Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Vague de migrants depuis la Turquie : la Hongrie prête à « utiliser la force »

Face à la menace de Recep Tayyip Erdoğan d’ouvrir les portes de la Turquie pour laisser des millions de migrants prendre la route de l’Europe, le Premier ministre de la Hongrie Viktor Orbán a d’ores et déjà fait savoir que son pays se prépare à « utiliser la force ».

La Hongrie face à 3,6 millions de migrants

La menace du président Recep Tayyip Erdoğan d’ouvrir les portes de son pays vers l’Europe aux quelques 3,6 millions de migrants retenus actuellement en Turquie est prise très au sérieux par la Hongrie. Le Premier ministre hongrois Viktor Orbán a averti le 16 octobre qu’il comptait utiliser des moyens conséquents pour repousser les migrants en question si Ankara venait à mettre en pratique un tel geste : « nous devrons recourir à la force pour protéger la frontière hongroise et la frontière serbo-hongroise, et je ne souhaite à personne que nous ayons à le faire ».

À la suite de la vague migratoire de 2015, Viktor Orbán a déjà fait construire une clôture sur cette même frontière avec la Serbie pour fermer la route des Balkans aux migrants.

La Turquie et son arme migratoire

L’avertissement de Recep Tayyip Erdoğan fait suite aux critiques émises par l’UE au sujet de l’opération militaire turque contre les Kurdes.

« Les prochaines semaines décideront de ce que la Turquie fera de ces personnes », a déclaré Viktor Orbán. Avant d’ajouter : « Elle peut les guider dans deux directions : les ramener en Syrie ou les faire partir vers l’Europe ». Cette dernière option verrait donc un afflux de migrants massifs à la frontière sud de la Hongrie.

Par ailleurs, le Premier ministre hongrois a également suggéré que l’Union européenne devrait fournir davantage de fonds à la Turquie pour l’aider à reconstruire les villes syriennes. Viktor Orbán a aussi ajouté qu’il y avait actuellement environ 90 000 personnes sur la route migratoire des Balkans. Et leur nombre pourrait bientôt atteindre les 100 000.

Autant dire que les dernières évolutions de la situation en Syrie, avec notamment la rencontre entre le président turc et le vice-président américain Mike Pence qui avait lieu jeudi 17 octobre, sont attentivement scrutées depuis Budapest.

AK

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

Les commentaires sont fermés.

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

International

Viktor Orbán : « Pas d’immigration, pas de théorie du genre, pas de guerre ! »

Découvrir l'article

International

Un pacte sur l’asile et l’immigration serait un “désastre” pour l’UE selon Pologne et Hongrie

Découvrir l'article

Politique

Rod Dreher après l’annulation d’une conférence patriote à Bruxelles : « Nous ne nous laisserons pas faire »

Découvrir l'article

Ensauvagement, Immigration, International, Justice

Immigration. Un gang serbe faisait entrer des clandestins tunisiens en France

Découvrir l'article

Culture & Patrimoine, Patrimoine

Europe ou Occident ? Par Olivier Battistini

Découvrir l'article

Culture & Patrimoine, Histoire

L’Europe, notre héritage commun, par Philippe Conrad

Découvrir l'article

International

Florence (Italie). Des migrants “mineurs isolés” tunisiens mettent le feu au centre d’accueil avant de tenter de bloquer les portes pour empêcher le personnel de fuir

Découvrir l'article

Immigration, International

Italie. 8 000 clandestins supplémentaires ont débarqué en 20 jours

Découvrir l'article

International

Royaume-Uni. Farage demande au gouvernement de publier les statistiques complètes sur les crimes commis par les migrants

Découvrir l'article

Immigration, Sociétal

Pays basque. Des militants pour la langue aident des clandestins africains à franchir illégalement la frontière [Vidéo]

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky