Des réfugiées ukrainiennes agressées par des migrants extra-européens à la frontière ? [Interview d’une victime]

Des réfugiées ukrainiennes rapportent que des étrangers non-Européens auraient agressé sexuellement des Ukrainiennes dans le no man’s land frontalier (entre la Pologne et l’Ukraine)

L’interview de Natalia, une victime qui est parvenue à fuir la guerre et à se réfugier en Autriche, a été réalisée par notre correspondant hongrois Elmar Forster .

Pourquoi avez-vous fui l’Ukraine ?

Natalia : Nous avons fui parce que cela devenait absolument dangereux pour moi et mes deux enfants depuis la seconde moitié de la semaine dernière. Il y a un aéroport militaire dans ma ville natale. Des soldats y ont été transférés depuis des années. L’aéroport se trouve à quelques kilomètres de notre appartement et il a été détruit par des missiles tôt jeudi matin. L’impact a secoué le sol. Nous avons eu l’impression que les missiles avaient atterri directement dans la cour. Au même moment, des troupes biélorusses, avec des chars, sont arrivées près de notre ville.

Pourquoi avez-vous fui vers l’Autriche ?

Natalia : Nous avons fui vers l’Autriche parce que des parents vivent ici et que nous y sommes en sécurité et pris en charge. Cependant, cette décision n’a pas été facile.

Comment avez-vous vécu la fuite ? Quand avez-vous pris la décision de partir ? 

Natalia : La fuite a été un martyre. Un parent nous a emmenés en voiture le plus près possible de la frontière polonaise. Cependant, il a été refoulé par les forces de l’ordre ukrainiennes bien avant celle-ci, car les hommes valides ne sont pas autorisés à quitter le pays. Nous étions donc « exposés » et avons dû parcourir un long chemin, probablement une trentaine de kilomètres. Nous étions sur la route pendant deux jours, nous devions bien sûr nous débarrasser de tous nos bagages. Sur le chemin, nous avons rencontré de nombreuses femmes, dont certaines étaient très épuisées, certaines s’effondraient parce qu’elles devaient porter de jeunes enfants, certaines même des bébés. Nous les avons aidées du mieux que nous pouvions. Pendant la marche, nous n’avions rien à boire. Nous étions donc heureux quand nous avons finalement traversé la frontière polonaise sans aucun problème, où nous avons été immédiatement accueillis chaleureusement et avons reçu les premiers soins prodigués de la meilleure façon possible. Un grand merci à nos amis et voisins chrétiens polonais !

Le gouvernement Selinskyi a distribué des armes parmi la population civile… Cette action était-elle utile ou n’est-elle même pas dangereuse pour la sécurité intérieure ?

Natalia : La distribution d’armes à la population civile a été correcte et très efficace. Sans cette mesure, la défense de Kiev et d’autres villes se serait effondrée depuis longtemps. Poutine avait imaginé une Blitzkrieg (guerre éclair). C’est une erreur de jugement complète ! Dans son discours du 21 février, il a insulté et interpellé chaque Ukrainien. Il a maintenant la réponse. L’Ukraine ne sera pas conquise de cette façon. La sécurité intérieure a été détruite par l’attaque organisée par l’élite russe. Il a transformé l’Ukraine en un champ de décombres. Cependant, les Russes n’ont pas réussi à transformer les peuples frères Ukrainiens et Russes en ennemis. Dans tous les cas, la légitime défense est toujours légitime !

Des informations arrivent lentement en Occident selon lesquelles la crise ukrainienne est également utilisée à mauvais escient par des réfugiés arabes et africains qui tentent de se faire passer pour des réfugiés…

Natalia : ‎Les histoires glauques sur le comportement de certains réfugiés musulmans sont malheureusement la vérité. J’en ai moi-même fait l’expérience : lors de notre fuite, nous avons rencontré des groupes importants de jeunes hommes syriens et maghrébins. Ils ont été admis en Ukraine après 2015, ont reçu une bourse d’études aux universités de Kiev, Kharkov et Lviv et ont été pris en charge par l’Ukraine pendant des années.‎

‎Lors de notre fuite, certains nous ont insultées comme étant des « salopes incroyantes, des créatures impures et des crasses maudites par Allah…» Puis, ils se sont mis en travers de notre chemin.

Comme nous n’étions pas impressionnés, certains ont ouvert leur pantalon et ont annoncé qu’ils voulaient nous violer. Nous, les femmes, nous nous sommes accrochées ensemble pour qu’aucune ne puisse être arrachée et séparée. J’avais très peur, les enfants criaient – mais, Dieu merci, nous avons réussi à nous défendre face à nos agresseurs pour qu’ils s’enfuient.‎

‎Nous sommes reconnaissants d’être chaleureusement accueillis en Autriche.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

0 réponse

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !