Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le débarquement de Normandie en bande dessinée.

A l’occasion du 80ème anniversaire du Débarquement de Normandie, plusieurs bandes dessinées viennent de sortir montrant le sacrifice des soldats dans les deux camps. Les plus réussies sont Normandie juin 44 et Airborne 44.

1- Normandie juin 44

Dans cette série commencée en 2008, chaque bande dessinée est scénarisée par Jean-Blaise Djian, qui vit dans le Calvados. D’origine arménienne, il a scénarisé plusieurs albums consacrés au génocide des Arméniens (Mission spéciale Némésis, Varto, Une histoire du génocide des Arméniens). Il a également scénarisé d’autres séries historiques (Les derniers Argonautes, Julia von Kleist) ou se déroulant en Bretagne (L’École Capucine, Le grand Mort).

Le premier tome est consacré à la plage la plus connue, parce que la plus sanglante : Omaha Beach (t. 1 Omaha Beach / Pointe du Hoc). Les forces alliées s’apprêtent à débarquer en Normandie. Peter, artiste peintre raté à New York, se porte volontaire en tant que dessinateur des premiers combats pour prouver sa valeur à ses parents. Il se retrouve au cœur de la « Big Red One », la première division d’infanterie qui débarque à Omaha Beach. Son frère Jim, officier dans la formation d’élite des Rangers, est chargé de neutraliser la Pointe du Hoc. Nous suivons ici l’histoire de deux frères, engagés dans les combats les plus héroïques du débarquement. Le scénario de Djian et Felix respecte scrupuleusement les événements en rappelant toutes les causes du massacre des GI’s sur la plage d’Omaha.

Dans le tome 2 (Utah Beach / Carentan), deux jeunes soldats, Jürgen en Normandie et Lewis en Angleterre, écrivent à leurs mères. Le 5 juin au soir, Lewis embarque dans un C 47. Le 6, en pleine nuit, ce parachutiste saute non loin de Sainte Mère Eglise. Lewis et Jürgen combattront dans Carentan. Ce scénario de Djian et Hautin décrit les combats menés par les 82ème et 101ème divisions aéroportées américaines.

Dans le tome 3 (Gold Beach/Arromanches), Jimmy, spécialiste en ingénierie portuaire, appréhende le débarquement. Il a participé à la planification du port artificiel d’Arromanches, géniale invention permettant de débarquer en Normandie tout le matériel de guerre. De sa conception jusqu’à sa construction, il a tout connu. Il raconte l’engagement des ingénieurs, des soldats, mais aussi des marins-pêcheurs de Port-en-Bessin qui ont aidé à la reconstruction du port artificiel. Un scénario de Jean-Blaise Djian et Erick Leplanquais.

Le début du tome 4 (Sword Beach / Caen) se déroule le 5 juin 2009, jour de commémoration dans le cimetière allemand de La Cambe. Schäffers, ambassadeur d’Allemagne, fait un discours empreint de réconciliation. De nombreux vétérans de tous pays l’écoutent avec émotion. Dans la foule, Wolfgang Fleischmann cherche Paul Rapier parmi les auditeurs… Ils s’étaient croisés à Ouistreham il y a 65 ans, le 6 juin 1944…

Enfin, le tome 5 porte sur la plage Juno (Juno Beach / Dieppe). Agé de 21 ans, le canadien Réjean Lachapelle participe au débarquement de Dieppe. Revenu indemne, il commence l’entrainement intensif en vue de l’opération Overlord. Avec les troupes canadiennes, il débarque à Juno Beach, le 6 juin 1944. Le 14 juin, le général de Gaulle fait son premier discours à Bayeux… Les scénaristes Jean-Blaise Djian et Isabelle Bournier ont raison d’exposer ensemble les débarquements de Dieppe et de Juno Beach menés par les Canadiens. En août 1942, le débarquement de Dieppe (Opération Jubilée) se solde par un cuisant échec. Mais il permet de mieux préparer le débarquement de Normandie.

Les tomes suivants sont consacrés à la suite des opérations militaires : La Poche de Falaise-Chambois (Tome 6), La Bataille de Cherbourg (Tome 7), La Bataille des haies (Tome 8), Le Havre (Tome 9) et La 2e DB du Général Leclerc (Tome 10).

Mis en valeur par la colorisation soignée de Catherine Moreau, le dessin d’Alain Paillou, pour les tomes 1 et 2, restitue presque fidèlement les uniformes et armements des deux camps. Il a également dessiné une BD sur Jeanne d’Arc aux éditions Orep. Le tome 3 bénéficie du dessin classique de Tieko (auteur du Chant des Terres sur les révoltes écossaises) et de la colorisation soignée de Catherine Moreau. Pour les tomes 4 à 9, le dessin réaliste de Bruno Marivain est bien adapté à cette œuvre pédagogique. Cet auteur vient de sortir Oradour 1944 L’innocence assassinée. Le tome 10 est dessiné par Andrea Rossetto.

Chaque tome est complété par un livret éducatif, replaçant le récit dans son contexte historique.

Préalablement éditées par les éditions vagabondages, elles le sont maintenant chez Orep éditions. Un coffret contient les cinq premiers tomes, consacrés aux cinq plages du débarquement.

Coffret 5 BD Normandie Juin 44 : Plages de Normandie, 74,50 euros. Orep Editions.

2- Opération Overlord.

La série de bandes dessinées Opération Overlord se focalise sur les principaux événements du débarquement de Normandie.

Intitulé Sainte-Mère-Eglise, le tome 1 décrit l’opération nommée Boston, destinée à sécuriser les ponts et les routes vers les plages de Normandie. Les troupes américaines de la 82e aéroportée doivent s’emparer de la ville de Sainte-Mère-Eglise. Le texan Larry Nixon, tête brûlée arrogante, est pressé de « casser du boche ». On lui impose un Indien comanche dans son unité, ce qu’il ne supporte pas. Une fois sur le sol français, Larry n’hésite pas à égorger des soldats allemands endormis. Son unité parvient à s’emparer de Sainte-Mère-Église et de la défendre jusqu’à l’arrivée des renforts. Le scénariste Michaël Le Galli évoque, malheureusement avec trop de manichéisme, les motivations des GI’s ainsi que la préparation, le parachutage, l’infiltration puis la prise de la ville. Le dessin de Davide Fabbri manque parfois de finesse et souffre de la colorisation trop vive de Domenico Neziti.

Le tome 2 s’intitule Omaha Beach. Bruno Falba prend la relève du scénario et montre la guerre dans les deux camps. Il oppose les préparatifs américains à la routine allemande. Le 6 juin 1944, dans le bunker WN62, les soldats allemands se préparent à passer une journée comme les autres. Mais ils assistent au passage de bombardiers puis découvrent l’impressionnante flotte américaine. Le déchainement de feu va bientôt commencer… Les dessins de Christian dalla Vechia parviennent à bien représenter les plages sous le feu ennemi.

Le tome 3 est consacré à l’entraînement de soldats d’élite puis à la prise, par le 9ème bataillon anglais, de la batterie de Merville. Mais le scénario de Bruno Falba ne décrit que trop rapidement la bataille et souffre du dessin de Davide Fabbri qui n’a sans doute pas encore eu le temps d’affiner son trait.

Le tome 4 est consacré au Commando Kieffer. Ce commando français débarque avec les forces britanniques et reçoit la mission de libérer Ouistreham.

Dans le tome 5, quelques jours avant le débarquement, le major Lytle, du 2ème bataillon de Rangers, complètement saoul, raconte dans un pub que la mission de la pointe du Hoc est inutile, car les six obusiers allemands de 155 qui s’y trouvaient ont quitté la place forte. Il possède en effet un rapport en ce sens rédigé par les résistants français. Après son arrestation, refusant de mener l’assaut sur la pointe du Hoc, il est démis de ses fonctions. C’est le lieutenant-colonel Rudder qui prend le commandement. L’objectif reste de s’emparer de la pointe du Hoc et protéger ainsi les plages d’Omaha et d’Utah Beach. Cette mission spéciale est confiée à une unité d’élite, les Rangers. Ils vont sur plus de 30 mètres escalader une falaise à pic, sous le feu des soldats allemands… Dans ce tome 5 consacré à la pointe du Hoc, le scénariste Bruno Falba montre l’état d’esprit des soldats américains et allemands. Sa reconstitution de l’assaut est réussie. Mis en valeur par les chaudes couleurs de Davide Fabbri, les dessins de Christian dalla Vechia parviennent à bien représenter ce célèbre épisode du débarquement de Normandie.

t. 1 Sainte-Mère-l’Eglise, t. 2 Omaha Beach, t. 3 La batterie de Merville, t. 4 Commando Kieffer, t. 5 La pointe du Hoc, t. 6 Une nuit au Berghof.

Coffret Tomes 1 à 3, Coffret Tomes 4 à 6, 43,50 euros chacun. Editions Glénat.

3- Une histoire du débarquement Normandie-Provence

Les éditions Petit à Petit publient fréquemment des Docu-BD, consacrés à des villes, à des personnages ou à des événements historiques. Chaque ouvrage est décomposé en plusieurs chapitres, comprenant un exposé et une courte bande dessinée, réalisée par des dessinateurs différents.

Le Docu-BD « Une histoire du débarquement Normandie Provence » présente ainsi les points de vue des généraux, des soldats, des résistants ou des civils, de la préparation du débarquement de Normandie jusqu’à la jonction des troupes avec le débarquement de Provence.

Les exposés théoriques, richement décorés, sont rédigés par l’historienne Isabelle Bournier, du Mémorial de Caen. Isabelle Bournier connait le monde de la bande dessinée. Elle a écrit des livres illustrés avec Jacques Tardi (14-18, des hommes dans la Grande Guerre, 2008), Jacques Ferrandez (Des hommes dans la guerre d’Algérie, 2014), Philippe Jarbinet (Les hommes du jour J 2014) et Sébastien Corbet (La première guerre mondiale en bande dessinée, 2020). Elle a également écrit les textes historiques de plusieurs albums de la série Les voyages de Lefranc : Le Mur de l’Atlantique (2011), Le Débarquement (2014), La Bataille des Ardennes (2014), La Chute du Troisième Reich (2015) et La Bataille du Pacifique (2016).

Mais, à part Katya Bauman, les dessinateurs manquent souvent de finesse…

Cette bande dessinée est co-éditée par la maison d’édition normande Petit à Petit et le ministère des Armées.

Une histoire du débarquement Normandie Provence, 190 pages. 24,90 euros. Editions Petit à petit.

4- Airborne 44

En 1938, Gavin Jehro, un jeune américain, passe des vacances en Normandie, à Vierville, l’endroit où a grandi sa mère. Il y rencontre l’amour de sa vie : Joanne, une jeune française. Gavin se promène le cœur joyeux avec son amoureuse le long des plages de Normandie. Malheureusement, à la fin de l’été, il doit rentrer dans son pays. Les adieux sont déchirants. Ils se promettent de ne pas s’oublier. Gavin et Joanne gardent ainsi le contact en entretenant une correspondance écrite. La guerre éclate et Joanne raconte à son amoureux l’occupation allemande. Pendant ce temps, Gavin critique son pays qui refuse de s’engager dans ce conflit. Il va revenir en France, à l’endroit précis où il a rencontré son amour, à Omaha Beach. Il prend pied sur une plage déchirée par les bombes et les tirs de mitrailleuses. Après le débarquement, ses camarades meurent les uns après les autres dans le bocage normand. Gavin essaie de survivre. Après avoir pleuré sur la tombe de Joanne, il retrouve celle-ci, bien vivante, dans un village en ruine. Mais il doit de nouveau partir, avec son bataillon…

Né à Liège en 1965, Philippe Jarbinet obtient son diplôme en Illustration et Bande Dessinée en 1987 à l’Institut Saint Luc de Liège. Professeur de bande dessinée à l’Académie des Beaux-Arts de Spa, en Belgique, il réalise dans sa série Mémoire de Cendres une chronique de la croisade albigeoise. Commencée en 2009, sa série Airborne 44 a la particularité d’être constituée de cinq histoires, chacune en deux tomes. Ainsi, deux ans après le premier diptyque consacré à la bataille des Ardennes, Philippe Jarbinet décrit l’un des événements les plus marquants de la seconde guerre mondiale : le débarquement de Normandie. Nouvelle bataille et nouveaux personnages. Cette série connait un succès mérité.

Le scenario est parfaitement documenté, grâce à l’aide de nombreux historiens. Philippe Jarbinet révèle que « le village de Vierville, au-dessus d’Omaha Beach, était jadis traversé par une voie ferrée qui allait de Caen vers Isigny. Cette voie est visible sur certaines cartes postales. Je l’ai dessinée. Puis Yves Cordelle, qui vit sur Omaha Beach et qui m’aide à ne pas me tromper, m’a dit que la voie en question avait été supprimée dans les années 30. Je l’ignorais et les Américains aussi l’ignoraient puisqu’ils l’ont cherchée le 6 juin 1944, sans jamais la trouver. Les spécialistes du débarquement connaissent en détail chaque minute de cette journée cruciale. La moindre des choses était de respecter le plus scrupuleusement possible la réalité historique… » (bdtheque 25 janv. 2011).

Cette chronique romantique sur fond de guerre bénéficie, comme d’habitude, du magnifique dessin de Jarbinet en couleurs directes à l’aquarelle. Il s’est rendu deux fois sur les lieux du débarquement, l’une en hiver par mauvais temps pour saisir la lumière sur Omaha Beach dans les conditions épouvantables du 6 juin 1944, et l’autre en été, pendant une semaine, pour illustrer la bataille dans le bocage.

On apprécie particulièrement la représentation rigoureuse des armes et uniformes.

Dans les tomes 3 et 4, les planches reconstituant la folie meurtrière du débarquement sont saisissantes, dignes de la séquence mémorable du film Il faut sauver le soldat de Ryan de Spielberg. Jarbinet n’hésite pas non plus à montrer des scènes dures comme la mort horrible d’un jeune soldat allemand sauvagement tué par le héros américain ou encore lorsqu’on tond des femmes soupçonnées de « collaboration horizontale ».

Comme Jean-Pierre Gibrat, Philippe Jarbinet est fasciné par les destins mêlés à la grande Histoire. Il décrit avec finesse les sentiments humains. C’est sa lueur d’espoir.

Consacrés au débarquement de Normandie, les tomes 3 et 4 viennent de sortir en un album unique.

Airborne 44 – D-Day : Intégrale Débarquement, 128 pages, 23 euros. Editions Casterman.

Kristol Séhec.

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

Une réponse à “Le débarquement de Normandie en bande dessinée.”

  1. Dédou dit :

    C’est vraiment bien si grâce à cette BD on peut toucher les jeunes qui, de nos jours, sont déconnectés de ces faits d’armes héroïques si anciens…qui de nos jours serait capable d’affronter la mort de face pour l’amour de son pays quand on voit le drapeau français brûlé lors des manifs’? Quand vos politiques manquent totalement de courage on ne peut pas demander au peuple d’en avoir !

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

Culture, Culture & Patrimoine, Patrimoine

Barbe Rouge. Une plongée en bande dessinée dans l’âge d’or des pirates

Découvrir l'article

Culture, Culture & Patrimoine, Histoire

L’odyssée de l’espace, la conquête spatiale en bande dessinée.

Découvrir l'article

Culture & Patrimoine, Histoire

Pascal Bresson revient, en bande dessinée, sur l’affaire Godard

Découvrir l'article

Histoire, Insolite

Mon Débarquement américain en Normandie…

Découvrir l'article

Culture & Patrimoine, Histoire

6 juin 1944. Le débarquement n’a pas été une Libération pour ces civils Bretons et Normands massacrés par les bombes américaines

Découvrir l'article

Culture, Culture & Patrimoine, Histoire

Pilote sacrifié, nouveau manga sur le sacrifice des kamikazes

Découvrir l'article

Santé

L’université de Caen accueille un Colloque international sur le stress post-traumatique en commémoration du 80e anniversaire du débarquement de Normandie

Découvrir l'article

Culture, Culture & Patrimoine

Marius-Fanny-César, la trilogie de Marcel Pagnol en bande dessinée.

Découvrir l'article

A La Une, Culture, Culture & Patrimoine

Thrace, nouvelle bande dessinée sur l’Empire romain.

Découvrir l'article

Culture, Culture & Patrimoine

L’or des marées, fin de la série sur les goémoniers bretons (bande dessinée)

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky