance au système, demain nous produirons plus et donc nous rembourserons facilement »

    Nos politichens nous embarquent dans un délire « green » avec abandon de l’énergie donc de toute production, et en ayant en même temps la nécessité de développer des alternatives coûteuses et avec peu de rendement (éoliennes, panneaux solaires), tout en ayant déjà des dettes record, et en abandonnant la production alimentaire de masse par dogme écologique… (exemple des fermiers Néerlandais), tout en démantelant notre parc nucléaire au moment où nous en aurions le plus besoin !

    C’est exactement ce qu’un génocidaire annoncerait à son peuple s’il planifiait un génocide « au nom du bien ».
    Mes propos peuvent sembler excessifs ils ne font que décrire la réalité, c’est les folies « en même temps » de TOUS nos satrapes de corrompus qui sont excessives !

    Qu’importe l’ennemi qu’on nous invente, je sais où sont nos premiers et plus mortels ennemis, il me suffit de regarder vers les hautes couches de notre organigramme national.
    S’il y a d’autres ennemis potentiels sur notre territoire ce sont nos VIP qui nous les ont imposés par le chantage et la force.

  4. Vous n’êtes pas excessif du tout. Et la trahison vient de très loin. Barre fut peut-être le seul qui travailla pour la France.

    Plus récemment, le rigolo vira Arnaud de Montebourg pour le remplacer par Macron. AdM préparait des solutions techniques pour exploiter nos gaz de « schistes » ( en fait du gaz de biomasse ). Par la suite, Macron sabota, avec Borne, les centrales nucléaires et …fit démanteler Fesseinheim rutilante comme un sous neuf ! Tout cela est de la Haute Trahison.

    1. La haute trahison en doctrine d’état porte des marqueurs temporels très visibles et vérifiables .
      1971-1973
      Je ne vous refais pas tout le développement, vous me semblez bien assez cultivé pour tout en savoir.
      C’est là où tout a commencé plein pot et sans aucune limite.

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS